background preloader

Occident

Facebook Twitter

Pourquoi les Français cachent-ils leur argent en Suisse ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé L'air pur des sommets et la douceur de vivre des cantons helvètes n'expliquent pas à eux seuls l'attrait de la Confédération sur son voisin tricolore. Qu'est-ce qui attire si irrépressiblement les citoyens français à placer leur argent dans les coffres bancaires suisses, comme le révèle notre enquête « SwissLeaks » ? Lire notre enquête : « SwissLeaks » : révélations sur un système international de fraude fiscale Une tradition de discrétion C'est le mot d'ordre de tous les établissements suisses. « Le secret bancaire suisse a toujours eu comme but premier la protection des clients contre toute ingérence dans les affaires privées », résume la banque BBGI sur son site Internet.

Mais les établissements helvètes restent réputés pour leur discrétion. Une loi arrangeante Les établissements suisses sont aidés dans leur effort de discrétion par la loi suisse qui interdit de révéler l'existence d'un compte sans le consentement du client. Un médiateur. Vu du Royaume-Uni . Oui, les Français valent mieux que nous ! Portugal. Comment vendre son pays aux Américains.

Europe

Comment Lennon et Reagan ont tué les sixties. En décembre 1980, John Lennon était assassiné à New York. Quatre mois plus tard, Ronald Reagan, à peine élu président, était la cible d'un tireur isolé. Deux évènements violents et une élection qui soldèrent l'utopie des années 60. C’était il y a trente ans pile, lors d'un autre virage entre deux décennies –«it was thirty years ago today», auraient pu chanter les Beatles...

Le 8 décembre 1980, John Lennon était abattu devant le Dakota Building, son domicile new-yorkais le long de Central Park, par Mark David Chapman, un fan déséquilibré. Un drame qui va être abondamment commémoré dans les jours à venir, alors qu'un autre événement historique lui aussi millésimé trente ans d'âge n'a été que peu rappelé le mois dernier: l'élection de Ronald Reagan, le 4 novembre 1980, face à Jimmy Carter. «En train de lui expliquer les règles du football» La scène d'ouverture a lieu devant un match de football américain. Un exemplaire de L'Attrape-coeurs Théories du complot et détails politiques 1 — J. ÉTATS-UNIS • Obama a besoin d'un chef de guerre. En limogeant son ministre de la Défense, le président américain prépare un engagement renforcé contre l'Etat islamique.

Et marche dans les pas de George W. Bush. Ces jours-ci, quand Barack Obama se regarde dans la glace, il doit voir un visage terrifiant s’y refléter : celui de George W. Bush. Par une de ces cruelles répétitions de l’Histoire, Obama est en train de devenir ce président dont il avait dénoncé la politique extérieure. Comme du temps de Bush, cette décision intervient alors qu’un conflit au Moyen-Orient est en train de mal tourner – à l’époque la guerre en Irak, aujourd’hui les frappes aériennes contre l'organisation terroriste Etat islamique. "Offert en sacrifice" Les néoconservateurs qui dominaient le gouvernement Bush se sentent d’une certaine manière confortés en observant les efforts d’Obama pour éviter une répétition de l’Histoire. Soulagement Obama a juste mentionné en passant que la guerre menaçait de dominer les deux dernières années de son mandat. DIPLOMATIE • Les Français nouveaux faucons de l’Europe.

La France de 2003 menait l’opposition à l’invasion américaine de l’Irak. Celle de 2014 a poussé Obama à intervenir en Syrie – en vain. Un retournement aussi politique que pragmatique. 26 novembre 2014 | Partager : En mars 2003, l’enthousiasme martial de la Chambre des représentants l’avait poussé à rebaptiser les frites et le pain grillé de la cantine en freedom fries et freedom toasts. Déjà abonné ? La mort lente de l'église catholique. Record historique: seuls 83 prêtres ont été ordonnés cette année en France. Le clergé comptait 41.000 prêtres au début des années 1960.

Ils ne sont plus aujourd'hui que 15.000, dont la moitié a plus de 75 ans. L'église catholique en France est proche du seuil de rupture. A la cathédrale et sur le parvis de Notre-Dame de Paris, plus de dix mille catholiques ont assisté, samedi 26 juin, à l'ordination sacerdotale de neuf nouveaux prêtres par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris. L'éclat et la joie de cette célébration n'ont toutefois pu dissimuler la profonde dépression des chiffres du clergé ordonné cette année en France.

Record historique: seuls 83 prêtres, dans moins de la moitié des cent diocèses français, ont été ou vont être ordonnés en 2010 pour toute la France. Ils étaient 90 l'an dernier, 98 en 2008, 101 en 2007. Cette chute n'a bien sûr que peu à voir avec la crise de pédophilie qui frappe l'image du clergé en France et à l'étranger. Un corps anémié Henri Tincq. ÉTATS-UNIS • Obama ne veut plus être le shérif du monde. Lors de son discours à West Point, le président américain n’a pas articulé de réelle vision géopolitique mais s’est contenté de rabâcher son credo : comment en faire le moins possible en faisant mine d’agir. 5 juin 2014 | Partager : Barack Obama est en grande tournée mondiale. Mission : rassurer les alliés de l’Amérique.

