background preloader

Socialisme libertaire

Facebook Twitter

Socialisme falsifié et socialisme libertaire.

"Le mot socialisme — et le mot communisme — a été vidé de son contenu tant sur le plan des idées que sur le plan effectif.

Les livres se comptent aujourd'hui sur les doigts qui expriment un socialisme authentique. On cherche en vain sur la planète un seul pays qui soit authentiquement socialiste. En gros, le socialisme a été l'objet de deux falsifications
principales ; sous son étiquette, on écoule deux marchandises également frelatées : un sordide réformisme parlementaire, un jacobinisme brutal et omni-étatique.
Or, le socialisme — ou le communisme — a une signification très précise : la cessation de l'exploitation de l'homme par l'homme, la disparition de l'État politique, la gestion de la société de bas en haut par les producteurs librement associés et fédérés.
Le socialisme falsifié qui a cours aujourd'hui appartient, en dépit des apparences, au passé; le socialisme (ou communisme) libertaire à l'avenir. Le socialisme est un mouvement historique qui n'a nullement fait son temps. C'est le capitalisme qui a fait son temps et qui doit d'urgence être remplacé, afin que l'humanité survive. Toute sa force, le socialisme la tire de la carence et de la faillite du capitalisme. Si le socialisme bafouille et n'existe réellement nulle part, jamais sa nécessité historique n'a été aussi impérieuse. Sous sa forme actuelle dénaturée, il n'est pas adapté aux nécessités présentes. Mais il ne s'agit pas de le «reconsidérer» ou de le «réformer», il faut le rendre à lui-même, lui restituer son vrai visage révolutionnaire, anti-étatique et libertaire.
L'originalité du socialisme français, c'est la tradition libertaire des deux Communes, celle de 1793 et celle de 1871, celle du syndicalisme révolutionnaire d'avant 1914, celle de juin 1936. En dépit de l'apparente stalinisation d'un large secteur du mouvement ouvrier de notre pays, cette tradition n'est pas éteinte sous la cendre."

(1960, in Daniel Guerin: "Pour un marxisme libertaire")

Chomsky.

Jack London

Socialisme libertaire - Le Monde diplomatique. Péret (1899-1959) Benjamin Péret Poète surréaliste. Chroniqueur à l’Humanité en 1925-26, il part au Brésil où il traduit en portugais Littérature et Révolution de Trotsky et d’où il est expulsé comme "agitateur communiste". De retour en France, il travaille comme correcteur à l’imprimerie des Journaux officiel, se voit refuser l’adhésion à la Ligue communiste (trotskyste) exigeant de lui qu’il déclare « le surréalisme contre-révolutionnaire » et adhère à l’Union communiste. Il gagne l’Espagne en août 1936 comme délégué du P.O.I. et y combat dans les rangs du POUM puis de la colonne Durruti jusqu’en 1937. Il part au Mexique en 1941 où il devient un fidèle partisan de G.

Munis et fréquente les exilés français V. Entretien avec Benjamin Péret (1948) Voir aussi: Le site des amis de B. (La Batalla, 11-08-1936) Like this: J'aime chargement… Qu’est ce que le socialisme libertaire? Par Ulli Diemer Nous nous appelons nous-même des socialistes libertaires. Mais, pourquoi cet adjectif ? Pourquoi socialisme libertaire ?

Est-ce que le socialisme libertaire est différent du socialisme comme il est généralement compris? Le problème, et la raison de cet adjectif, est qu’il existe aucune définition du socialisme qui est « généralement compris ». Il y a actuellement plus de variation du socialisme dans l’existence que de variété de soupe dans les rayons de supermarché, plus de partis socialistes avec la ligne correcte que de sectes religieuses avec le monopôle du salut. La tentation est grande d’abandonner le label entièrement, d’adopter quelque nouveaux termes pour indiquer quel type de changement social nous proposons. Par conséquent, nous ne pouvons simplement abdiquer la terminologie du socialisme et arbitrairement inventer de nouveaux labels. Qu’est-ce qui est insinué par le terme « socialisme libertaire » ?

