background preloader

November-December 2o15

Facebook Twitter

Pirate Bay Founder: ‘I Have Given Up’ “The internet is shit today.

Pirate Bay Founder: ‘I Have Given Up’

It’s broken. It was probably always broken, but it’s worse than ever.” My conversation with Peter Sunde, one of the founders and spokespersons of The Pirate Bay, did not start out optimistically. There’s good reason for that: In the last couple of months, the contemporary download culture shows heavy signs of defeat in the battle for the internet. Last month we saw Demonii disappear. While it might look like torrenters are are still fighting this battle, Sunde claims that the reality is more definitive: “We have already lost.”

Back in 2003 Peter Sunde, together with Fredrik Neij and Gottfrid Svartholm, started The Pirate Bay, a website that would become the biggest and most famous file-sharing website in the world. PHEME: Computing Veracity – the Fourth Challenge of Big Data. Hallucinant : Project PHEME. L'Europe finance un projet informatique de censure globale. C’est un article du Parisien intitulé « Des chercheurs veulent passer les réseaux sociaux au détecteur de mensonges » qui vend la mèche du dernier gros projet informatique financé par l’Union Européenne, la plus belle invention démocratique du siècle et comparable à terme à l’Union soviétique. « Des chercheurs universitaires travaillent à l’élaboration d’un système capable d’identifier automatiquement les fausses informations qui se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. » « Les réseaux sociaux sont une mine d’or en termes d’informations et d’expressions citoyennes pertinentes mais peuvent aussi être utilisés pour répandre des rumeurs.

Hallucinant : Project PHEME. L'Europe finance un projet informatique de censure globale

Pour faire le tri, des chercheurs planchent sur une sorte de «détecteur de mensonges» actif sur Twitter ou encore Facebook. Un projet ambitieux qui, selon le New York Times, pourrait se concrétiser dans dix-huit mois. » Retenez bien. L'Éducation Nationale vend nos enfants à Microsoft pour 13 millions. 13 millions!

L'Éducation Nationale vend nos enfants à Microsoft pour 13 millions

C'est ce que va débourser Microsoft pour le plan numérique du gouvernement! En échange de cette somme insignifiante pour la multinationale, l'Éducation Nationale va lui ouvrir toutes grandes les portes des établissements scolaires. Au menu: mise en place du "cloud" Microsoft, formations "gratuites" pour les enseignants, "charte de confiance" (sic!) , mise à disposition de la suite bureautique de Microsoft etc. En clair, pour une poignée de lentilles, ce gouvernement veut livrer enfants et enseignants pieds et poings liés à une entreprise qui pratique l'évasion fiscale à grande échelle et continue à pratiquer la vente liée dans un pays où cette pratique est illégale.

Cette décision révoltante démontre de façon éclatante l'ignorance totale dont font preuve nos politiques en matière d'éducation et d'informatique. Bruno Menan, enseignant et membre de l'APRIL. Erreur 451 : le nouveau code signalant la censure sur internet. Contre le piratage, le terrorisme, pour les intérêts économiques...

Erreur 451 : le nouveau code signalant la censure sur internet

Ces dernières années de nombreux Etats, dont la France, ont adopté des lois menant à la censure sur internet. Ce n'était pas prévu par les standards... jusqu'à présent. Un nouveau code d'erreur vient effectivement d'être approuvé. Lorsqu'on navigue sur internet, on est parfois confronté à des erreurs, sous forme de codes. La plus connue est l'erreur 404, qui indique que la ressource demandée (le plus souvent une page web) est introuvable. Faute de mieux, certains fournisseurs d'accès à internet on choisi de renvoyer le code 403 lorsque leurs internautes réclament une page censurée à la demande des autorités. Twitter prévient des utilisateurs qu’un Etat tente de s’infiltrer dans leurs comptes. « Bonjour, par précaution, nous vous prévenons que votre compte Twitter fait partie d’un petit groupe de comptes qui pourraient avoir été visés par des acteurs financés par un Etat. » Ainsi commence le message reçu, vendredi 11 décembre, par quelques utilisateurs du réseau social Twitter.

