background preloader

Important

Facebook Twitter

France Culture - (ré)écouter. Stratégie pour une reconquête, par Serge Halimi. « Le pays exige des expérimentations audacieuses et soutenues. Le bon sens est de choisir une méthode et de l’essayer. Si elle échoue, admettez-le franchement et essayez autre chose. Mais surtout, essayez quelque chose ! » Franklin Roosevelt, 22 mai 1932 Cinq ans ont passé depuis la faillite de Lehman Brothers, le 15 septembre 2008. La légitimité du capitalisme comme mode d’organisation de la société est atteinte ; ses promesses de prospérité, de mobilité sociale, de démocratie ne font plus illusion.

Mais le grand changement n’est pas intervenu. La gauche anticapitaliste récuse l’idée d’une fatalité économique parce qu’elle comprend que des volontés politiques l’organisent. La victoire des néolibéraux depuis 2008 doit beaucoup au secours de la cavalerie des pays émergents. L’existence des « bourgeoisies nationales » — et la mise en œuvre de solutions nationales — se heurtent donc au fait que les classes dirigeantes du monde entier ont désormais partie liée.

Oui, de l’audace. La Cour des comptes, cerbère de l’austérité, par Sébastien Rolland. Turpitudes de la déroute du Crédit lyonnais en 1995, frasques des responsables de l’Association pour la recherche sur le cancer (ARC) en 1996, etc. : longtemps, la Cour des comptes a « épinglé ». Désormais, elle « exige des économies ». Légat de l’orthodoxie financière élaborée à Bruxelles ou au Fonds monétaire international (FMI), son premier président, M. Didier Migaud, est vénéré par les médias français. Le 27 juin 2013, sa présentation du rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques (RSPFP) mobilisait le direct des chaînes d’information. Le soir même, l’ancien député socialiste (par ailleurs ancien président de la commission des finances de l’Assemblée nationale) accordait des entretiens au Monde, à La Chaîne info (LCI), à « Soir 3 », puis, le lendemain, à Europe 1 et à BFM Business. « C’est Migaud qu’il faut comme premier ministre », concluait Le Figaro une semaine plus tard.

S’agirait-il vraiment d’une promotion ? Les premiers budgets du gouvernement de M. The Guardian : Le Pentagone se prépare à contrer les mouvements de rupture de la société civile, par Nafeez Ahmed. Une vingtaine de mails me sont parvenus à propos de ma vidéo d’hier, Le temps qu’il fait le 13 juin 2014. La moitié approuve la thèse que je défends, l’autre moitié la désapprouve. Point commun des commentaires qui désapprouvent ma thèse : ils ignorent ce qui est écrit dans l’article du Guardian dont ma vidéo est un commentaire. J’ai répondu à ceux qui tentent de me réfuter : « Vous n’avez manifestement pas lu l’article de Nafeez Ahmed ! » Ceux d’entre eux qui m’ont répondu jusqu’ici me le concèdent : non, ils n’ont pas lu l’article du Guardian.Dominique Gerin (La commentatrice « Alexandria », à l’époque où les commentaires étaient autorisés sur le blog) me fait parvenir une traduction de l’article, ce dont je la remercie. Le Pentagone se prépare à contrer les mouvements de rupture de la société civile © The Guardian Nafeez Ahmed, The Guardian, 12 juin 2014 L’an dernier, la Minerva Initiative du Dpt de la Défense a financé un projet intitulé “Qui ne devient pas terroriste, et pourquoi ?”

Tendance jeûne. Le Ramadan approche et des dizaines de milliers de musulmans s'y préparent en France. Mais ils ne sont pas les seuls à se préoccuper de leur jeûne. Car pour différentes raisons, spirituelles, diététiques, militantes, voire thérapeutiques, cette pratique ancestrale connaît un retour en vogue. Enquête d'Eric Chaverou, ponctuée de vos très nombreuses réactions. « Je n'imaginais pas jeûner.

Je me sentais trop gourmand. Je viens du Sud-Ouest, où l'on mange, où l'on a un rapport à la nourriture très particulier. » Devant une tasse de thé, Thierry de Lestrade se confie. Journaliste et Prix Albert Londres, il a découvert ce « nouvel espace de liberté » à l'occasion d'un documentaire réalisé en 2011 avec Sylvie Gilman. Et de raconter toutes les découvertes qu'a engendré ce film de 52 minutes intitulé "Le jeûne, une nouvelle thérapie ? " Un documentaire "phénomène" qui a obtenu un succès d'audience sur Arte malgré sa diffusion tardive, avant d'être rediffusé.