Il y a d’abord eu son voyage officiel en Asie [fin avril : Japon, Malaisie, Corée du Sud et Philippines]. Un voyage au cours duquel il a d’une part promis aux pays alliés des Etats-Unis que nous étions encore des leaders et d’autre part tenté de leur faire comprendre qu’ils devaient moins attendre de notre politique étrangère. Déjà abonné ? ÉTATS-UNIS • Dans le monde, le doute s’installe. La suprématie américaine est de plus en plus remise en question et Obama ne fait pas grand-chose pour y remédier.

The Economist 5 juin 2014 | Partager : Pourquoi tout le monde est-il si prompt à vouloir utiliser la force militaire ?” En tournée en Asie, le 28 avril, le cérébral président américain a laissé échapper une rare pointe d’agacement en répondant à une question sur la “faiblesse” de son pays. Obama a souligné que son gouvernement faisait des progrès qui, à défaut d’être spectaculaires, étaient constants. Une nouvelle guerre ne ferait, selon lui, que nuire à l’Amérique. Par ces mots, Obama ne faisait que retranscrire l’humeur des América [...] Déjà abonné ? DIPLOMATIE • Le petit glossaire géopolitique d'Obama.

Vive l’Occident! par Jacques Attali | Slate.fr. En dépit des échecs et des reculades, l’Histoire du monde avance, contre vents et marées, vers la liberté dont l’Occident est le seul véritable défenseur. C’est en Occident que se fait encore l’essentiel des découvertes scientifiques et des innovations capables de résoudre les grands défis de demain. Il est particulièrement facile, en ce début d’août 2014, d’être pessimiste pour l’avenir de l’Occident. Il suffit de regarder notre planète; et d’observer le mauvais rôle qu’il y joue: J’enrage de voir se répandre les guerres civiles en Irak, en Syrie, en Libye et ailleurs, largement provoquées par l’inconscience d’Occidentaux qui se sont crus capables d’y faire naître des démocraties sans s’en donner les moyens. J’enrage de voir un virus terrifiant se répandre à grande vitesse à travers l’Afrique, parce que l’Occident, égoïste, croit qu’il ne sera pas concerné par le fléau et qu’il ne fait aucun effort pour fournir à ces pays les moyens de la prévention.

Tout cela peut sembler évident. ÉTATS-UNIS • La marque Bush revient en force. Les difficultés d'Obama favorisent le retour en grâce de son prédécesseur. George W. Bush, très impopulaire lors de son départ, est invoqué par les républicains dans la campagne pour les élections de mi-mandat, en novembre prochain. Cinq ans et trois mois après le départ de George W. Bush de la Maison-Blanche, escorté par le mépris de presque tout le pays et de son propre parti, les anciens membres de son gouvernement et de sa famille sont très demandés en cette année d'élections de mi-mandat. Certains groupes et candidats républicains de premier plan sollicitent leur aide pendant que d'autres revendiquent l'héritage de Bush avec un nouvel enthousiasme. Un démocrate fragilisé s'est même récemment dit plus proche de Bush que du président Obama. Pour les républicains, cette résurrection est la conséquence d'un "malaise Obama" et du manque de corps d'un Parti républicain sans vrai leader, au sein duquel l'expérience est une denrée prisée.

Aimant à dollars L'ancien président reste discret. Mon voyage parmi les conspirationnistes du 11-Septembre. Ce qu'une polémique récente sur une étude scientifique à propos des «truthers» m'a appris de leur manière de penser et de leur cécité, mais aussi des causes sociales et médiatiques de leur essor. A (re)lire également, notre série en six parties «Les complots du 11-Septembre»: «Ma première théorie du complot du 11-Septembre», «D'où viennent les théories du complot du 11-Septembre», «Et la théorie du complot devint la "vérité"», «11-Septembre: la théorie contre les faits», «11-Septembre: complotistes contre complotistes» et «Les théories du complot ne meurent jamais». La généalogie intellectuelle engendre parfois des monstres. L’affaire est emblématique.

En juillet, les psychologues Michael J. Wood et Karen M. Douglas publiaient dans la revue Frontiers in Psychology un article – («“What about building 7?” Le doute est total, la crédulité aussi Une certaine manière de penser Il y a plusieurs enseignements à tirer de tout cela. Un cartésianisme mal avisé Cécité quasi-maoïste Philippe Huneman. L'hégémonie américaine menacée par des ennemis... intérieurs. Les Etats-Unis conserveront-ils leur statut de première puissance mondiale? Beaucoup d'observateurs pensent que la Chine finira par leur ravir cette place en raison de l'immensité de son territoire et de ses progrès quasi miraculeux en matière économique, sociale et militaire. Mais il reste encore beaucoup à faire au géant asiatique pour surclasser l'Amérique. La Chine demeure un pays pauvre: son revenu par habitant est équivalent à celui du Pérou ou des Maldives.

Quand le Congrès bloque.... Mais si ce n'est pas la Chine, qui prendra la première place? Le premier est lié au Fonds monétaire international (FMI), une institution certes très critiquée, mais dont l'existence est indispensable. Le défi ne consiste pas à l'éliminer, mais à l'améliorer. Ces propositions ont été approuvées par tous les pays et n'attendent, pour entrer en vigueur, que leur adoption par le Congrès américain. Pékin a invité tous les pays du monde à participer à son capital. Des bureaucrates incompétents. Etats-Unis. Bernie Sanders, à gauche toute.