* Nous nous basons sur l’héritage du marxisme. Ulli Diemer . Socialisme libertaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cartographie politique Le 1er mai 2012, lors de la manifestation Occupy Chicago. Le socialisme libertaire[1] (ou anarchisme socialiste) est une idéologie et un mouvement politique visant d'une part à l'abolition de l'État et du capitalisme, considérés comme deux formes d'oppression indissociables, et d'autre part à l'instauration d'une société égalitaire, délestée des principes antisociaux de la propriété privée et des institutions de type étatique, et fondée sur l'autogestion et la responsabilité individuelle. Le socialisme libertaire fut principalement théorisé par Bakounine et se sépara à sa mort entre anarcho-communistes et collectivistes libertaires. Anarchisme et anti-capitalisme[modifier | modifier le code] Le socialisme libertaire est aussi appelé mouvement libertaire ou anarchisme socialiste.

Anticapitalisme[modifier | modifier le code] Opposition à l'État[modifier | modifier le code] Violence et non-violence[modifier | modifier le code] Quelques livres en pdf - [Cras-Toulouse]

Jaurès

Sartre. Août 1965 : Guy Debord analyse la révolte de Watts. Si la Société du spectacle reste l’œuvre la plus citée et la plus connue de Guy Debord, elle tend à faire oublier que l’essayiste et écrivain a fait mûrir sa pensée et son engagement dans l’Internationale lettriste puis dans l’Internationale situationniste. Ce groupe révolutionnaire qui souhaitait mettre un terme à la dictature de la marchandise s’est exprimé en France dans les colonnes d’une revue dirigée par Debord dès 1957. Nous sommes en mars 1966 quand le penseur décide de réagir aux événements américains qui ont eu lieu entre le 13 et le 16 août de l’année précédente. Il livre dans cette chronique une pensée riche, déjà fondée sur la notion complexe de « spectacle », appuyant cette révolte des Noirs américains dans un quartier de Los Angeles sur la nécessaire et inexorable rébellion de l’homme « contre la vie inhumaine » et, plus particulièrement, contre les discriminations raciales.

Entre le 13 et le 16 août 1965, la population noire de Los Angeles s’est soulevée. Benjamin Bruel. Révolution allemande : pourquoi ont-ils tué Rosa Luxemburg ? Une légende ne requiert que deux dates : naître quelques jours avant que n’éclate la Commune de Paris et mourir assassinée au lendemain de la Première Guerre mondiale. La balle qui l’atteignit lui ôta la vie mais lui donna l’éternité : un siècle est passé sans effacer son nom. En 2009, la comédienne Anouk Grinberg lisait ses lettres de prison sur les planches d’un théâtre parisien, en partenariat avec France Culture ; un an plus tard, la chanteuse Claire Diterzi mettait en scène le spectacle Rosa la rouge – la première loua pour l’occasion son ouverture et sa joie de vivre ; la seconde y vit matière à « délire » et « fantaisie ».

En janvier 2011, Jean-Luc Mélenchon se recueillait devant sa tombe, jurant « de ne pas laisser rouler au néant le flambeau reçu des beaux combats du passé contre l’inhumanité du capitalisme ». Berlin, 15 janvier 1919. Rosa Luxemburg se repose dans sa chambre. Quartier cossu de Wilmersdorf. Rosa Luxemburg Le Salut par les masses Le Peuple. Debout prolétaires ! Un Devoir d’honneur" Rosa Luxembourg et la peine de mort - Copas. "Un Devoir d’honneur" Rosa Luxembourg et la peine de mortde : Copas samedi 28 août 2010 - 20h16 " Nous n’avons sollicité ni "amnistie" ni pardon pour les prisonniers politiques qui ont été les victimes de l’ancien régime. Nous avons exigé notre droit à la liberté, par la lutte et la révolution, pour les centaines d’hommes et de femmes courageux et fidèles qui ont souffert dans les prisons et les forteresses, parce qu’ils ont lutté pour la liberté du peuple, pour la paix et pour le socialisme, contre la dictature sanglante des impérialistes criminels.

Ils sont maintenant tous libérés. Et nous sommes à nouveau prêts pour la lutte. Ce n’est pas les Scheidemann et leurs alliés bourgeois avec à leur tête le Prince Max von Baden qui nous ont libéré ; c’est la révolution prolétarienne qui a ouvert toutes grandes les portes de nos cellules [1]. Mais une autre catégorie d’infortunés habitants de ces lugubres demeures a été complètement oubliée. Ah, que cette révolution est allemande ! Notes. Alexandra Kollontaï. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alexandra Mikhaïlovna Kollontaï (en russe : Александра Михайловна Коллонтай), née le 31 mars 1872 à Saint-Pétersbourg et morte le à Moscou, est une femme politique communiste et féministe soviétique. Elle est la première femme de l'Histoire contemporaine à avoir été membre d'un gouvernement[1] et ambassadrice dans un pays étranger. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance et études[modifier | modifier le code] Alexandra Kollontaï, jeune Après avoir refusé, à l'âge de 17 ans, un mariage arrangé, elle épouse à l'âge de 20 ans un jeune officier dont elle est éprise, qui lui donnera un enfant et son nom en 1893.

