background preloader

Vie quotidienne romaine

Facebook Twitter

LEGION VIII AUGUSTA. Cuisine romaine antique. Coiffures romaines. Portail Historien. Place publique de Rome où les citoyens se réunissaient pour marchander, traiter d’affaires politiques ou économiques, le Forum romain apparut dès le VIIIème siècle. A ses débuts, comme l’agora grecque, le forum n’avait aucune structure architecturale.

Mais progressivement, parallèlement à l’évolution de Rome sur le plan politique et économique, de nouveaux bâtiments apparurent, structurant l’espace, tout particulièrement sous la République, lors de l’apogée de la puissance romaine. Il devint petit à petit un centre d’intérêt pour les grandes familles romaines, qui voulurent laisser leur empreinte. 1. L’emplacement du forum romain est situé à environ 500 m de la rive gauche du Tibre, dans une dépression formée par le ruisseau du Vélabre. Après la mort de Romulus, fixée à 716 av. Vers 672 av. La prison du Tullianum fut construite probablement à la même période, soit par Tullius Hostilius, soit par son successeur Ancus Martius, à cause de l’essor des vols et des malfaiteurs. 2. En 509 av. Paris, ville antique.

Paris, ville antique. Photos de Rome. Restauration mosaïque. LES AMBIANI. VIA ROMANA. La Grèce antique. Upon a Map - Histoires géolocalisées. Maquette de Rome. Les empereurs romains.

Chiffres romains. LEGION VIII AUGUSTA: Le temps chez les romains. Le jour solaire était divisé en douze heures, avec un point fixe, midi (meridies), où commençait la septième heure. La durée de l'heure minima (23 déc.) était de 44 min. 30 s; celle de l'heure maxima (25 juin) de 75 min. 30 s. La nuit était divisée en quatre veilles (vigiliae), avec un point fixe, minuit (media nox), où commençait la troisième veille. L'heure solaire était marquée par le cadran solaire (établi dès 263 av. J. -C.). En 159 av. Le mot semaine dans son sens strict, vient de septimana, groupe de sept jours ou, plus précisément de septem et mane, sept matins.

La durée de 7 jours serait due à la durée moyenne des phases lunaires. Les Babyloniens avaient constaté que, sur fond d'étoiles fixes, des astres se déplaçaient. Est-ce à la suite de leur séjour forcé à Babylone que les Hébreux adoptèrent l'usage de la semaine ? C'est par ceux-ci que la transmission ce fit. Puis, au Ier siècle avant notre ère, les Romains firent de même.

Lundi vient de Lunae dies qui signifie "jour de la Lune". Histoire de l'Antiquité. Correspondance dans l'Empire romain. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Rome antique, en unifiant le bassin méditerranéen au sein d'un double système linguistique (latin et grec), contribua incontestablement à la diffusion de la culture écrite. La circulation accrue des hommes et des marchandises, le développement d'un réseau de routes terrestres et maritimes contribuèrent au développement des correspondances privées. L'étendue immense de l'empire, la nécessité d'une certaine centralisation de l'information et les pratiques propres aux institutions romaines développa une intense correspondance officielle, entre l'empereur et ses subordonnés, au sein de l'armée, entre les cités et l'empereur. La chancellerie impériale possédait au IIe siècle deux bureaux spécialisés dans la correspondance officielle, l'un pour le latin, l'autre pour le grec.

Femme tenant des tablettes et un stylet (Pompéi, Ie siècle) Les sources[modifier | modifier le code] La présentation[modifier | modifier le code] Société romaine. La société romaine antique (societas hominum) s’organise selon une hiérarchie strictement définie, où chacun a son rang qui lui définit ses droits et ses devoirs. Statut[modifier | modifier le code] La toge romaine était la tenue distinctive des hommes romains, les femmes portaient des stolas. Une tunique (tunica) était portée sous la toge (toga). Les pauvres, les esclaves, et les enfants portaient seulement des tuniques. Pour décrire la position d'une personne dans le système romain, on distingue trois statuts différents. Status libertatis[modifier | modifier le code] Le statut social et juridique des esclaves dans la Rome antique a varié selon les époques. Les affranchis avaient un statut intermédiaire spécifique : ils bénéficiaient des droits civils et politiques attachés à la citoyenneté, à l'exception du droit d'être élu magistrat.

Les hommes nés libres (ingenui) pouvaient alors être : Status civitatis[modifier | modifier le code] Le citoyen latin n'est que plébéien. Au VIIe siècle av. PLEBES ou PLEBS. Entrée dans le site - index des institutions Étymologie PLEBES ou PLEBS. PLEBEII. Ce mot contient la même racine que im-pleo, com-pleo, &c., et donc est étymologiquement relié au mot grec plebos, terme qui est appliqué aux plébéiens par les auteurs grecs les plus autorisés sur l'histoire romaine, alors que d'autres les appellent incorrectement demos ou demotikoi.

