background preloader

Principes des Communs

Facebook Twitter

Économie du bien commun. Biens communs. Res communis. Biens communs, biens publics mondiaux et propriété. Introduction au dossier. 1Dans leur ouvrage souvent cité comme référence sur la notion de bien public mondial, Kaul, Grunberg et Stern (2002, pp. 36-38) retiennent trois critères permettant de définir ce concept : les biens publics mondiaux ne concernent pas seulement un groupe de pays (leurs effets dépassent par exemple les blocs commerciaux ou les pays de même niveau de richesse) ; leurs effets atteignent non seulement un large spectre de pays, mais également un large spectre de la population mondiale ; enfin, leurs effets concernent les générations futures. 2Un autre terme, celui de « biens communs », a également connu une certaine audience au sein des acteurs qui interviennent à l’échelle internationale.

Biens communs, biens publics mondiaux et propriété. Introduction au dossier.

Même si le sens prêté à cette notion est variable en fonction des acteurs et analystes qui l’utilisent, on peut se risquer à considérer qu’elle désigne en général des ressources ou domaines d’intérêt partagé entre tous les êtres humains. 1.1. La notion de bien commun 1.2. Common Good Framework. Le manifeste de SavoirsCom1. L’approche par les communs s’inscrit dans la continuité de l’appel pour la constitution d’un réseau francophone autour des Biens Communs : Par Biens Communs, nous entendons plusieurs choses : il s’agit d’abord de ressources que nous voulons partager et promouvoir, que celles-ci soient naturelles – une forêt, une rivière, la biosphère -, matérielles – une machine-outil, une imprimante – ou immatérielles – une connaissance, un logiciel, l’ADN d’une plante ou d’un animal –.

Le manifeste de SavoirsCom1

Il s’agit aussi des formes de gouvernance associées à ces ressources, qui vont permettre leur partage, le cas échéant leur circulation, leur valorisation sans destruction, leur protection contre ceux qui pourraient atteindre à leur intégrité. À lire et à faire lire : Biens Communs - La Prospérité par le Partage. The Delhi Declaration - Internet comme un patrimoine mondial. The Internet has become a vitally important social infrastructure that profoundly impacts our societies.

The Delhi Declaration - Internet comme un patrimoine mondial

We are all citizens of an Internet-mediated world whether as the minority who uses it or the majority who does not. In this, our world, the Internet must advance human rights and social justice. Internet governance must be truly democratic. The Internet is reorganising public institutions, including those related to governance, welfare, health, and education, as well as key sectors such as media, communications, transport and finance. It has transformed the way we do many things; however the benefits promised for all have not been adequately realized. Opportunities for the many to participate in the very real benefits of the Internet, and to fully realize its enormous potential, are being thwarted by growing control of the Internet by those with power - large corporations and certain national governments. David Bollier : « Les communs nous aident à sortir du carcan de l’économie néolibérale, à travers des alternatives concrètes »

Qu’il s’agisse d’écologie, de défense des services publics, de culture, de science ou de technologie, les biens communs – ou, plus simplement, les « communs » - ont pour principal attrait de dessiner une alternative pratique aux logiques de commerce et de contrôle, mettant l’accent sur la coopération et le partage, et redonnant du pouvoir et de l’autonomie aux simples citoyens.

David Bollier : « Les communs nous aident à sortir du carcan de l’économie néolibérale, à travers des alternatives concrètes »

Bien communs - Contours et repères (texte complet) How to Think Like a Commoner: A conversation with David Bollier. This interview, authored by Jessica Conrad, was originally published in Shareable.

How to Think Like a Commoner: A conversation with David Bollier

“We need to relearn and reeducate ourselves about what it means to be in relationship to one another and to the world. The commons helps us do that—while providing a framework for new policy and technology that will enable those essential social relationships to flourish again.” David Bollier, an award-winning policy strategist and international activist, is out with a new book that explains the rich history and promising future of the commons, “an ageless paradigm of cooperation and fairness that is re-making our world.” Unlike Bollier’s previous five books, Think Like a Commoner: A Short Introduction to the Life of the Commons explores the commons in layman’s terms, making it the ideal introduction for anyone wishing to learn more about what Bollier calls our “shared inheritance.”