Premiers engagements politiques[modifier | modifier le code] Alexandra Kollontaï adhère au marxisme et au POSDR en 1898. Commissaire du peuple et critiques du léninisme[modifier | modifier le code] En 1914, elle s'oppose à la Première Guerre mondiale, et pour cette raison rejoint les bolcheviks, en 1915. [modifier | modifier le code] Anton Pannekoek. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Anton Pannekoek est un astronome, astrophysicien et militant marxiste néerlandais ( à Vaassen — à Wageningue). Il participa au développement du mouvement communiste aux Pays-Bas et en Allemagne et devint dans les années 1920 une figure du communisme de conseils opposé aux conceptions de Lénine.

Biographie[modifier | modifier le code] Militant de l'aile gauche de la IIe Internationale, ses positions le rapprochent de Rosa Luxemburg. Opposant résolu à la Première Guerre mondiale, il rejoint dès 1919 la IIIe Internationale, dont il est exclu en 1921 en raison de ses positions de « communiste de gauche » et de son opposition à l'autoritarisme de Lénine. Conseilliste, il rejette le stalinisme dès son apparition, comprenant d'emblée que ce courant n'a plus de rapport avec le marxisme. En 1938 il publie Lénine comme philosophe sous le nom de John Harper. Quelques textes[modifier | modifier le code] À propos d'Anton Pannekoek. Rosa Luxemburg. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rosa Luxemburg Rosa Luxemburg en 1915. Rosa Luxemburg (nom parfois retranscrit en français Rosa Luxembourg) est une militante socialiste et théoricienne marxiste, née à Zamość (Empire russe, actuelle Pologne) le 5 mars 1871 (ou 1870).

Ses idées ont inspiré des tendances de la gauche communiste et donné naissance, a posteriori, au courant intellectuel connu sous le nom de luxemburgisme. L'héritage de Rosa Luxemburg a cependant été revendiqué de manière contradictoire, par des mouvances politiques très diverses[1]. Biographie Enfance et jeunesse en Pologne Różalia Luksemburg est née le 5 mars 1870[2], ou plus probablement en 1871[3],[4] dans la ville polonaise de Zamość, non loin de Lublin. Elle est le cinquième enfant d'une famille juive aisée vivant dans la partie orientale de l'actuelle Pologne, alors territoire de l'Empire russe.

Débuts politiques en Pologne et en Suisse Rosa Luxemburg, photographiée à une date inconnue. Rosa Luxemburg vivante. Rosa, la vie : sous cet intitulé, Anouk Grinberg donne vie à Rosa Luxemburg (1871-1919), figure de la social-démocratie européenne, assassinée par ses anciens camarades de parti. Sous la direction de la comédienne, une nouvelle traduction des lettres de Rosa Luxemburg vient de paraître aux Editions de l'Atelier. J'en ai rédigé l'introduction, que je reproduis ici. D'une prison l'autre. En 1950, un célèbre journaliste et écrivain américain passe quelques mois derrière les barreaux, condamné pour ses idées : communiste par idéal, il l'assumait et le revendiquait. C'était l'époque du maccarthysme, de sa chasse aux sorcières rouges et de ses durables interdits professionnels.

Comme toute épreuve qui met les principes en jeu, elle fit durement le tri entre les hommes. Howard Fast fut de ceux qui, avec l'évidence du naturel, surent tenir bon. C'est en prison que lui était venue l'idée de cette fresque romancée sur la révolte d'esclaves menée, entre - 73 et - 71 avant J. « Je suis Spartacus ! Luxemburgisme. Karl Marx et l’autogestion (Yvon Bourdet, 1971) [1]

Première partie d’un article paru dans Autogestion et socialisme (N°15, mars 1971), repris en sous-chapitre dans Pour l’autogestion (Anthropos, 1974, rééd. 1977). Le mot autogestion n’est guère d’usage courant que depuis une dizaine d’années et il paraît bien anachronique de le juxtaposer au nom de Marx [1]. Toutefois – pour que ceux qui l’ignoreraient n’aillent pas imaginer que nous allons nous livrer à je ne sais quel exercice scolastique de rapprochement artificiel du genre : « que penserait aujourd’hui Platon de la télévision ?

» – précisons d’emblée que si Marx n’emploie pas le mot autogestion il s’intéresse (nous le prouverons par de nombreux textes) à ce que ce mot désigne et qu’on appelait alors « les coopératives de production ». Certes, le fait que ce terme (autogestion) n’ait apparu que récemment ne manque pas de signification. L’œuvre de Marx est une critique de la société capitaliste et sa vie une lutte pour hâter l’heure de l’expropriation des expropriateurs. Notes: Austromarxisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Par austromarxisme, on désigne les idées développées au sein du Parti ouvrier social-démocrate d'Autriche apparu pendant les dernières décennies de l'Empire austro-hongrois. Les théoriciens de l'austromarxisme furent Max Adler, Victor Adler, Otto Bauer, Rudolf Hilferding, Gustav Eckstein, Friedrich Adler et Karl Renner[1].

Sur le plan pratique, l'austro-marxisme n'a pu se développer pendant la Première République d'Autriche (1918-1934) en raison de la montée du nationalisme et de la radicalisation du communisme, et c'est ce qui a fait écrire à l'un de ses principaux penseurs, Otto Bauer, que « la guerre [1914-1918] et la révolution [de 1917] ont dissous l'école austromarxiste[2] ». Description[modifier | modifier le code] Le groupe austromarxiste s'agrégea à partir de 1904 autour de magazines comme les Blätter zur Theorie und Politik des wissenschaftlichen Sozialismus et les Marx-Studien.

Notes et références[modifier | modifier le code] Presse Alternative. Bibliographie sur l’Autogestion. Cette bibliographie provient du livre « Autogestion : hier, aujourd’hui, demain ». Le lecteur du site de l’Association pour l’Autogestion disposera d’un outil précieux pour retrouver les références sur les nombreux sujets concernant l’autogestion. C’est le rôle de l’association. Organisée à la fois par thème sur les livres, elle dispose aussi dans les dernières pages (page 31) d’une liste de « Liens électroniques spécialisés, et de sites ». Parmi ces sites un petit nombre a malheureusement disparus comme cela arrive parfois dans l’univers du web. La bibliographie en PDF Cette entrée a été publiée dans Outils et références, Portail.

Autogestion. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article est incomplet dans son développement ou dans l’expression des concepts et des idées. (mars 2016). Son contenu est donc à considérer avec précaution. Améliorez l’article ou discutez-en. Dans sa définition classique, l’autogestion (du grec autos, « soi-même », et « gestion ») est le fait, pour un groupe d’individus ou une structure considérée, de prendre les décisions concernant ce groupe ou cette structure par l’ensemble des personnes membres du groupe ou de la structure considérée.

Il existe cependant une autre définition, plus politique ; y sont intégrés d'autres paramètres avec une certaine variabilité. La suppression de toute distinction entre dirigeants et dirigés,la transparence et la légitimité des décisions,la non-appropriation par certains des richesses produites par la collectivité,l'affirmation de l'aptitude des humains à s'organiser sans dirigeant. Historique[modifier | modifier le code] Ils en parlent : Concepts liés : Biblio Autogestion. Bibliographie Autogestion (réalisée par Michel Antony - site : Les utopies libertaires) Bibliographie générale sur l’utopie autogestionnaire • L’autogestion allemande (conseils, squats, colonies…) est surtout traitée dans le dossier Anarchisme allemand, mouvements et utopies libertaires. • L’autogestion espagnole libertaire, la plus importante réalisation autogestionnaire de tous les temps par son ampleur, est surtout traitée dans les 3 dossiers Espagne. • L’autogestion en Argentine est surtout traitée dans le dossier Anarchisme argentin. • L’autogestion kibboutzique, une des plus longues expérimentations autogestionnaires, est surtout traitée dans le dossier Bibliographie générale et dans celui sur Anarchisme, mouvements libertaires et utopiques israéliens. • L’autogestion pédagogique est surtout traitée dans le dossier Pédagogie libertaire. • L’autogestion proudhonienne est surtout traitée dans le dossier PROUDHON.

ABAD DE SANTILLAN Diego, LAZARTE Juan, "Reconstrucción social. BILANDZIC D. Rue89. SITUATIONNISME. Cornelius Castoriadis. Castoriadis : Stopper la montée de l’insignifiance | Blog officiel de Serge Letchimy. Les travers de la démocratie participative.

Droit à la paresse

Syndicalisme. Victor serge. Daniel Guerin. Philippe corcuff.