background preloader

Qu'avons-nous en commun?

Facebook Twitter

La notion de commun est ancienne mais très actuelle.
Par des initiatives innovantes, des communautés expérimentent et réinventent la manière de coopérer, dans des domaines aussi divers que l'informatique, la pêche, l'habitat...

Dossiers Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ? Le réseau social local "Provocateur de Projets" P2P Foundation - Blog francophone. P2P Foundation - Blog francophone. Comment fabriquer des biens communs en open source ? Il y a aujourd’hui une vraie déferlante selon les secteurs.

Comment fabriquer des biens communs en open source ?

Voiture, vélo, alimentation / semences /AMAP sont déjà en place, après le logiciel libre. Comment cela peut-il s’élargir en prenant appui sur les vagues du hacking, de la consommation et l'économie collaborative ? Elinor Ostrom prouve qu'une autre logique économique est possible. Peut-on appliquer ses principes à l'économie de la connaissance ? (Biens) communs, quel avenir ? Un enjeu stratégique pour l'économie sociale et solidaire. Le livre est petit, mais éclairant.

(Biens) communs, quel avenir ? Un enjeu stratégique pour l'économie sociale et solidaire

Car il permet de comprendre des distinctions qui pourraient paraître subtiles entre "le Bien commun" (ce qui favorise une société soucieuse de tous), "les biens communs" (ce qui sert à tous, comme l'air, la monnaie), les "communs" - ce sur quoi porte ce livre -, constructions sociales gérées collectivement par les parties prenantes qui définissent un faisceau de droits. S'il ne s'agissait que de s'entendre sur les termes, le livre serait déjà utile, mais sans doute assez court (encore que Christian Laval - le préfacier - et Pierre Dardot ont écrit un livre épais, qui fait référence, sur ce thème). Là où il devient indispensable, c'est lorsque l'auteur illustre la notion et la démarche par des exemples très concrets : la gestion de l'eau à Cochabamba, en Bolivie, Terre de liens en France, la Super Halle d'Oullins, le Groupement pastoral en Tarentaise… (Biens) communs, quel avenir ?

Ecole Supérieure de Travail Social - (Biens) communs, quel avenir ? Un enjeu stratégique pour l’économie sociale et solidaire. Actualités > Colloques et séminaires (Biens) communs, quel avenir ?

Ecole Supérieure de Travail Social - (Biens) communs, quel avenir ? Un enjeu stratégique pour l’économie sociale et solidaire

Un enjeu stratégique pour l’économie sociale et solidaire Le jeudi 2 juin 2016, de 14h à 17h, à l’ETSUP, site de Montsouris, salle polyvalente, entrée libre. Les laboratoires citoyens madrilènes : la fabrique des « communs urbains » – UrbaNews. Dans ce nouvel article consacré à la créativité urbaine en Espagne, Raphaël Besson (Directeur de Villes Innovations), nous propose une immersion dans les Laboratorios ciudadanos madrilènes.

Les laboratoires citoyens madrilènes : la fabrique des « communs urbains » – UrbaNews

Urbanisme « tactique », « émergent », « participatif », « collaboratif », « temporaire » ou encore « précaire », les expressions ne manquent pas pour qualifier les transformations urbaines que connaît Madrid depuis quelques années. Cette frénésie sémantique est symptomatique d’une situation de mutation majeure, dont les expressions conceptuelles et empiriques restent à préciser. C’est l’un des objectifs de notre article qui propose une première analyse des Laboratoires citoyens madrilènes, les Laboratorios ciudadanos.

Au cours de la dernière décennie, Madrid a connu une croissance économique et démographique exceptionnelle. Ce modèle de croissance semble aujourd’hui en crise. L’origine des Laboratorios ciudadanos. Temps des communs, les vidéos de la rencontre en Ile de France. Quatre vidéo ont été réalisées à l’occasion de la rencontre francilienne organisée lors du Festival Temps des communs.

Temps des communs, les vidéos de la rencontre en Ile de France

Il s’agit d’un court documentaire, « Le Temps des Communs » qui présente le festival et les défis de la montée en puissance d’une culture des communs, et de 3 vidéos réalisées sur le mode du pot-pourri de « Définitions », « Pratiques » et « Mots pour résumer », se rapportant aux communs. Ces vidéos ont été réalisées par Morgad Le Naour et Anne Kunvari. Elles sont facilement accessibles sur le site wiki de Remix the commons. Les dérives sécuritaires s’attaquent au principe même des Communs : la liberté. Etat d’urgence – Flickr Le collectif SavoirsCom1 exprime ses plus vives inquiétudes en réaction à la pente sécuritaire que le gouvernement et la grande majorité des représentants sont en train de suivre, suite aux attentats survenus le 13 novembre dernier.

