background preloader

Autrices

Facebook Twitter

Virginie Despentes. Toni Morrison. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Toni Morrison

Toni Morrison en 2008 Œuvres principales Biographie[modifier | modifier le code] Née dans une famille ouvrière de quatre enfants, Toni Morrison s'intéresse très tôt à la littérature et se passionne en particulier pour les œuvres de Jane Austen et de Léon Tolstoï. Elle s'inscrit à l'Université Howard en 1949 pour étudier la littérature et soutient une thèse sur le thème du suicide chez William Faulkner et Virginia Woolf en 1953 à l'Université Cornell. Son roman le plus connu et le plus vendu, Beloved, a été adapté au cinéma en 1998 par Jonathan Demme avec Oprah Winfrey, Danny Glover et Thandie Newton dans les rôles principaux.

Œuvre[modifier | modifier le code] La romancière se déclare défiante envers toute identité figée et prend également ses distances avec un certain discours idéologique sur l'identité noire[13],[14]. Madame de Sévigné. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Madame de Sévigné

Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Marie de Gournay. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marie de Gournay

Portrait de Marie de Gournay en tête de l'édition des Advis ou Presens de 1641, reproduit dans l'edition de 1910 de La fille d'alliance de Montaigne de Mario Schiff. Marie de Gournay Écouter (née Marie Le Jars), née le 6 octobre 1565[1] à Paris et morte le 13 juillet 1645 à Paris, est une femme de lettres française des XVIe et XVIIe siècles et « fille d’alliance »[2] de Michel de Montaigne, dont elle publia en 1595 la troisième édition des Essais, augmentée de toutes les corrections manuscrites du philosophe. Louise Labé. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louise Labé

Pour les articles homonymes, voir Labé et Labbé. Vie et œuvre[modifier | modifier le code] La belle cordière[modifier | modifier le code] Son père, Pierre Charly, apprenti cordier, avait épousé (vers 1493) en premières noces la veuve d'un cordier prospère, Jacques Humbert dit Labé ou L'Abbé. Pour assurer sa présence dans cette profession, il reprit pour lui-même le surnom du premier mari de sa femme et se fit appeler Pierre Labé[3] Paulette Nardal.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paulette Nardal

Paulette Nardal vers 1920 Paulette Nardal (1896-1985), est une femme de lettres et journaliste martiniquaise. Militante de la cause noire, elle est une des inspiratrices du courant littéraire de la négritude et la première femme noire à étudier à la Sorbonne. Elle est la sœur de Jeanne Nardal. Jeunesse en Martinique[modifier | modifier le code] Hannah Arendt. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hannah Arendt

Extrait d'un timbre allemand imprimé en 1988 à l'effigie de Hannah Arendt. Hannah Arendt, née Johanna Arendt[1] à Hanovre le et morte le à New York, est une politologue, philosophe et journaliste allemande naturalisée américaine, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme, la modernité et la philosophie de l'histoire. Elle soulignait toutefois que sa vocation n'était pas la philosophie mais la théorie politique (« Mein Beruf ist politische Theorie »)[2]. C'est pourquoi elle se disait « politologue » (« political scientist »)[3] plutôt que philosophe. Son refus de la philosophie est notamment évoqué dans Condition de l'homme moderne où elle considère que « la majeure partie de la philosophie politique depuis Platon s'interpréterait aisément comme une série d'essais en vue de découvrir les fondements théoriques et les moyens pratiques d'une évasion définitive de la politique »[4]. Radclyffe Hall. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Radclyffe Hall

Pour les articles homonymes, voir Hall. Portait de Radclyffe Hall par Charles Buchel Œuvres principales Biographie[modifier | modifier le code] Née dans une famille fortunée, Marguerite Radclyffe-Hall est délaissée par ses parents pendant son enfance. Monique Wittig. Doris Lessing. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Doris Lessing

Pour les articles homonymes, voir Lessing. Doris May Lessing est une écrivaine britannique née le à Kermanshah (Iran) et morte le (à 94 ans) à Londres[1]. Le prix Nobel de littérature en 2007 a couronné « la conteuse épique de l'expérience féminine qui, avec scepticisme, ardeur et une force visionnaire, scrute une civilisation divisée. »[2]. Célèbre dès son premier livre, Vaincue par la brousse (1950), auteur d'une vingtaine de romans dont le best-seller international Le Carnet d'or (1962), elle est très vite apparue comme une femme de lettres engagée et militante, notamment pour les causes marxiste, anticolonialiste et anti-apartheid.

Elle a aussi été associée au combat des féministes sans l'avoir revendiqué ou désiré. Biographie[modifier | modifier le code] Doris May Tayler est née en Perse (l'Iran actuel) en 1919. Louisa May Alcott. Mary Shelley. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mary Shelley

Pour les articles homonymes, voir Shelley. Portrait de Mary Shelley par Richard Rothwell. Œuvres principales. George Sand. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

George Sand

Pour les articles homonymes, voir Sand et Dupin. Elle compte parmi les écrivains prolifiques avec plus de soixante-dix romans à son actif, cinquante volumes d'œuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. À l'image de son arrière-grand-mère par alliance qu'elle admire[2], Madame Dupin (Louise de Fontaine 1706-1799), George Sand prend la défense des femmes, prône la passion, fustige le mariage et lutte contre les préjugés d'une société conservatrice. George Sand a fait scandale par sa vie amoureuse agitée, par sa tenue vestimentaire masculine, dont elle a lancé la mode[3], par son pseudonyme masculin, qu'elle adopte dès 1829[4], et dont elle lance aussi la mode : après elle, Marie d'Agoult signe ses écrits Daniel Stern (1841-1845), Delphine de Girardin prend le pseudonyme de Charles de Launay en 1843.

Biographie Ascendance Portraits familiaux Hippolyte Chatiron et Aurore Dupin, en 1810. Pierre Leroux. Colette. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Portrait de Colette en 1932, Agence de presse Mondial Photo-Presse. Œuvres principales Après Judith Gautier en 1910, Colette est la deuxième femme élue membre de l'académie Goncourt en 1945, dont elle devient présidente, entre 1949 et 1954. Biographie[modifier | modifier le code] Gabrielle Colette est la dernière des quatre enfants (deux filles et deux garçons) de Sidonie Landoy, dite « Sido », et du capitaine Jules-Joseph Colette, saint-cyrien, zouave qui a perdu une jambe lors de la bataille de Melegnano et est devenu percepteur[3].

La jeune Gabrielle lit très tôt les grands classiques et prend des leçons de français et de style auprès de son père, grand lecteur de journaux. Willy est un critique musical très influent et un auteur prolifique de romans populaires, écrits en tout ou partie par des nègres.