background preloader

P1S7 Géométrie des molécules et vision

Facebook Twitter

The molecular breakdance of seeing. The detection of light by pigments in the retina, called rhodopsin or visual purple, leads to our sense of vision.

The molecular breakdance of seeing

New experiments by scientists from the Max Planck Institute for the Structure and Dynamics of Matter and the University of Toronto have revealed that the primary photochemical event of this process operates at the fundamental molecular speed limit. These results are reported online in the journal Nature Chemistry today. The retinal chromophore in rhodopsin, also called vitamin A aldehyde, derives its light sensitivity from a repeating chain of single- and double-bonded carbon atoms. The absorption of a photon by retinal causes an extremely short transient weakening of a specific double bond resulting in rotation about that bond. Pinpointing how fast this so-called chemical isomerization reaction occurs has been difficult, however, and has largely tracked the technological advances in pulsed laser sources.

Explore further: Discovery alters conventional understanding of sight. Pourquoi l'autoportrait de Léonard de Vinci vieillit mal ? PORTRAIT.

Pourquoi l'autoportrait de Léonard de Vinci vieillit mal ?

Ce portrait d'un homme dessiné à la craie rouge date des années 1510-15. Pour beaucoup d'experts, il constitue un autoportrait de Léonard de Vinci - même si cette thèse à ses détracteurs. Malheureusement, ce dessin a beaucoup souffert au cours des siècles et aujourd'hui, le papier présente un jaunissement généralisé. Il est aussi parsemé de taches brunes, ce qui diminue considérablement la visibilité du dessin. Pourquoi un tel vieillissement ? Un tableau soumis à rude épreuve au cours des siècles Les chromophores, ce sont de petits groupements d'atomes que l'on retrouve dans certains pigments. Un antibiotique activé par la lumière - 24 mars 2014. Mieux cibler l'action des antibiotiques, voilà l'objectif des scientifiques du Karlsruhe Institute of Technology (KIT) en Allemagne et de l'université de Kiev (Ukraine) qui ont récemment publié leurs travaux dans la revue Angewandte Chemie.

Un antibiotique activé par la lumière - 24 mars 2014

Ils viennent de mettre au point un antibiotique dont l'action peut être contrôlée par la lumière, ouvrant la voie à des traitements localisés et à une réduction des effets secondaires. Certaines molécules changent de structure sous l'effet de la lumière PHOTOACTIVABLE. Les molécules dites "photoactivables" modifient leur structure lorsqu'elles sont exposées à un rayonnement d'une certaine longueur d'onde. C'est le cas par exemple des stilbènes. Grâce à l'action de la lumière, la structure de "l'interrupteur moléculaire" est modifiée. INTERRUPTEUR. Une stratégie qui pourrait aussi être utilisée dans la lutte contre le cancer. Institut de chimie. Inspirés par les hydrogels naturels, les chimistes développent des matériaux de synthèse aux propriétés uniques : forte teneur en eau, douceur, flexibilité ou biocompatibilité.

Institut de chimie

Leur ressemblance avec les tissus vivants présente un grand intérêt pour le domaine biomédical. En quête de leur optimisation, des chercheurs de l’Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (CNRS/Université de Strasbourg) et de l’Institut de sciences et d’ingénierie supramoléculaires (CNRS/Université de Strasbourg) les ont dotés de pouvoirs d’auto-réparation mais aussi de transformation sous stimuli lumineux. Des résultats parus dans la revue Chem.Eur.J. Capables de retenir de grandes quantités d’eau du fait de leurs réseaux tridimensionnels, doux, flexibles, biocompatibles, les hydrogels présentent une forte ressemblance avec les tissus vivants. Référence E. Amphiphilic Metallopolymers for Photoswitchable Supramolecular Hydrogels. Stockage liquide pour le solaire - Sciencesetavenir.fr.

EFFICIENCE.

Stockage liquide pour le solaire - Sciencesetavenir.fr

Depuis plus de six ans, Kasper Moth-Poulsen de l'université de Technologie de Chalmers, à Göteborg, en Suède, étudie la possibilité de stocker l'énergie solaire dans un fluide chimique. L'idée date des années 50 mais cela fait moins d'une décennie que les chimistes disposent des moyens de la réaliser. Il s'agit, pour ce faire, de fabriquer des molécules synthétiques sensibles à la lumière du Soleil : éclairées elles changent de configuration et stockent ainsi l'énergie solaire dans leur liaisons chimiques. Elles peuvent conserver leurs nouvelles formes pendant des mois voire des années et quand elles sont mises en présence d'un catalyseur, elles retrouvent leurs formes initiales en libérant de la chaleur.

Présentation du projet (en anglais).