background preloader

ESPRIT CRITIQUE

Facebook Twitter

Normand Baillargeon - Petit cours d'autodéfense intellectuelle, partie 5. Le kit de détection de poutine de Carl Sagan Le modèle EN-QU-E-TE It is not what the man of science believes that distinguishes him, but how and why he believes it.

Normand Baillargeon - Petit cours d'autodéfense intellectuelle, partie 5

Bertrand Russell Le moment est donc venu de synthétiser quelque peu ce qu'on a vu et de le mettre en application. Je vous propose d'abord un modèle destiné à nous aider à évaluer des propositions qu'on soumet à notre approbation. Il a été conçu par Theodore Schlick Jr. et Lewis Vaughn. En anglais, il s'appelait “S-E-A-RCH” (c'est un acronyme), ce que je propose de rendre par EN-QU-E-TE (un autre acronyme). Je vous le présente d'abord; je vous inviter ensuite à l'appliquer à un objet, l'homéopathie. Théorie, pratique et erreurs en astrologie (que répondre au « ça marche  ?) Cette page fait partie de la catégorie « Extraits » qui, comme son nom l’indique, donne accès à du contenu de mon ouvrage paru en mars 2016.

Théorie, pratique et erreurs en astrologie (que répondre au « ça marche  ?)

En vous souhaitant bonne lecture. Les débats sur l’astrologie se terminent trop souvent (ou trop vite) en pugilats et, paradoxalement, les acteurs des débats peuvent garder le sentiment [quel que soit leur parti] que leurs contradicteurs sont de mauvaise foi : les évidences des uns se heurtent brutalement aux évidences des autres. Est-il vraiment impossible de dépasser cet état de fait ? Qu’est-ce que l’astrologue entend vraiment par « ça marche !

» ? (…) Dans cet ouvrage, un « sceptique » sera toute personne qui ne croit pas en l’astrologie et a des arguments à fournir contre ses prétentions [être sceptique ne peut pas être seulement un état d’esprit]. L’état d’esprit trop militant amène souvent en effet à ce que j’appelle, dans le cadre des débats sur l’astrologie, « le paradoxe du charlatan ». On te manipule. Une Théorie du complot, c'est quoi ?

On te manipule

Une théorie du complot (on parle aussi de conspirationnisme ou de complotisme) est un récit pseudo-scientifique, interprétant des faits réels comme étant le résultat de l’action d’un groupe caché, qui agirait secrètement et illégalement pour modifier le cours des événements en sa faveur, et au détriment de l’intérêt public. Incapable de faire la démonstration rigoureuse de ce qu’elle avance, la théorie du complot accuse ceux qui la remettent en cause d’être les complices de ce groupe caché. Elle contribue à semer la confusion, la désinformation, et la haine contre les individus ou groupes d’individus qu’elle stigmatise. La Galaxie Sceptique Francophone. La Méthode Hypercritique - La Tronche en Biais #2. Débunkage et entretien épistémique - Le PdlT #3. Débunkage & entretien épistémique. L'esprit scientifique - François Graner. Revue de psychologie de la motivation. 2005 – N° 40 - pp 129-133 François GRANER, Directeur de recherche au CNRS « M’sieur, me dit mon neveu, il y a un éléphant dans votre jardin : il vient de manger votre voisin, et si vous ne l’attrapez pas, il va se sauver par derrière !

L'esprit scientifique - François Graner

». C’était en partie vrai (il y avait un éléphant), mais en partie faux (les éléphants ne mangent pas les hommes), incomplet (huit hommes étaient en train de le ramener au zoo) et j’avais mal compris (et donc je n’ai rien vu car je suis sorti par la porte de devant). À la base : le doute C’est cette amusante fable qui, vers l’âge de huit ans, m’a instillé la base de l’esprit scientifique : le doute, la responsabilité que nous avons de démêler le vrai du faux. La remise en cause permanente de notre propre travail et de celui des autres permet de confronter les idées et de les tester. Transmission Au contraire, l’esprit scientifique n’est pas lié à une discipline particulière.

Science et certitude. Cognitive Bias Codex - The Big Picture. Outillage critique. Petit recueil de 18 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi. Petit recueil de 18 moisissures argumentatives à utiliser sans modération lors des concours de mauvaise foi, par Richard Monvoisin, vice-champion de mauvaise foi 2008, et Stanislas Antczak, champion 2007.

Petit recueil de 18 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi

(Certains sophismes sont davantage détaillés dans l’article Logique – Le monde de sophisme). Nous avons découpé ces moisissures argumentatives en trois grandes catégories : les erreurs logiques, les attaques, et les travestissements. Télécharger en format pdf ici. 1. La généralisation abusive Méthode : prendre un échantillon trop petit et en tirer une conclusion générale. Exemples : Mon voisin est un connard moustachu, donc tous les moustachus sont des cons.Les Chinois sont vachement sympas. 2. Méthode : raisonner à rebours, vers une cause possible parmi d’autres, vers un scénario préconçu ou vers la position que l’on souhaite prouver. Exemples : C’est fou, la banane a été créée pour être facile à éplucher.Le monde est trop bien foutu, c’est une preuve de l’existence d’une volonté divine.