background preloader

Exhibit B

Facebook Twitter

[Vidéo] Prises de position contre #ExhibitB. A part sur mon compte Twitter où je commente allègrement sur le sujet, et ma page facebook où je me suis énervé spécifiquement sur l’hypocrisie qu’il y a de faire croire que les manifestants contre ExhibitB représentent réellement un danger de « censure » et contre la « liberté d’expression », je n’ai pas encore eu envie d’écrire à propos de Exhibit B, d’autant que les points qui me semblent essentiels ont été abordés dans de supers textes en français Par Po Lomami et Mrs Roots ici (partie1) et là (partie 2), et en anglais, on a l’excellent texte ici du rapper Akala vivant à Londres (oui, cette « oeuvre » parcourt l’Europe…) Je n’en dis donc pas plus pour l’instant et vous propose de visionner deux vidéos que j’ai trouvé très bien, prises lors des manifestations contre la représentation à Saint Denis.

[Vidéo] Prises de position contre #ExhibitB

Exhibit B, the human zoo, is a grotesque parody – boycott it. Later this month the Barbican is scheduled to host an exhibition that replicates the “human zoos” of earlier colonial times.

Exhibit B, the human zoo, is a grotesque parody – boycott it

A national campaign, organised by Birmingham-based Sara Myers, calls for Exhibit B, by South African Brett Bailey, to be cancelled on the grounds that it reinforces, rather than challenges the racism it stands as a commentary on. The censorship of art makes people uncomfortable – and for good reasons. However, art is not beyond censorship when offensive in nature. Freedom of expression does not mean licence to racially abuse. If we accept that “art should not be censored”, could a London venue such as the Barbican host an exhibit of jihadist “art work”, celebrating the glory of 7/7? EXHIBIT B : Quiproquo ou analyseur. L'antiracisme commence avec la déconstruction du privilège blanc. Lors des récentes manifestations au TGP de Saint-Denis, qui mettaient en cause le racisme d’Exhibit B –performance revendiquant une réflexion sur le rapport noirs/blancs et la colonisation– la rappeuse Casey a abordé un paradoxe encore tabou en France, tant de le monde artistique que dans la société civile: «Tu peux pas parler d'esclavage en montrant que l'esclave, faut montrer aussi l'esclavagiste (…) faut que le blanc il se détermine en tant que blanc (…) Ils ont du mal à se projeter, ils ont du mal à se déterminer en tant que blancs» C’est cette question de l'indicible pendant de l'altérité, à savoir la norme, que résumait déjà la sociologue et féministe Colette Guillaumin, en 1978, dans Pratique du pouvoir et idée de Nature: «On dit des Noirs qu'ils sont Noirs par rapport aux Blancs, mais les Blancs sont, tout court, il n'est d'ailleurs pas sûr que les Blancs soient d'une quelconque couleur.»

L'antiracisme commence avec la déconstruction du privilège blanc

Le privilège blanc. #BoycottHumanZoo. Nous devons l’avouer, il nous a fallu un moment.

#BoycottHumanZoo

Il nous a fallu un long moment, les pas traînants, pour accepter de prendre le temps de nous asseoir, de regarder droit dans les yeux ce qui est en train de nous tomber dessus, de traduire notre colère dans sur ces pages, d’articuler nos différentes optiques, l’une de nous évoluant dans une perspective vegan et antispéciste, et faire face à la promotion de cette nouvelle “oeuvre”, beaucoup de temps pour réaliser qu’aujourd’hui, en 2014, on nous demande de prendre place comme spectateur pour regarder une personne noire, comme nous, derrière une cage, au nom de l’Art. Il nous a fallu aussi du temps pour comprendre que tout cela était réel.

C’est-à-dire que, de tous les spectacles, performances, scènes, films que nous avons vus, de tous ces champs publics dont nous étions bien absents et effacés, nous ne nous attendions pas à ce que l’Art se penche sur notre cas pour aller aussi loin. “Des femmes en cage, des hommes enchaînés. Sans l'avoir vu. « Vous ne pouvez pas dire tant que vous n’avez pas vu ».

Sans l'avoir vu

À l’appui de cette thèse profondément stupide, mais un peu séduisante, on peut citer l’exemple (ou plutôt le contre-exemple, la figure-repoussoir, du grand Alain Finkielkraut, qui avait doctement parlé d’un film d’Emir Kusturica (Underground) sans l’avoir vu – et même, plus précisément : écrit un article sur ce film. Qui voudrait ressembler à Finkielkraut ? Qui voudrait se glisser dans la peau de Lucchini se faisant engueuler et humilier par Piccoli – pour notre plus grand plaisir – dans cette scène mémorable du film Rien sur Robert, très directement inspiré de l’affaire Finkielkraut-Kusturica ? Il faut cela dit préciser que derrière l’analogie (et ses arguments implicites : il serait plus « honnête » de s’infliger la lecture ou la vision d’un film avant de pouvoir en parler, etc) se cachent plusieurs erreurs ou escroqueries, fondées sur les nombreuses syllepses contenues dans la phrase exprimant ce point de vue stéréotypé :

Les mots sont importants (lmsi.net) Mot d’une concierge de la pensée : le rappel ou la rupture. #BoycottHumanZoo II : à la culture de notre servitude. #BoycottHumanZoo II : à la culture de notre servitude Après les nombreuses discussions sur le net et les articles éparses et discrets sur le sujet, Mrs Roots et moi-même avons décidé de rédiger cet article sur Exhibit B.