Twitter prévient des utilisateurs qu’un Etat tente de s’infiltrer dans leurs comptes

Dans ce petit texte, l’entreprise leur signale que ces « acteurs (possiblement associés à un gouvernement), pourraient avoir tenté d’obtenir des informations comme des adresses e-mail, des adresses IP et/ou des numéros de téléphone ». Twitter souligne n’avoir « aucune preuve » que des informations ont bien été dérobées, et ne cite aucun Etat potentiellement impliqué, mais promet d’enquêter sur l’affaire. Spécialistes de la sécurité informatique Au moins une dizaine d’utilisateurs ont reçu simultanément ce message. C’est la première fois que Twitter envoie ce type de message à ses utilisateurs. Le 'PNR' adopté par le Parlement européen. Le registre européen des données des passagers aériens, dit "PNR", a été adopté facilement aujourd'hui en commission au Parlement européen, ouvrant la voie à une adoption en séance plénière début 2016 pour ce nouvel outil de lutte contre le terrorisme.

Le 'PNR' adopté par le Parlement européen

La commission des libertés civiles du Parlement européen a largement donné son feu vert (38 voix pour, 19 contre, 2 abstentions) à un compromis trouvé avec les Etats membres de l'UE, au terme d'un bras de fer de plusieurs années. Google For Education : un attrape-données personnelles ? Comme d'autres de ses concurrents, et notamment Microsoft, Google dispose d'une offre de services Cloud destinée spécialement aux acteurs de l'enseignement : Google For Education.

Google For Education : un attrape-données personnelles ?

Ce secteur est également un des principaux débouchés, aux Etats-Unis, pour le Chromebook. Etudiants et enseignants sont depuis toujours des cibles de choix pour les fournisseurs de technologies. Mais Google pourrait aussi avoir un autre intérêt à être présent sur ce marché, un intérêt directement lié à son cœur de métier : la collecte et l'exploitation des données personnelles.

Chrome Sync par défaut sur Chromebook Pour l'Electronic Frontier Foundation (EFF), Google a incontestablement dépassé les bornes en matière de données personnelles et surtout renié ses propres engagements. En cause, les pratiques de la firme de Mountain View dans le cadre de son offre Google For Education. Ancillary Copyright 2.0: The European Commission is preparing a frontal attack on the hyperlink. The European Commission is preparing a frontal attack on the hyperlink, the basic building block of the Internet as we know it.

Ancillary Copyright 2.0: The European Commission is preparing a frontal attack on the hyperlink

This is based on an absurd idea that just won’t die: Making search engines and news portals pay media companies for promoting their freely accessible articles. Did the FBI Pay a University to Attack Tor Users? The Tor Project has learned more about last year's attack by Carnegie Mellon researchers on the hidden service subsystem.

Did the FBI Pay a University to Attack Tor Users?

Apparently these researchers were paid by the FBI to attack hidden services users in a broad sweep, and then sift through their data to find people whom they could accuse of crimes. LEAD 1-Facebook a 48h pour arrêter de tracer les internautes belges. (Actualisé avec déclarations du gouvernement belge) BRUXELLES, 9 novembre (Reuters) - Un tribunal belge a ordonné lundi à Facebook de cesser d'utiliser un outil logiciel permettant de suivre sans leur accord la navigation en ligne d'internautes belges visitant ses pages sans être utilisateur enregistré du réseau social, une décision contre laquelle le groupe américain entend faire appel.

LEAD 1-Facebook a 48h pour arrêter de tracer les internautes belges

La Commission de la protection de la vie privée (CPVP) belge avait saisi la justice en juin en accusant Facebook de "bafouer" les législations européennes et belges en matière de vie privée par l'utilisation d'outils de suivi sans le consentement préalable des internautes concernés. L'enjeu du dossier est le cookie "datr", que Facebook implante sur les navigateurs internet lorsqu'ils visitent l'un de ses sites ou cliquent sur le bouton Facebook "J'aime" d'autres sites.

Pour Bart Tommelein, le fait qu'un tribunal belge air rendu une décision signifie que l'entreprise relève bien de sa compétence.