Travail par compétences

Facebook Twitter

"Pédagogies et apprentissages" » Blog Archivo » Bibliographie: une approche par compétences. Manifeste pour une école compétente. SVT - Académie d’Amiens. « Il faudrait limiter le socle commun à six ou sept compétences. » Accueil > L’actualité vue par le CRAP > « Il faudrait limiter le socle commun à six ou sept compétences. (...)

« Il faudrait limiter le socle commun à six ou sept compétences. »

Le site d’informations ToutEduc continue en cette rentrée son travail de suivi de l’actualité éducative, avec une sélection d’informations toujours documentées. On appréciera en particulier cette semaine un entretien avec Alain Bollon, expert auprès de l’UNESCO et de la Banque mondiale à propos du débat en cours sur les compétences.

Alain Bollon critique « une vision réductionniste des compétences ». Il poursuit : « En fin de scolarité obligatoire, certaines pourraient ressembler à “produire un message écrit qui ait du sens”, “produire un objet technique”, “produire un objet culturel”, “présenter avec deux autres élèves un projet collectif”, “présenter à des adultes deux choses apprises récemment et qui semblent essentielles...” Voir en ligne : Le site de ToutEduc. B2i / compétence 4 du socle - Médiapôle de Boulogne-Billancourt. Apprendre à penser, une compétence ? Les compétences, vaste débat !

Apprendre à penser, une compétence ?

C’est l’actualité des établissements, avec les prescriptions institutionnelles autour du socle commun de connaissances et de compétences, et la mise en œuvre du livret personnel de compétences. C’est aussi un thème des débats plus politiques, lorsqu’on soupçonne la notion de véhiculer une approche utilitariste des savoirs, d’être un fourreau de l’idéologie managériale, ou au contraire lorsqu’on y voit une opportunité pour améliorer l’école.Pas le genre du CRAP de se situer dans un trop réducteur « pour ou contre ». Ci-dessous quelques extraits d’échanges de courriels sur la liste de diffusion des adhérents de l’association, à l’occasion d’un entretien croisé entre Marcel Gauchet et Philippe Meirieu dans Le Monde du 2 septembre 2011.Certains propos de ce dernier ont suscité des réactions, et légitimement, puisque les extraits retenus par le journal ne reprenaient qu’un aspect du raisonnement.

Livret de compétences : nous ne sommes pas condamnés à l’« usine à cases » Cette année, les enseignants de collège vont avoir à remplir le « livret personnel de compétences » visant à valider le socle commun.

Livret de compétences : nous ne sommes pas condamnés à l’« usine à cases »

Il y a urgence pour soutenir les équipes dans cette démarche novatrice et prometteuse, ce qui est toute autre chose que demander un moratoire, prélude à un enterrement, comme vient de le faire une organisation syndicale. Comment ne pas partager la perplexité des équipes devant ces livrets de compétences, alors que la confusion règne dans leur mise en œuvre ? Les diverses autorités institutionnelles, du ministère aux inspections pédagogiques régionales, envoient des messages confus, contradictoires même, ne serait-ce que sur l’articulation entre ce livret très novateur et un diplôme national du brevet à l’ancienne, inchangé. L’accompagnement des équipes pédagogiques est dérisoire, faute de moyens pour la formation continue. Le socle commun, nous dit-on, « écrase des pans entiers de la culture scolaire ». La « course à la croix » n’a rien d’inéluctable. Socle commun et compétences – Pratiques pour le collège.

Si le socle peut apparaitre comme un « auberge espagnole », les auteures veulent montrer qu’il peut être aussi utilisé comme un « couteau suisse ».

Socle commun et compétences – Pratiques pour le collège

Ce livre propose de nombreux outils pour organiser des situations d’apprentissage, évaluer et valoriser les acquis des élèves.Édité par les éditions ESF en partenariat avec les Cahiers pédagogiques, Il peut être commandé sur notre site au prix de 23 euros (sans frais de port). Qu’est-ce qu’une tâche complexe ? - Compétences. Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser. Dans quelle mesure l'évolution de nos sociétés ébranle-t-elle les conditions de possibilité de l'entreprise éducative ?

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser

Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ? Ils concernent au moins quatre fronts : les rapports entre la famille et l'école, le sens des savoirs, le statut de l'autorité, la place de l'école dans la société.

A priori, famille et école ont la même visée d'élever les enfants : la famille éduque, l'école instruit, disait-on jadis. En pratique, les choses sont devenues bien plus compliquées. Aujourd'hui, la famille tend à se défausser sur l'école, censée à la fois éduquer et instruire. P. M. L'idée d'humanité s'est dissociée de l'idée de culture. M. P. Fichiers Excel pour gérer la validation des compétences. Meirieu : "Je ne peux accepter que l’idéologie des compétences devienne une « théorie de l’apprentissage". Peut-on être optimiste à cette rentrée ?

Meirieu : "Je ne peux accepter que l’idéologie des compétences devienne une « théorie de l’apprentissage"

Dans la nouvelle édition actualisée de sa "Lettre à une jeune professeur", Philippe Meirieu analyse le plaisir d'enseigner. L'ouvrage, accessible et optimiste, reconnaît les difficultés du métier mais en montre aussi la beauté intime. Cette publication est l'occasion pour le Café de l'interroger sur la rentrée et l'avenir de l'Ecole.

Et aussi de revenir sur ses propos sur "la tyrannie des référentiels de compétences".