Le sens “commun”, une alternative au capitalisme ? Partager les idées, les voitures, les connaissances, les maisons.

Le sens “commun”, une alternative au capitalisme ?

Introduction à l’économie de paix. Je vous propose un mini jeu de rôle.

Introduction à l’économie de paix

Imaginez que vous travaillez dans une prestigieuse université. Vous êtes chercheur. Vous effectuez une découverte susceptible de sauver 8 millions de personnes chaque année et d’engendrer des bénéfices colossaux. Que faites-vous? Scénario 1. Essayez de répondre le plus franchement possible. Internet : les héros sont fatigués ================================== À f. Et si vous developpiez vos projets autour d’un Commun ? Le 18 novembre, à Lille, s’est déroulée la journée phare des Roumics 2014 sur le sujet des biens communs autour de conférences, ateliers et divers temps d’échanges. 4 questions ont dirigé la rédaction de cet article pour y apporter des réponses : Bien commun ou Commun ou Commun libre, de quoi parlons-nous réellement ?

Et si vous developpiez vos projets autour d’un Commun ?

Pourquoi les personnes contribuent à un Commun ? Des idées de modèles économiques et financiers pour supporter le développement d’un Commun et ses contributeurs ? Que nous faut-il pour “Refaire société” « C’est l’état actuel de notre société, « fragilisée, écartelée… » qui nous amène à nous poser la question de comment « refaire société« , explique l’historien Pierre Rosanvallon en introduction des trois jours de conférences initiées par le collectif la République des idées qui avaient lieu à la Maison des jeunes et de la culture de Grenoble du 11 au 13 novembre 2011.

Que nous faut-il pour “Refaire société”

Nous vivons une « terrible régression », assure Pierre Rosanvallon dans son introduction au colloque comme à Refaire société, l’ouvrage collectif qu’il a dirigé et qui accompagnait les questionnements de ces trois jours. Et de n’évoquer qu’un exemple pour souligner la manière dont celle-ci se décompose, celui de la progression de l’écart moyen de rémunération entre les plus petits salariés et leurs PDG, qui était de 1 à 40 au début du XXe siècle et qui est aujourd’hui de 1 à 400. En France, les 1 % les plus aisés accaparent 24 % du patrimoine. Six outils pour faire vivre les biens communs. Le concept de bien commun a pris une place importante dans le champ médiatique depuis l’attribution en 2009 du prix (de la Banque royale de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred) Nobel à la politologue étasunienne Elinor Ostrom.

Six outils pour faire vivre les biens communs

Cette dernière a produit une oeuvre scientifique immense démontrant magistralement que de nombreux biens communs (des ressources naturelles et des ressources culturelles) peuvent être bien gérées localement par des communautés très diverses qui se fabriquent des normes ad hoc pour éviter l’effondrement de leurs ressources (autrement appelé « la tragédie des biens communs »). Ostrom montre qu’il n’y a pas de recette toute faite, mais qu’il y a bien des principes de base récurrents [1]. C’est une véritable théorie de l’auto-organisation.

Tentons d’entrer dans la matière à reculons. 4.31 Et si les entreprises étaient aussi au service du Bien commun ? par Roger Nifle. Comment fabriquer des biens communs en open source ? Il y a aujourd’hui une vraie déferlante selon les secteurs. Voiture, vélo, alimentation / semences /AMAP sont déjà en place, après le logiciel libre. Les biens communs, comment (co)gérer ce qui est à tous ? Rendre autonome la production entre pairs. Dans cet article nous décrirons d’abord simplement la mécanique de création de valeur de la production entre pairs, ainsi que le système institutionnel qui émerge autour, pour ensuite voir comment ce système s’insère dans l’économie politique du capitalisme. Enfin nous examinerons s’il est possible de sortir ce système émergent de cette interdépendance, afin de rendre son processus de reproduction "autonome".

La question sous-jacente étant : la production entre pairs peut-elle être plus qu’un simple adjoint du capitalisme ? Si oui, à quelles conditions ? Quand la propriété intellectuelle devient folle. On parle sans cesse des entorses faites à la propriété intellectuelle, au copyright et autres droits d’auteurs.

Appel d'Edgar Morin pour les biens communs. Albert Jacquard démonte le concept de 'Propriété Intellectuelle'.

(à reclasser)