Les plébéiens sont l’ensemble du peuple de Rome et constituent un des deux grands éléments de la nation romaine : c’est à cause d’eux que les périodes anciennes de l'histoire romaine ont un caractère et un intérêt particuliers. Avant Niebuhr les érudits ont émis des théories les plus contradictoires sur les plébéiens et leurs relations avec les patriciens. Origine : les clients Les anciens eux-mêmes ne sont pas d’accord sur le moment où les plébéiens ont commencé à faire partie de la population romaine.

Origine : la destruction d'Albe Patriciens et plébéiens Premier essai de tribus par Tarquin l'Ancien les tribuns La période heureuse. Place des femmes dans la Rome antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La femme romaine est traditionnellement, c'est-à-dire selon la religion romaine, sous la dépendance de son père (pater familias), puis de son mari. À Rome, on ne conservait en général que la fille aînée. La mention de deux filles dans une famille romaine est exceptionnelle. « Tous les juristes ont relevé ce qu’on appelle la disparition forcée des cadettes[1]». Le phénomène existait aussi chez les garçons chétifs ou victimes d’une malformation.

Place dans la société[modifier | modifier le code] La coutume romaine donnait originellement le même statut aux femmes que celui des enfants, elles étaient soumises au pater familias qu'il soit père ou mari, de la même manière qu'un enfant. Les femmes, comme dans nombre de civilisations, sont politiquement mineures et exclues de la plupart des droits. Mariage et divorce[modifier | modifier le code] Le divorce est d'abord l'apanage des hommes, mais reste rare au début de la République. Femme romaine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La femme romaine est traditionnellement, c'est-à-dire selon la religion romaine, sous la dépendance de son père (pater familias), puis de son mari. À Rome, on ne conservait en général que la fille aînée. La mention de deux filles dans une famille romaine est exceptionnelle. « Tous les juristes ont relevé ce qu’on appelle la disparition forcée des cadettes[1]». Le phénomène existait aussi chez les garçons chétifs ou victimes d’une malformation.

Alors que les garçons reçoivent un prénom, ce qui est une marque d’individualité, les filles ne conservent que celui du père. Place dans la société[modifier | modifier le code] La coutume romaine donnait originellement le même statut aux femmes que celui des enfants, elles étaient soumises au pater familias qu'il soit père ou mari, de la même manière qu'un enfant. Les femmes, comme dans nombre de civilisations, sont politiquement mineures et exclues de la plupart des droits. Matrone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Matrone est un nom propre ou commun qui vient du latin matrona, de mater (mère) avec un suffixe augmentatif, selon une dérivation similaire à pater/patronus (père, patron). Rome antique[modifier | modifier le code] Dans la société antique romaine, la matrone était la mère de famille, digne et respectable, chargée du bon maintien de la maison et de l'éducation des enfants.

Elles sont dispensées de tout travail domestique ou agricole sauf du filage de la laine, selon une tradition que les Romains font remonter à l'enlèvement des Sabines. La mère de famille dispose d'un certain pouvoir à l'intérieur de la maison, elle dirige les servantes et les esclaves. On l'appelle la «domina». Parmi les matrones admirées des Romains, on peut citer Véturia (mère de Coriolan), Cornélia (mère des Gracques), Aurelia Cotta (mère de Jules César), et Atia (mère d'Auguste)[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code] La matrone s'habillait toujours en vert. Matrone. Femme romaine. Villa-Loupian en Languedoc. Esclavage en Rome antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'esclavage dans la Rome antique est l'institution qui régit la condition des non-libres (appelés servi, singulier servus), juridiquement assimilés à des choses. Souvent, les personnes réduites en esclavage, ou maintenues dans cette condition d'esclave, proviennent d'autres peuples conquis, ce qui se manifeste souvent par une langue, une religion, voire une couleur de peau, différentes de celles des maîtres.

Le prestige d'un Romain se calcule au nombre d'esclaves qu'il possède. Certains en commandent plusieurs milliers. Le simple citoyen se satisfait d'un ou deux. N'en avoir aucun est le comble de la misère. Les sources de l'esclavage[modifier | modifier le code] La source principale de l'esclavage provient des conquêtes de la guerre. La deuxième source importante d'esclavage est la naissance : est esclave celui qui naît de mère esclave. . — Plaute, Pseudolus, I, 2[1] Le statut social d'un homme se mesurait à son nombre d'esclaves.