#BoycottHumanZoo II : à la culture de notre servitude

Ce dernier est publié en 2 parties : l’une qui est lisible sur le blog de Mrs Roots et la seconde qui va suivre ci-dessous. Nous informons que même si la rédaction de ces deux parties est faite par deux personnes (la première est davantage effectuée par Roots, la deuxième est effectuée par Po), nous en soutenons toutes les deux le contenu. Il n’est donc pas question ici de points de vue séparés mais bien d’un malaise et d’une colère commune.

C’est pour cela que nous les signons ensemble. «"Exhibit B" est une exhibition du privilège blanc, qui le confirme, le renforce» Po (Pauline) B.

«"Exhibit B" est une exhibition du privilège blanc, qui le confirme, le renforce»

K. Lomami, 25 ans, est née et vit en Belgique : «J’ai plusieurs années de militantisme féministe, queer et noir sur le terrain et sur la Toile, dans et en dehors du cadre associatif.» Exhibit B: représentation du racisme et sous-représentation des minorités raciales. Exhibit B fait scandale : jeudi 27 novembre, les manifestations hostiles à l’installation ont amené le Théâtre Gérard-Philippe de Saint-Denis à suspendre la première représentation.

Exhibit B: représentation du racisme et sous-représentation des minorités raciales

Les clivages se creusent. Deux antiracismes s’affrontent aujourd’hui dans une incompréhension mutuelle : c’est l’aboutissement d’un processus de racialisation de la société française. Une œuvre d’art, antiraciste dans ses intentions, peut-elle être jugée raciste dans ses effets ? Ce paradoxe est au cœur de la polémique contre Exhibit B. Si Brett Bailey y dénonce les politiques de la race qui déshumanisent ceux qu’elles asservissent, ses critiques l’accusent de reproduire cette dégradation en portant atteinte à la dignité humaine.

Les politiques de la race visent à déshumaniser ceux qui sont racialisés ; néanmoins, ce sont ceux qui les racialisent qui perdent leur humanité. «Exhibit B»: Oui, un spectacle qui se veut antiraciste peut être raciste. Et c'est le problème avec la performance montée par le metteur en scène sud-africain blanc Brett Bailey, qui reproduit un zoo humain du début du XXè siècle.

«Exhibit B»: Oui, un spectacle qui se veut antiraciste peut être raciste

Tribune d'Amandine Gay, militante anti-raciste, opposée à cette performance, et qui a participé aux manifestations. Ce jeudi 27 novembre à 18h s'est tenu un rassemblement devant le Théâtre Gérard Philippe (TGP) de Saint-Denis (93), à l'appel du collectif Contre Exhibit B. Un lieu hautement symbolique aux vues de la composition de la population de Saint-Denis, où les immigrés d’Afrique subsaharienne représentent 28% de la population immigrée. #BoycottHumanZoo I : le racisme s’invite au musée. Après les nombreuses discussions sur le net et les articles éparses et discrets sur le sujet, Po Lomami et moi-même avons décidé de rédiger cet article sur Exhibit B.

#BoycottHumanZoo I : le racisme s’invite au musée

Ce dernier sera publié en 2 parties : l’une qui va suivre ci-dessous et la seconde, qui sera publiée dans 3 jours sur le site de Po. Malgré les deux plateformes, nous indiquerons bien sûr les liens de chaque partie pour l’unité de cet article, et maintenons que la rédaction de ce dernier s’est fait à quatre mains. Il n’est donc pas question ici de points de vue séparés mais bien d’un malaise et d’une colère commune.

Nous devons l’avouer, il nous a fallu un moment. Oui, à la limite, dans une fresque toujours tronquée, à la représentativité caricaturale et bancale, on ne s’attendait pas à voir un jour la promotion d’une oeuvre telle que celle de Brett Bailey : “Des femmes en cage, des hommes enchaînés. “Notre passé colonial”. Exhibit B : les mésaventures de l’antiracisme blanc. Romantisme antiraciste Concernant la forme de cette installation, à la lecture des diverses descriptions qu’on peut en lire, elle semble proposer une énième variation sur le grand thème de l’art contemporain (au sens large) depuis Sade qui, comme l’a montré le philosophe Mehdi Belhaj Kacem, vise une « présentation positive du Mal »[1].

