background preloader

Ni capitalisme, ni Etat - la Coopérative intégrale s’épanouit à Barcelone

Ni capitalisme, ni Etat - la Coopérative intégrale s’épanouit à Barcelone
- Barcelone, reportage Au pied de la Sagrada Familia, des cars venant du monde entier déversent chaque jour des marées de touristes qui rendent laborieuse la progression sur les trottoirs. Tous veulent leur selfie avec en arrière plan l’Ovni architectural de Gaudi. Deux pâtés d’immeubles en contrebas, au numéro 263 de la rue Sardenya, se niche une autre curiosité, mais elle n’apparaît sur aucun guide touristique. L’immeuble baptisé Aurea Social a tous les attributs du siège d’une entreprise de service prospère. Pourtant, c’est un squat. Un groupe de travail lors d’une assemblée de la CIC. Mais le faste du bâtiment n’est pas la seule chose qui le distingue des lieux alternatifs barcelonais. La CIC s’est donné pour logo une fleur multicolore inspirée de la permaculture. « Nous pouvons vivre sans capitalisme » Un rêve d’adolescents immatures ? Filtre à huile qui permet au camion de rouler sans essence ou presque, 5 litres utilisés l’hiver dernier. L’insoumission fiscale ? Piquete .

http://reporterre.net/Ni-capitalisme-ni-Etat-la

Related:  TransitionRésistance & activismePolitique

Le vélo meilleur que la voiture pour l’économie globale, démontre une étude Pour voyager propre, enfourchez votre vélo ! On s’en doutait, mais maintenant c’est certain : le vélo représente une réelle économie, que ce soit à l’échelle de la société ou à l’échelle individuelle. Une étude, publiée en mai 2015 dans le magazine Ecological Economics par Stefan Gössling, peut désormais le prouver. Pour ce faire, le chercheur a utilisé les travaux réalisés par la ville de Copenhague qui évalue régulièrement les coûts et les bénéfices engendrés par le vélo et la voiture pour la société. La capitale danoise est le terrain idéal pour évaluer les différents moyens de transports. La voiture et le vélo sont les deux moyens les plus empruntés pour se déplacer et Copenhague affiche depuis 2007 sa volonté de devenir la « meilleure ville au monde pour les cyclistes ».

Tyrannie de l’absence de structure, par Joreen Freeman (Le Monde diplomatique, janvier 2015) Contrairement à ce que nous aimerions croire, il n’existe pas de collectif dépourvu de structure. Quelle que soit leur nature, les groupes humains finissent toujours par se structurer. Leur organisation peut s’avérer plus ou moins souple, varier dans le temps et distribuer les tâches, les ressources et le pouvoir de façon plus ou moins égale. Mais elle se cimente indépendamment des compétences, de la personnalité ou des intentions des personnes impliquées : il s’agit d’un phénomène inévitable dès lors que nous sommes des individus aux talents, prédispositions et parcours variés.

Un tract du FN liste de prétendus points communs pour récupérer des électeurs de Mélenchon Sous la mention « L’Avenir en commun, c’est aussi avec Marine », un tract d’extrême droite appelle les électeurs de La France insoumise à voter pour la candidate. « Insoumis, ne vous trompez pas de combat. Ne votez pas Macron. » Un tract qui circule en ligne, affirme que « l’avenir en commun », le programme de Jean-Luc Mélenchon, « c’est aussi avec Marine ». Pour appuyer sa démonstration, il recense pas moins de seize grands sujets de prétendues convergences entre le chef de file de La France insoumise et la candidate du Front national :

Sans argent, il mange bio tous les jours et souhaite réaliser un projet fou Peut-on vivre sans argent ? Cette idée un peu folle est le quotidien de Benjamin qui expérimente tous les jours le bonheur de la simplicité. Vivre sans argent Benjamin Lesage n’est pas un simple rêveur aux idées plein la tête. La grande révolte française contre l'Europe libérale (Le Monde diplomatique, janvier 1996) Coup de foudre Un coup de foudre dans un ciel serein : ainsi est apparu, aux yeux de nombreux observateurs, le mouvement social français de décembre dernier, qui s’inscrit dans la longue histoire des luttes ouvrières (lire Une sixième vague). Pourtant, tout laissait prévoir cette grande révolte contre l’Europe libérale (lire Quand la société dit « non »), une révolte dont le point fédérateur fut la lutte pour la défense de la protection sociale (lire Résister à l’insécurité sociale) et du service public à la française (lire Défense et illustration des services publics). Il a exprimé également le rejet d’une privatisation sauvage — notamment dans le domaine des télécommunications (lire Une nouvelle proie, les télécommunications).