Les dix mythologies qui empoisonnent l’Europe | Culture pol. Le Front national a remporté les élections européennes ? La chute de confiance des Français vis-à-vis de l’Europe est vertigineuse ? Les politiques, incapables d’expliquer en quoi la nature de leur pouvoir a changé, sont les premiers responsables. Revue de détail des dix mythologies qui, lentement mais sûrement, empoisonnent l’Europe. « L’Europe est démocratique car les gouvernements qui négocient sont élus démocratiquement » C’est ce que soutiennent en général les partisans du système actuel. C’est une plaisanterie : c’est le projet qui fait la légitimité d’un élu, pas sa seule qualité d’élu. Les Français n’aiment pas l’Europe car ils aiment la démocratie et détestent qu’on puisse décider sans mandat pour le faire.

Cette Europe là est rejetée, et c’est tant mieux. . « Les Français ne se reconnaissent pas dans l’Europe » Effectivement mais pas pour les raisons qu’on croit. . « L’Europe, c’est la paix » « L’Europe est un garde-fou contre les tentations populistes » Sophisme ahurissant. America dumbs down: a rising tide of anti-intellectual thinking. Bill Pugliano/Getty Images South Carolina’s state beverage is milk. Its insect is the praying mantis. There’s a designated dance—the shag—as well a sanctioned tartan, game bird, dog, flower, gem and snack food (boiled peanuts). But what Olivia McConnell noticed was missing from among her home’s 50 official symbols was a fossil. So last year, the eight-year-old science enthusiast wrote to the governor and her representatives to nominate the Columbian mammoth.

And, as it turns out, the present, too. What has doomed Olivia’s dream is a raging battle in South Carolina over the teaching of evolution in schools. Charles Darwin’s signature discovery—first published 155 years ago and validated a million different ways since—long ago ceased to be a matter for serious debate in most of the world. The American public’s bias against established science doesn’t stop where the Bible leaves off, however. If ignorance is contagious, it’s high time to put the United States in quarantine. Climat : il faut se faire une raison, tout est foutu ! | American Miroir. Le mois dernier, le New York Times Magazine tirait sur huit pages le portrait d’un Anglais, Paul Kingsnorth, célèbre dans la mouvance des activistes et penseurs écologistes anglophones : « C’est la fin du monde tel que nous le connaissons, et ça lui convient.

Après des décennies de fervent militantisme environnemental, Paul Kingsnorth a décidé qu’il était trop tard – l’effondrement est inévitable. » Sur le coup, je me suis gratté la tête, essayant de comprendre pourquoi le NYT choisissait de présenter la volte-face politique de Kingsnorth précisément maintenant, alors que celui-ci avait lancé son pavé dans la mare… il y a plus de deux ans. Parce que, franchement, pour qui suit l’intense actualité intellectuelle du monde écolo-alter-mondialiste – genre Notre-Dame-des-Landes à l’échelle occidentale – les états d’âme du beau Paul appartiennent presque au passé. Reste-t-il encore de l’espoir ?

« Le changement climatique est déjà en train de vous affecter, maintenant. . « On va sauver le monde ? Ces tâches « à la con » qui vident nos métiers de leur intérêt. Il n’est pas si fréquent de voir un article d’universitaire partagé plusieurs dizaines de milliers de fois sur Facebook. C’est arrivé cet été. David Graeber, anthropologue américain couramment qualifié d’anarchiste, s’est penché sur la prolifération de ce qu’il appelle des « bullshit jobs ». En français : des boulots « à la con ». Graeber assure que « des tas de gens passent leur vie professionnelle à effectuer des tâches qu’ils savent sans réelle utilité ». Il estime que ces emplois n’ont pas d’autre raison d’être que celle de ne pas créer de chômeurs supplémentaires. Cette thèse fait écho, en France, aux travaux de Béatrice Hibou. Rue89. Béatrice Hibou. Béatrice Hibou (B. C’est un phénomène de plus en plus dénoncé par les mouvements protestataires ou défenseurs du service public, car c’est là certainement que les gens se sentent le plus touchés dans leur sens du métier.

Y a-t-il de plus en plus de « boulots à la con », pour parler comme Graeber ? Qu’est-ce qui est nouveau aujourd’hui ?