On peut penser qu’en-deçà de tout propos politique, l’exhibition des Noirs représente avant tout une occasion d’offrir à un public ce qu’il prise et recherche : une sublimation transgressive d’humiliations et de violences historiques. #BoycottHumanZoo #ExhibitB en France: “Respect et Dignité” A lire au préalable : #BoycottHumanZoo part 1 : le racisme s’invite au musée. #BoycottHumanZoo part 2 : à la culture de notre servitude. “Respect, Dignité”. Voilà les mots que l’on pouvait entendre crier sous le froid et la pluie. The Human Zoo and the Masturbation of White Guilt  So as you have probably heard. #Exhibit B. La position du CRAN. La polémique enfle autour de l’exposition de Brett Bailey, « Exhibit B ».

Le spectacle qui a déjà été montré à Avignon et à Poitiers (où le président du #CRAN a pu le voir) arrive bientôt à Paris. Il dénonce le racisme dont les populations noires ont été victimes à travers les siècles, qu’il s’agisse de l’#esclavage, des massacres coloniaux, ou des zoos humains. Cette mise en scène bouleversante est faite de tableaux vivants morbides, avec des acteurs #noirs, immobiles. Ainsi les humiliés, les enchaînés, les écorchés, les étouffés… L’intention de l’artiste est claire. «Exhibit B»: Oui, un spectacle qui se veut antiraciste peut être raciste. «Exhibit B», pièce contre les zoos humains, toujours sous tension. Et si Exhibit B était finalement autre chose qu’une œuvre d’art ? Les défenseurs d’Exhibit B considèrent tous que cette « performance » serait une œuvre d’art. On a pris l’habitude d’admettre, surtout depuis Marcel Duchamp, que n’importe quel objet peut être promu à la dignité d’œuvre d'art par le choix de l'artiste, à condition qu’il soit validé par notre perception.

Exhibit B repose principalement sur la volonté de mettre en scène des corps d’Africains ou d’Afro-descendants dans des situations dont il est difficile de contester qu’elles sont humiliantes, et sur le regard de spectateurs qui reconnaissent implicitement, en pénétrant dans le théâtre, cette mise en scène comme une œuvre. L’argument majeur qui est opposé aux contestataires est leur refus de voir la « performance » avant de la rejeter.

"Zoo humain" : l'expo controversée verra-t-elle le jour au 104 ? - L'Obs. Nouveau scandale culturel en vue, après l'installation et la destruction du "plug anal" de la place Vendôme ? L'artiste sud-africain Brett Bailey doit présenter fin novembre à Paris une exposition qui fait déjà couler beaucoup d'encre. "Exhibit B" reproduit les "zoos humains" de l'époque coloniale : 12 tableaux vivants mettent en scène des "indigènes" tels qu'ils étaient montrés à l'époque dans les foires et les expositions coloniales. Exemple : une femme noire presque entièrement nue fixe ainsi le spectateur du regard.

Elle incarne la "Vénus hottentote", Saartjie Baartmann (1789-1815), exposée en Angleterre puis en France dans les foires, morte dans la misère et disséquée par le scientifique Georges Cuvier, qui voit chez elle la preuve de l'infériorité de certaines races. 'EXHIBIT B': De quel antiracisme avons-nous besoin ? EXHIBIT B ou l'art fangeux. Tiens c’est marrant, Exhibit B, "oeuvre d’art" présentant un tableau de zoo humain, prétend défendre la cause des noirs. Le fraternalisme condescendant envers les Afro-descendants. Casey sur Exhibit B. Mobilisée contre Exhibit B.

De « Exhibit B » à « Exhibit White »... La position du CRAN - Le site officiel du CRAN. Exhibit B au 104 : cette expo, un calvaire pour ceux qui subissent le racisme au quotidien. L’art doit tenir compte de la sensibilité des victimes du colonialisme. Raciste, "Exhibit B" ? Visite guidée d'une œuvre controversée. Ce soir, je suis "Numéro 16". Pascal Blanchard : « Exhibitions , une exposition qui décolonise le regard » “Exhibit B” : les théâtres ne veulent pas céder à l'intimidation. Accusée de reproduire des “zoo humains”, l'expo-performance de Brett Bailey a été interrompue jeudi 27 novembre, par une centaine de militants. Les représentations reprendront ce soir.

Exhibit B : ne pas se tromper d'adversaires. Bailey_-_exhibit_b_artists_statement_0. Bailey_-_affiches_exhibit_b_1. Blanchard_et_al_-_introduction_english_ed_2008.pdf. Forsdick_-_situating_human_zoos_0.pdf. Invention_du_sauvage_1.pdf. Invention_du_sauvage_2. Invention_du_sauvage_3_0.pdf. Exhibit.pdf. Forsdick_-_situer_les_zoos_humains_1.pdf.