background preloader

Tpeses

Facebook Twitter

LU_ « Les contes de fées sont l’âme de Disney » - Le blog sur la société, les femmes, leur image chez Disney. Vendredi 24 février 5 24 /02 /Fév 11:10 De Blanche-Neige à Raiponce : les princesses changent d'apparence Passant de la fébrile Blanche Neige à la vaillante Raiponce blonde au regard vert profond et aux formes voluptueuses; nous pouvons constater un changement physique important et c’est à coups de poêle à frire qu'elle accueille le charmant brigand qui vient la délivrer de sa tour.

LU_ « Les contes de fées sont l’âme de Disney » - Le blog sur la société, les femmes, leur image chez Disney

Mulan (1998) : féminisme et patriarcat chez Disney. Sorti 3 ans après Pocahontas, Mulan est également (comme signalé ailleurs sur ce site dans l’article consacré à Pocahontas) une tentative de lutter contre les accusations de racisme, de sexisme et d’ethnocentrisme.

Mulan (1998) : féminisme et patriarcat chez Disney

Mulan est-elle une tentative plus réussie que Pocahontas ? Sortir de l’ethnocentrisme selon Disney Après avoir été souvent accusés d’ethnocentrisme, les studios Disney ont créé plusieurs héros « exotiques », c’est-à-dire n’étant pas d’origine européenne (Aladdin, Pocahontas…). Cependant, s’il est progressiste de montrer d’autres contrées que l’Europe et les Etats-Unis, l’image qu’en donne Disney n’est pas forcément innocente. III. Comment ont-ils réussi à changer les mentalités ? (mode de vie) Méchants et méchantes chez Disney (1) : Femmes fortes. Dans l’univers manichéen de Disney, le bien et le mal sont facilement identifiables, généralement incarnés respectivement par le héros ou l’héroïne d’un côté, et le méchant ou la méchante de l’autre.

Méchants et méchantes chez Disney (1) : Femmes fortes

Les enfants apprennent ainsi très rapidement ce qu’il convient d’aimer et de haïr, ce qu’il faut devenir et ce qu’il faut au contraire absolument éviter d’être. A force de visionnages et de re-visionnages, ils/elles intègrent de la sorte les normes véhiculées par le studio avec une redoutable efficacité. Non, Disney n'a toujours pas sa princesse féministe. Il était une fois une princesse qui avait un poignet aussi gros que son œil.

Non, Disney n'a toujours pas sa princesse féministe

Un sociologue américain a pointé, lundi 16 décembre sur son blog, repéré par Rue89, la dysmorphie des personnages féminins des dessins animés Disney par rapport aux personnages masculins. Le chercheur a notamment constaté que le poignet d'Anna, l'héroïne de La Reine des neiges, sorti quelques jours auparavant, faisait la taille de son œil. "Des yeux démesurés et des mains minuscules symbolisent la féminité chez Disney", analyse-t-il.

Pour le studio, ce genre de commentaire est un cauchemar : depuis des années, Disney tente de désamorcer les critiques sur les clichés sexistes que véhiculent ses dessins animés. La socialisation différenciée - L'influence de Walt Disney. La princesse comme modèle de la féminité au profit de l'homme. 1. : sa sexualité naissante représentante une menace pour une autre femme, elle est donc tuée.

La princesse comme modèle de la féminité au profit de l'homme

Son unique atout, sa beauté physique, est ce qui la sauve à la fin. 2. La Belle au Bois dormant : fiancée dès la naissance pour consolider une position politique, elle est tout de même tuée par une autre femme. Princesses Disney féministes. Depuis l'intéressante série d'Euterpe sur les princesses Disney et suivantes, j'ai trouvé sur le site I blame the kyriarchydes princesses Disney féministes -détournées évidemment !

Princesses Disney féministes

Le Prince : ...et nous vivrions heureux La Princesse : est-ce que cela signifie que j'aurais ma propre carrière et que je contrôlerai mes finances ? La Princesse : Houah, pardon mais quelle partie de moi, alors que je dors ici seule, implique mon consentement ? Blanche-Neige : Ils n'ont pas arrêté de me dire que je dois haïr les hommes, puisque je suis féministe. Ils n'ont rien voulu entendre de ce que j'ai dit à propos des rôles de genre qui oppriment les hommes et les femmes !

La Princesse : J'ai écrit un essai sur la théorie queer pour mon cours de littérature.