background preloader

Dreadlocks Sources

Facebook Twitter

1 ères Traces dans l'Égypte ancienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir locks. Dreadlocks d'un rasta. Les dreadlocks (littéralement mèches de la peur, cf. infra paragraphe Rastafari) ou cadenettes, appelées parfois tout simplement dreads ou locks ou encore rastas (à tort), sont des mèches de cheveux emmêlées naturellement. Les dreadlocks ont un caractère universel à travers les âges, car des peuples de cultures différentes en ont porté.

Principe[modifier | modifier le code] Les dreadlocks se forment seules si les cheveux sont laissés à pousser naturellement (ou bien après avoir été tressés), sans l'utilisation de brosses, peignes, rasoirs, ni ciseaux. Le même phénomène peut aussi se produire de façon naturelle chez les animaux à poil long non toilettés. Sâdhu dont la pilosité a été laissée au naturelSâdhus ayant régulièrement brossé barbe et cheveuxCaniche avec toilettage de concours Histoire[modifier | modifier le code] Les dreadlocks ont aussi fait partie de la culture mexicaine.

Gerry L’Étang approche anthropologique. À partir de considérations sur la coiffure à rajouts et les dreadlocks, Gerry L'Étang interroge les causes politiques et économiques de la distanciation d’avec l’État que constitue à la Martinique le fait de nommer "Chivé-léta" un élément étranger à soi (rajouts), puis analyse les fondements symboliques, affichés et occultés, du "Chivé-rasta". Par-delà les oppositions entre ces coiffures, le projet ici est de mettre au jour des croisements de civilisations suscités respectivement par deux mondialisations: la globalisation économique et la créolisation. De "Gouvelman" à "Léta" Une expression riche de sens est apparue ces dernières années dans le créole martiniquais: "Chivé-léta". Elle désigne des cheveux ajoutés portés par des Martiniquaises noires ou métisses. Ces rajouts noués, tressés, tissés ou collés, tous importés, sont synthétiques ou naturels. En Martinique, l'État est désigné historiquement en créole par le terme "Gouvelman".

Cheveux offerts par l’État Dreadlocks Jata Leonard Howell. Nazir. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nazir (en hébreu : נזיר), nazirite, nazarite, nazarien ou naziréen[1] est une personne qui, selon la Bible hébraïque, fait vœu d’ascétisme suivant une prescription décrite au Livre des Nombres (Nb 6. 1-21). Le mot nazir vient d'un mot hébreu qui signifie « consacré » ou « séparé ». La période de vœu accomplie, le nazir doit apporter une brebis et un bélier en offrande au Temple, se raser le crâne et brûler ses cheveux sur l'autel ; il peut alors boire du vin et retourner à la vie normale[2]. Le vœu du nazir est souvent prononcé en remerciement, par exemple pour un rétablissement de santé, ou pour la naissance d'un enfant, ou simplement comme acte de purification spirituelle.

Les rabbins décourageaient le vœu de naziréat, tout comme d'autres pratiques d'ascèse[3] ; selon eux, les lois du naziréat s'appliquaient uniquement en Terre d'Israël et, plus précisément, seulement quand les prêtres officiaient au Temple. . « YHWH dit à Moïse : ORIGINE des DREADLOCKS RASTAS. Article site sur la Coiffure. Histoire et origines des dreadlocks Tout d'abord pour éviter de s'emmêler les mots un peu de terminologie s'impose ! Ces mèches de cheveux emmêlées se nomment dreads, locks, dreadlocks, cadenettes en bon français mais certainement pas rasta, abréviation de rastafari, mouvement religieux et politique jamaïcain. Les premières traces de dreadlocks viennent de l'Egypte antique ou la famille royale et les hauts dignitaires politiques les portaient soit au naturel soit en perruque. Très présente dans la culture africaine dès 2000 ans avant notre ère, on les trouves aussi dans la culture indienne portées par le dieu Shiva, au Mexique arborées par les aztèques dès le 14éme siécle avant JC, mais aussi par les peuples germaniques, les grecs, les celtes... une coiffure universelle !

Ces stalactites capillaires ont souvent eu une connotation religieuse: les Nazarites du judaïsme, les sâdhu de l'hindouisme, les Derviches et les moines coptes du christianisme en ont portés. Site dédié - How to do Dreadlocks. Ca y est vous avez réfléchit, vous êtes prets ? Très bien, j'ai recensé pour vous quatre méthodes pour se faire des dreadlocks: -RasTafarI -Le peigne -Les nœuds -La jungle Méthode des RasTafarI Matos: Rien Les RasTa ont une méthode très particulière pour se faire des dreadlocks: ils ne font rien !

En effet, si vous voulez vous faire des dread vous avez sûrement les cheveux déjà long et vous avez remarqué quelque chose: il faut se peigner sinon des nœuds apparaissent ! Les Ras choisissent donc de laisser les nœuds se former tout seuls. Je conseille cette technique pour les blacks et pour les rastamen bien sûr même si eux se fichent d'avoir des locks ou pas, ils laissent juste "croître librement leur chevelure" ! Technique du peigne (source: DreadyLady) Matos: -peigne à crêper ou peigne pour chien. D'abord il faut savoir que cette technique est assez longue (10/12h voire plus selon donc vous pouvez prévoir de répartir ça sur plusieurs jours. Faya.