Face au FN: lettre aux Insoumis tentés par l’abstention Chers Insoumis, J’ai été surpris par la vitesse à laquelle mon précédent billet a circulé sur les réseaux sociaux. Je ne m’attendais pas non plus à ce qu’il soit compris comme une justification de l’abstention. Je l’ai écrit avec l’intention de lui donner une suite, dans quelques jours, mais devant ces réactions je le fais dès maintenant. Beaucoup m’ont remercié d’avoir mis des mots sur leur colère. « Nègres blancs » et Autochtones : un dialogue nécessaire On répète depuis plusieurs années que le Québec serait un exemple à suivre en matière de relations avec les peuples autochtones. À entendre des personnalités politiques aussi différentes que Bernard Landry et Thomas Mulcair, on a l’impression que la Belle Province serait un véritable paradis pour les onze nations autochtones qui y sont établies. Je crois que ces déclarations traduisent un sentiment largement répandu chez nous : puisque les « affaires autochtones » sont de compétence fédérale et que la loi qui les régit (la célèbre « Loi sur les indiens » de 1876) a été rédigée par Ottawa, on juge souvent que c’est cette dernière, et seulement elle, qui est responsable du sort réservé aux peuples autochtones. « C’est la faute du fédéral!

Pacte de la Transition Ma commune s’engage pour la transition! L’Ile St. Denis est la première commune avoir signée le Pacte pour la Transition ! Face au péril FN, l'irresponsable Monsieur Macron fabrique de l'abstention Depuis les résultats du premier tour, Emmanuel Macron accumule les erreurs stratégiques, rendant possible ce qui apparaissait exclu. Rendant possible l'impensable, aussi stupéfiant que cela puisse paraître. Mettons de côté la suffisance affichée dimanche soir, d'un discours raté à une fête fâcheuse. Ainsi que les deux jours de silence traduisant un coupable excès de confiance. C'est loin d'être le plus important. « Je veux convaincre les Français de voter pour moi, pas seulement contre Marine Le Pen », a-t-il déclaré au 20 heures de France2 mardi soir, cherchant à faire du vote du second tour de la présidentielle un vote d'adhésion à son programme. Pire, interpellée par une salariée de Whirlpool, Macron a rétorqué : « je ne suis pas la droite, je ne suis pas la gauche, je les combats ».

Chantiers d'espoir "Chantiers" parce que nous voulons construire une alternative. "Espoirs" parce que nous sommes convaincus, chacune et chacun, forts de la diversité de nos engagements et points de vue, que cette alternative est possible. Cet appel et le processus qu'il initie sont nés de l'urgence de reconstruire une perspective commune face aux inégalités qui explosent, à la stigmatisation, au déclassement et à l'abandon organisé de franges entières de la population... Comment un Président élu avec la force de 17 millions de voix a-t-il pu mettre en œuvre une politique qu’il dénonçait hier ? Comment une partie de la gauche, qui affirmait pourtant un idéal de changement, de progrès social et de justice, a-t-elle pu à ce point tourner le dos aux exigences qui l'ont portée au pouvoir ?

Anne Steiner : « Il faut faire la grève générale de la consommation  Le Comptoir : Vous avez écrit sur divers mouvements libertaires – anarchisme individualiste et anarcho-syndicalisme – de la Belle Époque. En quoi ces courants politiques peuvent-ils nous aider à penser les luttes d’aujourd’hui ? Anne Steiner : Ils nous aident à comprendre ce qu’est l’engagement. Problem loading page A 70 ans, le britannique sir Ian Kershaw est considéré comme l'un des meilleurs historiens de Hitler. En 1999, il a publié une biographie en deux volumes du maître du IIIe Reich qui a connu un grand succès international (la traduction française est parue chez Flammarion). Son dernier livre consacré à Hitler s'intitule "la Fin" (il a été publié en 2012 au Seuil). Elles s'appellent Amy, Ida, Heike, Merete, Otaciana, Pabitra. Toutes six rencontrées lors du tournage de "Sacrée Croissance !", au Canada, en Argentine, en Allemagne, au Danemark, au Brésil, au Népal.

BALLAST Usul : « Réinventer le militantisme » Entretien inédit pour le site de Ballast Parler de philosophie politique à ceux qui ne croulent pas sous les diplômes : tel fut l'ambitieux pari d'Usul. Le jeune homme, âgé aujourd’hui de 30 ans, s'est fait connaître par une émission en ligne consacrée aux jeux vidéo. Il décortique à présent, par des vidéos accessibles, ludiques et denses, notre paysage intellectuel et médiatique et propose des pistes de réflexion afin que le camp de l'émancipation reprenne du poil de la bête, en ces temps instables et moribonds. Force est d'admettre que le pari est gagné, au regard du nombre de ses spectateurs. Et si, à l'ère des nouveaux moyens de communication, l'on gagnait à changer nos méthodes militantes, enfermés que nous sommes dans nos tribunes, nos articles et nos essais ?

Related: