background preloader

Articles de presse

Facebook Twitter

IFRI Kourilsky La révolution biotechnologique. Les fonds américains convoitent les pépites de la biotechnologie française. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Chloé Hecketsweiler Au cours des dix derniers jours de novembre, l'action d'Innate Pharma a progressé de 75 %.

Les fonds américains convoitent les pépites de la biotechnologie française

Cet engouement, la société de biotechnologie française, située à Marseille et spécialisée dans l'immuno-oncologie – une approche innovante pour traiter les cancers en dopant le système immunitaire –, le doit aux bonnes fées américaines qui se sont penchées sur son berceau. Le 20 novembre, l'entreprise a annoncé avoir levé 20 millions d'euros. Ce placement a été effectué intégralement auprès d'investisseurs américains, dont OrbiMed, QVT et Redmile. Autant de noms inconnus du grand public. . « C'est la crème de la crème », se félicite Hervé Brailly, le PDG d'Innate Pharma, pour qui cette opération représente un véritable adoubement scientifique et financier. « Nous cherchions autant du cash que de la visibilité », reconnaît M.

La révolution des biotechnologies (par Michel Limousin) ©Fredo Coyere La révolution des biotechnologies est bien une révolution car elle transforme tout : la connaissance des mécanismes intimes de la vie d’abord, la société ensuite, la culture, l’économie industrielle, l’éthique et même la conception de ce qu’est l’Homme lui-même.

La révolution des biotechnologies (par Michel Limousin)

On dit souvent qu'une révolution chasse l'autre : c’est faux. Particulière­ment dans le domaine scientifique, les révolutions s'emboîtent les unes dans les autres, elles se succèdent. L'une prépare l'autre et l'autre ne saurait apparaître sans la première. Toute la difficulté consiste donc à reconnaître dans la révolution en cours la révolution à venir.

C’est cette difficulté que nous rencontrons avec l’évolution actuelle des biotechnologies.Paul Boccara dans son livre Transfor­mation et crise du capitalisme mondialisé soulignait à juste raison l'importance de la révolution informationnelle qui a transformé le monde aujourd'hui. Santé : la révolution technologique. M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Corine Lesnes Un patient tout-puissant qui choisira son praticien en ligne, un diagnostic rendu en quelques minutes par une machine...

Santé : la révolution technologique

Cet avenir n'est pas si lointain pour les tenants de la « médecine exponentielle », réunis en Californie. Médecin ? Sur la scène, le docteur Kraft a plutôt des allures de prestidigitateur. De ses poches, il tire toutes sortes d'instruments. Bienvenue à la troisième conférence sur la « médecine exponentielle », organisée à San Diego (Californie) du 9 au 12 novembre. Toutes les idées sont les bienvenues, même « les plus bizarres », explique en souriant Alice Rathjen, une spécialiste du génome. Alain Damasio : on a externalisé le corps humain – Télérama.fr.

Le premier patient doté d’un cœur entièrement artificiel n’aura donc pas vécu assez longtemps pour raconter cette expérience.

Alain Damasio : on a externalisé le corps humain – Télérama.fr

Mais malgré cet échec relatif, c’est une nouvelle preuve de la manière dont les nouvelles technologies peuvent impacter le corps humain. On sait désormais remplacer des membres amputés par des prothèses performantes. On prend la mesure de nos activités quotidiennes, des calories ingérées aux déplacements effectués, avec des bracelets électroniques.

Les militaires travaillent sur des exosquelettes qui permettent de décupler la puissance et l’endurance de leurs soldats. Et les nanotechnologies, en matière de médecine, semblent une promesse toujours plus inépuisable. Écrivain de science-fiction (il a notamment publié deux romans, La Zone du dehors et La Horde du contrevent), Alain Damasio est intarissable dès qu’on le lance sur ces questions. “Les transhumanistes voudraient obtenir de la technologie des capacités que nous n’avons pas actuellement.” “La liberté d’utiliser ou de repousser la technologie est inexistante aujourd’hui”, Alain Damasio, écrivain de SF. L'homme va-t-il un jour fusionner avec la machine ?

“La liberté d’utiliser ou de repousser la technologie est inexistante aujourd’hui”, Alain Damasio, écrivain de SF

Pas besoin d'attendre le futur pour réaliser que les nouvelles technologies provoquent de profondes mutations sur nos corps. Entretien au long cours (et en chair et en os) avec Alain Damasio. Le premier patient doté d'un cœur entièrement artificiel n’aura donc pas vécu assez longtemps pour raconter cette expérience.

Mais malgré cet échec relatif, c’est une nouvelle preuve de la manière dont les nouvelles technologies peuvent impacter le corps humain. On sait désormais remplacer des membres amputés par des prothèses performantes. Ecrivain de science-fiction (il a notamment publié deux romans, La Zone du dehors et La Horde du contrevent), Alain Damasio est intarissable dès qu'on le lance sur ces questions. “Les transhumanistes voudraient obtenir de la technologie des capacités que nous n’avons pas actuellement.” Le transhumanisme n'est pas un humanisme.

FIGAROVOX/TRIBUNE - A l'occasion du 1er colloque international sur le transhumanisme en France, Théophane le Méné s'interroge sur les dérives de la volonté humaine de toute-puissance.

Le transhumanisme n'est pas un humanisme

Théophane Le Méné est journaliste. Il écrit pour Causeur et FigaroVox. C'est aujourd'hui que s'ouvre 1er colloque international sur le transhumanisme en France, sous la houlette de l'Association Française Transhumaniste. Il aura pour but de réfléchir aux multiples façons par lesquelles les progressions technologiques peuvent permettre une «augmentation humaine» en même temps qu'elles serviront la justice sociale. Loin de se vouloir un témoignage attentif, alerté et lucide du possible devenir du genre humain, cette rencontre entend exposer l'avènement d'un nouveau type d'humanité - sans jamais acter une contradiction évidente: celle, précisément, de la modernité contre elle-même - où ce n'est plus l'erreur qui est humaine mais l'humain qui est une erreur.