background preloader

Médical

Facebook Twitter

2 Garçons, 1 Fille : 3 Sensibilités. Peu de neurologues le reconnaîtront, mais la migraine est un truc potentiellement pénible en consultation car les patients ont vraiment la vie gâchée sans pour autant qu’il ne soit nécessaire de systématiquement voir un spécialiste.

2 Garçons, 1 Fille : 3 Sensibilités

Je vous propose donc un petit guide de prise en charge partiellement subjectif (vous verrez pourquoi après). Pour se simplifier les choses, il faut distinguer trois types de traitements : les immédiats simples, les immédiats complexes et les préventifs. Les immédiats simples sont les AINS… et C’EST TOUT ! (pas de paracétamol ni de tramadol car ces deux-là favorisent les céphalées chroniques quotidiennes ou de façon abrégée : CCQ). Si comme moi vous êtes de gros fainéants et ne voulez pas retenir tous les « me too » parmi les AINS, retenez 1/ kétoprofène et 2/ ibuprofène. Maintenant attention : Warning On Sort des Recommandations Françaises [= WOSRF] Normalement, le patient doit attendre une heure pour passer à la suite.

Et si tout ça ne marche pas ? J'aime : 2 Garçons, 1 Fille : 3 Sensibilités. Migraine Myths - Why are these still a thing? - Banish Migraines. Migraine myths are extremely common today, as any migraine sufferer, or migraineur, is sure to tell you.

Migraine Myths - Why are these still a thing? - Banish Migraines

From downplaying the severity to denying it’s existence, these myths are not only annoying but they can even cause the downfall of relationships. Let’s explore some the truths about migraine myths. A migraine is just a headache. This is, without a doubt, the most common myth. How many times have you been told to just take a couple of aspirin for your headache?

This is one of the most frustrating myths for migraineurs because it downplays the severity of their pain and shows a lack of compassion. Hemiplegic Migraines - The Worst Type of Migraine. Hemiplegic migraines.

Hemiplegic Migraines - The Worst Type of Migraine

Ugh. Here we go again talking about the dreaded migraine. I suppose that’s why we’re all here, but it doesn’t make it any easier for me. I’m sure we all dream about a world where migraines, or any headaches, did not exist. Unfortunately that’s not the case and, the reality of it is, that migraines are becoming even more prevalent around the world today. I wanted to take a little bit of time to talk about a specific type of migraine, hemiplegic migraines. Hemiplegic migraines are a rare form of migraine that comes in two types: familial hemiplegic migraine (FHM) and sporadic hemiplegic migraine (SHM).

“…both [FHM and SHM] present the same way; the only difference is the presence of the known genetic risk.” – Holland, K. While exact numbers are somewhat of a mystery, a recent study in Denmark reported that hemiplegic migraines affect 1 in 10,000 people. What makes these migraines different from other types is the severe aura stage. MRI scan of the brain Sources: Tu sauras jamais.... Deux précisions :- J'ai déjà servi et je continuerai à servir de cobaye pour les étudiants en santé, par une bête question de principe donnant / donnant.

Tu sauras jamais....

Y compris en gynéco. Mais je ne voudrais pas imaginer qu'on puisse m'examiner à mon insu, et je me réserve le droit de refuser un examen. Ne pas faire aux autres ce que l'on ne voudrait pas pour soi-même...- Le Dr A, bien qu'anonymisé par le dessin, existe. C'est un excellent chirurgien ET un excellent soignant. Il a été à l'origine de la création de mon Top Ten des Chefs, c'est tout dire. Et tiens, allez chez notre amie Jaddo relire cette note et cette autre note.

Accouchement

Et mes fesses, elles sont roses, mes fesses ? C’est très compliqué, d’expliquer pourquoi dépister un cancer ne sauve pas forcément de vies, et pourquoi ne pas dépister peut parfois le faire.

Et mes fesses, elles sont roses, mes fesses ?

D’abord parce que c’est tout à fait contre intuitif. C’est facile, joli et surtout rassurant de se dire « On passe un examen pour chercher un cancer, pis si on en trouve un on peut le traiter avant qu’il ne soit trop tard. » C’est super séduisant, ça paraît absolument logique. Alors qu’expliquer le contraire, c’est relou, ça demande des maths et des stats et des raisonnements chiants. Et puis on n’a pas très envie d’y croire, même quand on a tout lu avec les sourcils froncés et tout compris.

On a vite envie de revenir à la logique intuitive, de dire « Oui ok c’est bien beau tout ça mais c’est rien que des stats, et moi je ne suis pas une stat. » Ensuite parce que c’est la seule partie visible de l’iceberg. Et pourtant, en médecine, on essaie de baser nos attitudes sur des faits, sur des études. 1/ Les examens préliminaires peuvent se tromper.