Les dérives sécuritaires s’attaquent au principe même des Communs : la liberté

L’adoption à une écrasante majorité par l’Assemblée nationale du projet de loi prolongeant l’état d’urgence pour une période de 3 mois en est une première manifestation. Mais le pire est sans doute à venir, notamment dans le cadre de la réforme de la Constitution annoncée par le Président de la République. Commun - Pierre DARDOT, Christian LAVAL. Partout dans le monde, des mouvements contestent l’appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication.

Commun - Pierre DARDOT, Christian LAVAL

Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le commun. Pierre Dardot et Christian Laval montrent pourquoi ce principe s’impose aujourd’hui comme le terme central de l’alternative politique pour le XXIe siècle : il noue la lutte anticapitaliste et l’écologie politique par la revendication des « communs » contre les nouvelles formes d’appropriation privée et étatique ; il articule les luttes pratiques aux recherches sur le gouvernement collectif des ressources naturelles ou informationnelles ; il désigne des formes démocratiques nouvelles qui ambitionnent de prendre la relève de la représentation politique et du monopole des partis.

Cette émergence du commun dans l’action appelle un travail de clarifi cation dans la pensée. Commun: Essai sur la révolution au XXIe siècle - Pierre DARDOT, Christian LAVAL - Google Livres. Aucune chose n'est en soi ou par nature " commune ".

Commun: Essai sur la révolution au XXIe siècle - Pierre DARDOT, Christian LAVAL - Google Livres

C'est l'activité des hommes qui la soustrait aux logiques d'appropriation en la réservant pour l'usage commun, en fonction de la détermination collective de fins sociales. Une réflexion passionnante sur la sortie possible du capitalisme, par les auteurs de La Nouvelle raison du monde. The Charter of the Forest - Commons Transition Wiki. The Charter of the Forest was adopted in 1217, two years after Magna Carta, by King Henry III, the son and successor of King John (1166-1216).

The Charter of the Forest - Commons Transition Wiki

The Charter of the Forest formally recognized the vernacular traditions and practices (“laws”) of English commoners – that is, their traditional rights of access to and use of royal lands and forests. The document enumerates specific subsistence rights to the forest such as pannage (pasture for pigs), agistment (grazing of cattle), estover (collecting of firewood), and turbary (cutting of turf), all of which were considered elemental, traditional entitlements of commoners.

The Charter of the Forest was later incorporated into Magna Carta and considered an integral part of it. Commons Transition Wiki. Magna Carta - Commons Transition Wiki. Cotton MS.

Magna Carta - Commons Transition Wiki

Augustus II. 106, one of only four surviving exemplifications of the 1215 text. Magna Carta: Full text here The Magna Carta, or “Great Charter,” is often cited as one of the foundations of Western civilization because it enshrined the rule of law as a cornerstone of governance, limited the power of the sovereign and recognized specific rights and liberties of citizens. The “Great Charter,” which King John agreed to in 1215 after years of brutal armed conflict with feudal barons and commoners, is widely regarded as a source for legal principles such as habeas corpus, trial by jury, and the prohibition of torture.

Appel à propositions Colloque international Communs environnementaux. OpenFoodNetwork : outil d’achat groupé libre et ouvert ! Début janvier avec Simon Sarazin et Marion Rousseaux, nous avons eu l’occasion d’échanger avec Myriam Bouré , contributrice au projet OpenFoodNetwork, un service d’achat/vente groupé libre et ouvert. OpenFoodNetwork commence à se développer rapidement en Australie ou encore en Afrique du sud et, bien qu’il n’y ait pas encore beaucoup d’utilisateurs en Europe, cette initiative pourrait répondre à de nombreux besoins… et la communauté française, toute récente, ne demande qu’à se renforcer : OpenFoodNetwork, kezako ?

OpenFoodNetwork est un service d’achat/vente groupé en ligne basé sur un logiciel libre qui permet de gérer des commandes parmi un catalogue de produits proposés par différents producteurs ou distributeurs (citoyens, groupements d’achat, entreprises,…). Ce qu’il faut globalement retenir d’OpenFoodNetwork, c’est qu’il est assez ouvert pour servir des usages très variés : Voir en plein écran | Me positionner sur la carte. Vers la société des communs. Vers la société des communs. Benjamin Coriat : «L’idéologie propriétaire a atteint ses limites» Des logiciels libres aux licences Creative Commons en passant par l’autopartage et les garderies autogérées, les communs apparaissent comme autant de solutions, trouvées ou en gestation. Professeur d’économie à l’université Paris-XIII, Benjamin Coriat a coordonné l’ouvrage le Retour des communs et la crise de l’idéologie propriétaire (éditions les Liens qui libèrent). Pierre Dardot et Christian Laval, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle.

1Le dernier livre de Dardot et Laval a pour but, comme ils l’écrivent dans l’introduction, de « refonder le concept de commun ». D’une part, il s’agit d’articuler les pratiques contemporaines qui trouvent leur sens dans l’utilisation de ce concept et les institutions parfois très anciennes qui ont déjà donné un sens à ce même concept. D’autre part, il s’agit de faire du commun un principe de compréhension de l’action humaine et un principe réel d’action. 2En s’en tenant ici à une formulation relativement large, on peut dire que le problème du commun est le problème de la possibilité de soustraire une chose à la propriété privée aussi bien qu’à la propriété publique, pour faire de cette chose un usage qui puisse bénéficier à tous ceux qui sont concernés.

On voit qu’il y a ici deux aspects. 5La première partie est consacrée à l’émergence du commun, à la fois comme réalité pratique et comme concept distinct. Les communs, la vraie idée révolutionnaire. Biens communs, ou communs, voilà un concept nouveau, à l'intersection des sciences politiques et de l'économie. Un concept à la mode, qui génère moult publications, autant de colloques et de livres. Mais de quoi s'agit-il ? Ce concept vient de loin, des communaux, d'une époque où l'Etat n'existait pas encore.

Il remonterait à la révolution néolithique, à cette première révolution agricole. A l'époque, les hommes se sont approprié des champs qu'ils vont labourer, ensemencer, moissonner, en d'autres mots travailler, et qui de ce fait deviendront leur propriété. Balades urbaines autour des communs - Remix Biens Communs. Documents correspondant à Balades urbaines autour des communs L'objectif des balades urbaines autour des communs est de donner à voir des exemples concrets de communs, et rencontrer des acteurs impliqués dans leur production, gestion et défense.

Les parcours ont été choisis pour permettre d'observer comment les projets autour des communs foisonnent des nouvelles formes d’organisation sociale en mesure de créer des conditions concrètes d’exercice de la démocratie par tous les citoyens, de lutter contre les logiques d’inégalités dominantes et de retrouver le sens des limites de la biosphère. Remix the commons. UtopLib - Utopies libertaires: Communs ? Biens communs ? Biens publics ?...

Liste de questions. 20101101 Report Biens Communs. « Les communs : pour quoi faire et jusqu’où ? » La démocratie locale à l'épreuve des communs. Soutenez le festival par un don : collecte en cours sur HelloAsso ! Refaire société : Quels nouveaux lieux de convivialité. Par Hubert Guillaud le 17/11/11 | 2 commentaires | 4,508 lectures | Impression Où s’élabore la convivialité ?

Comment se construisent les réseaux sociaux ? Sont-ils réellement des espaces de sociabilité ou n’en sont-ils qu’une illusion, voire une déformation ? Le Forum de la République des idées est largement revenu sur un diagnostic de repli, celui d’un rétrécissement du commun, explique Pauline Peretz de la Vie des Idées. “Pourtant, la disparition des lieux traditionnels de sociabilité s’accompagne aussi de la création de nouveaux lieux de sociabilité que sont les Indignés, les Amap, les monnaies complémentaires, les réseaux sociaux… Autant de lieux qui sont la marque d’un nouveau lien, d’un nouveau ciment entre leurs membres, reliés par un projet commun et pas seulement par l’action politique”. Principes des Communs.

Économie du bien commun. Biens communs. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. CPCD - Centro Popular de Cultura e DesenvolviementoCPCD. Le retour des communs. Alors même que la notion de droits « exclusifs » reconnus au propriétaire individuel connait depuis quelques trois décennies une phase de durcissement et d’extension continue à de nouveaux objets (vivant, logiciels, semences, médicaments, savoirs traditionnels,....) on assiste, comme s’il s’agissait d’une « contre-tendance » à la montée de revendications et de pratiques pour mieux garantir différents types de « communs » conçus et administrés par des collectifs d’acteurs aux configurations multiples. C’est ainsi que les « communs », qui consistent non en une négation des droits de propriété mais en des formes nouvelles de partage et de distribution des attributs de ce droit (sous la forme de droits d’accès, d’usage, de prélèvement ...) entre différentes parties prenantes, connaissent aujourd’hui un formidable regain.

Ces pêcheurs un peu anars vont-ils nous aider à réinventer la propriété ?