background preloader

Enseignement ZEP

Facebook Twitter

Étrangers - Immigrés. Sommaire Présentation En 2006, 3,6 millions d'étrangers vivaient en France.

Étrangers - Immigrés

Leur poids dans la population totale est de 5,8 %. En 2007, 129 000 étrangers ont acquis la nationalité française, dont la moitié par naturalisation et le quart par mariage. La France est un pays d'immigration ancienne qui a connu différentes vagues migratoires. À partir de 1974, avec le ralentissement de la croissance économique, le gouvernement restreint l'immigration au regroupement familial et aux demandes spécifiques émanant d'employeurs. L'âge moyen des immigrés, et donc leur place sur le marché du travail en 2007, dépend de l'existence de ces différentes vagues migratoires.

Les immigrés éprouvent souvent des difficultés avec la langue française, même si cela ne constitue pas forcément une gêne pour travailler. L'Union européenne à 27 a enregistré près de 240 000 demandeurs d'asile en 2008, soit 480 demandeurs par million d'habitants. Tableaux et graphiques Consulter la dernière mise à jour. Ip570. Untitled. Untitled. Untitled. La nouvelle répartition académique de l'éducation prioritaire. La nouvelle éducation prioritaire 102 REP+ préfigurateurs, aujourd’hui.1 082 réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP+) à la rentrée 2015.

La nouvelle répartition académique de l'éducation prioritaire

La nouvelle éducation prioritaire se dessine. Mes ambitions sont fortes. La nouvelle éducation prioritaire, c’est plus de moyens humains et financiers au service de la réussite de tous les élèves, une pédagogie repensée, une école plus accueillante pour les parents. La nouvelle éducation prioritaire, c’est une nouvelle carte des réseaux pour que ce soient les territoires qui en ont le plus besoin qui bénéficient de cette mobilisation exceptionnelle.

La nouvelle éducation prioritaire, c’est plus de justice sociale. Il n’y pas de fatalité à ce que l’école française soit la plus inégalitaire d’Europe. Plus équitable, l’école sera aussi plus performante. Najat Vallaud-BelkacemMinistre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Programme de la visite à Sedan - mardi 23 septembre 2014 Les prochaines étapes Collège Le Lac de Sedan. Des ZEP au REP+ : les politiques d'éducation prioritaire. Introduction Mise en place dans l'urgence en 1981, la politique de l'éducation prioritaire a depuis été constamment réexaminée par l'ensemble des gouvernements.

Des ZEP au REP+ : les politiques d'éducation prioritaire

Elle s'inscrit dans le contexte des politiques successivement menées en vue de réduire l'échec scolaire et de promouvoir l'égalité des chances. Les points d'appui sont les textes (circulaires) qui fixent de manière renouvelée les priorités. Pour bien comprendre la logique et les différents dispositifs, il était important de les resituer dans leur contexte et, à travers une chronologie détaillée, d'établir des points de repère. Pourquoi ? La première circulaire concernant l'éducation prioritaire a été signée par Alain Savary. En France, à l'époque, on estimait que si un élève ne réussissait pas, c'est qu'il n'était pas doué et que sa place était dans une filière moins prestigieuse ou dans la « vie active ». Première période : 1981-2006 1981 : création des zones d'éducation prioritaire 1982 : transformation du système en profondeur.

Repères historiques - Éducation prioritaire. Sommaire Les origines La massification de l’enseignement par la prolongation de la scolarité obligatoire à 16 ans (1959) et par la création du collège unique (1977) visait l’élévation du niveau de formation des nouvelles générations.

Repères historiques - Éducation prioritaire

Elle avait également pour objectif la réduction des inégalités des destins scolaires. Ces espoirs de démocratisation ayant été déçus, il a fallu penser autrement les causes de l’échec scolaire. Des travaux de sociologie ont ainsi révélé l’importance de l’origine sociale des élèves, en insistant notamment sur le rôle joué par « l’environnement familial et social », et plus particulièrement par le niveau d’instruction des parents, sur la réussite scolaire. Ces constats ont abouti à la création de politiques d’éducation prioritaire dans certains pays d’Europe. Retour au sommaire La chronologie 1981 : Création des zones prioritaires par Alain Savary, ministre de l’Éducation nationale. 1990 : Première relance de l’éducation prioritaire. Programme ÉCLAIR.