background preloader

13. Temps et évolution chimique. Cinétique et catalyse

Facebook Twitter

Catalyst for the carbon-free production of hydrogen gas from ammonia. (Phys.org)—Hydrogen has the potential to provide an alternative, clean energy source, particularly as applied to fuel cell technology.

Catalyst for the carbon-free production of hydrogen gas from ammonia

Current fuel sources involve carbon-containing fossil fuels or carbon-containing organic molecules, which result in the production of excess CO2, a greenhouse gas. Several initiatives, including a national initiative in Japan, seek to create a low-carbon usage society by using alternative fuel sources. Institut de chimie. Ces chimistes à l’assaut du CO2. Depuis des années, le chimiste Marc Robert développe un procédé pour valoriser le dioxyde de carbone.

Ces chimistes à l’assaut du CO2

Avec ses collègues Jean-Michel Savéant et Cyrille Costentin, du Laboratoire d’électrochimie moléculaire, il a reçu en novembre 2016 le prix du « Challenge des molécules essentielles » de la société Air Liquide. Que faire des milliards de tonnes de CO2 que nous injectons chaque année dans l’atmosphère ? C’est sans doute en gardant cette question à l’esprit que Marc Robert a commencé à imaginer des solutions permettant de valoriser ce gaz à effet de serre, au milieu des années 2000. Avant cela, le chimiste et ses collègues du groupe Transfert d'électron et bouleversements moléculaires du Laboratoire d’électrochimie moléculaire1 (LEM) vont, plus d’une décennie durant, s’évertuer à faire progresser les connaissances sur les transferts d’électrons.

Leurs travaux, avant tout fondamentaux, s’appuient sur l’électrochimie moléculaire. Le fil Science & Techno - Enzymes : Nickel pour produire de l’hydrogène ! ​Dans la course aux énergies propres, la mise au point de procédés de production d'hydrogène via des ressources renouvelables telle que l'eau et l'énergie solaire représente une solution séduisante.

Le fil Science & Techno - Enzymes : Nickel pour produire de l’hydrogène !

Les coûts de production d'hydrogène restent cependant élevés, à cause notamment de l'utilisation du platine, métal rare, comme catalyseur dans les systèmes d'électrolyse à membrane. Or, dans la nature, par exemple dans les bactéries, certaines enzymes catalysent la production de dihydrogène. Cinétique chimique : cours complet. Concevoir plus rapidement de meilleurs catalyseurs. Les catalyseurs sont des substances ou des matériaux qui, par leur interaction avec des réactifs, minimisent l'énergie nécessaire aux réactions chimiques et favorisent la formation des produits désirés.

Concevoir plus rapidement de meilleurs catalyseurs

L'industrie chimique en dépend presque entièrement, et il en résulte un surplus commercial estimé à 50 milliards d'euros en Europe1. Au-delà de l'aspect économique, les dispositifs catalytiques tels que ceux embarqués dans les pots d'échappement des véhicules diminuent l'impact polluant des moteurs à combustion. En outre, si peu de voitures équipées de piles à hydrogène2 ont été lancées sur le marché alors qu'elles n'émettent pas de gaz à effet de serre, c'est notamment parce que les catalyseurs de piles à combustible ne sont pas encore véritablement au point s'agissant de leur fonctionnement dans la durée. Développer des catalyseurs plus efficaces est donc un enjeu de taille. Les catalyseurs sont souvent constitués de petites particules métalliques de quelques nanomètres de diamètre. Du méthanol au carburant : rôle de l’alumine dans la catalyse par les zéolites.

L’alumine, présente dans la plupart des zéolites, joue un rôle prépondérant dans la transformation du méthanol en hydrocarbures, procédé qui permet de mettre en place une voie d’approvisionnement en carburants et en intermédiaires pétrochimiques indépendante des sources pétrolières classiques.

Du méthanol au carburant : rôle de l’alumine dans la catalyse par les zéolites

C’est ce que des chercheurs du Laboratoire de chimie (CNRS/ENS Lyon) et du Laboratoire de chimie des surfaces de l’école polytechnique fédérale de Zurich viennent de mettre en évidence. Ce travail fait l’objet d’une publication dans la revue ACS Central Science. Le procédé Methanol-To-Olefin, découvert dans les années 1970, utilise des zéolithes pour transformer le méthanol en carburant et en produits à haute valeur ajoutée comme les oléfines, qui sont à la base de la fabrication de polymères. Le projet NOVECAL : de nouveaux catalyseurs à base de macromolécules cycliques. Researchers identify possible catalyst for converting methane to methanol at room temperature. (Phys.org)—A team of researchers from Belgium and the U.S. has identified the active site of an iron-containing catalyst that has raised hopes for designing a practically useful catalyst that might make converting methane to methanol a possibility.

Researchers identify possible catalyst for converting methane to methanol at room temperature

In their paper published in the journal Nature, the researchers describe their efforts, what they discovered and why they believe their findings may lead to a practical way to convert methane to a more efficient energy resource. Une nouvelle voie pour la catalyse : le champ électrostatique. Un simple champ électrostatique pourrait-il remplacer les catalyseurs chimiques complexes et onéreux utilisés pour accélérer les réactions chimiques ?

Une nouvelle voie pour la catalyse : le champ électrostatique

C'est ce que proposent Michelle Coote, de l'université de Barcelone, et son équipe. Cette nouvelle forme de catalyse compléterait ainsi les trois types de processus catalytiques déjà connus, à savoir la catalyse chimique, la catalyse enzymatique, et la photocatalyse. Des études théoriques avaient prédit dès 2004 qu'un champ électrostatique peut modifier la répartition des électrons entre les atomes au sein des molécules, favorisant ainsi la rupture, ou la création de nouvelles liaisons chimiques. New catalyst uses light to convert nitrogen to ammonia.