background preloader

Métacognition

Facebook Twitter

LE GOUT DE L’EFFORT: ça s’apprend – FEYDERCOOP. Par Fanny Durand-Raucher, professeur de physique chimie.

LE GOUT DE L’EFFORT: ça s’apprend – FEYDERCOOP

Éduquer la métacognition, la clé du succès pour les enfants. Dans le cerveau, les fonctions exécutives désignent un ensemble de processus permettant d'éviter que notre comportement ne soit une simple succession de réactions réflexes à notre environnement.

Éduquer la métacognition, la clé du succès pour les enfants

Les fonctions exécutives permettent de se fixer un but et de l'atteindre en ayant envisagé une suite d'étapes ; de réfléchir à la meilleure manière de manipuler une machine à laver dans des escaliers sans se blesser, ou encore de rester concentré jusqu'au bout d'une explication compliquée dans une salle de classe agitée. Elles constituent le fondement de ce qu'on appelle couramment le contrôle de soi –le contrôle de ses gestes, de ses émotions et plus généralement de sa propre vie mentale – et elles impliquent majoritairement le cortex préfrontal, manifestement plus développé chez l'homme que chez le cochon d'Inde.

La métacognition, premier facteur de succès Capital : apprendre à verbaliser ses actions mentales L'important est de comprendre quelles stratégies on utilise... Organiser un "révision challenge" Quand on ne sait pas réparer une chasse d'eau, comment prétendre diriger un Etat ? L'illusion de profondeur explicative : une chasse d'eau, c'est plus compliqué qu'on l'imagine...

Quand on ne sait pas réparer une chasse d'eau, comment prétendre diriger un Etat ?

Oui, il y a dix-sept ans, dans la revue Cognitive Science, deux psychologues créaient un sigle nouveau, IOED. Pascale Toscani : « La répétition est la voie royale pour apprendre » Comment s’y prendre pour mieux apprendre ?

Pascale Toscani : « La répétition est la voie royale pour apprendre »

Les conseils de Pascale Toscani, maîtresse de conférences en psychologie cognitive et responsable du laboratoire GRENE (Groupe de Recherche de neurosciences de l’éducation) de l’Université Catholique de l’Ouest. Pascale Toscani Répéter… et répéter encore « Nous ne sommes pas tous égaux pour apprendre, mais il existe un principe fondamental et universel : une seule chose à faire, c’est répéter. La répétition est la voie royale pour apprendre. A éviter « Apprendre sa leçon uniquement la veille d’un contrôle. Réviser par tranches de 20 minutes « Lorsqu’on veut apprendre efficacement une leçon, il faut savoir que le mécanisme de l’attention permet d’être vraiment vigilant pendant 20 minutes seulement. . « Essayer d’ingurgiter des pages de cours pendant des heures. 10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre. Dans les situations d’apprentissage, le bachotage est décrié et tous les enseignants conseillent à leurs élèves de relire leur leçon le soir-même pour mieux mémoriser.

Mais, pour les élèves, les questions demeurent les mêmes : Des stratégies pour favoriser la métacognition et la conscience de soi chez les élèves. La recherche montre que les habiletés métacognitives se développent considérablement entre 12 et 15 ans.

Des stratégies pour favoriser la métacognition et la conscience de soi chez les élèves

Mémorisation : trouver sa stratégie. Dans tous les cas : lire, relire, et réviser plusieurs fois Il faut souvent apprendre plusieurs fois pour mémoriser vraiment Il n'y a pas de secret : pour bien mémoriser, il faut relire et réviser plusieurs fois le même cours et la même leçon.

Mémorisation : trouver sa stratégie

C'est la règle de base indispensable à tous, quelle que soit votre forme d'apprentissage. Vous le savez sans doute déjà : il est conseillé de relire une première fois un cours ou une leçon, le jour ou le soir même. Pourquoi ? Métacognition et réussite des élèves. Suffit-il de mettre les élèves en activités en classe pour qu’ils s’approprient les savoirs, savoirs faire sur lesquels est construite la séance qui leur est proposée ?

Métacognition et réussite des élèves

L’analyse ergonomique des situations d’apprentissage scolaire amène à être très réservé dans la réponse. En effet, quels que soient les modalités pédagogiques, les supports didactiques prévus, un constat s’impose : les enseignants n’arrivent pas toujours à atteindre les objectifs visés.Eviter qu’il y ait autant d’élèves en difficultés d’apprentissage, d’élèves en décrochage scolaire voire en refus scolaire, d’élèves en souffrance, d’élèves en danger, c’est bien l’ambition de tous ceux qui oeuvrent dans ce monde complexe de l’Éducation.Que faire devant cette réalité ? Les enseignants tentent de les aider à retrouver le chemin des apprentissages scolaires afin qu’il apprennent les savoirs scolaires que l’Ecole s’engage à leur donner et définissent sur cette base la plupart des activités qu’ils leur proposent.

Gagné P. L’Entretien d’explicitation. Accompagner l’apprenant vers la métacognition explicite. 1L'approche métacognitive développée par les techniques d'explicitation, par nature métacognitive dans la mesure où elles visent la prise de conscience de sa propre cognition, peut être abordée par plusieurs entrées.

L’Entretien d’explicitation. Accompagner l’apprenant vers la métacognition explicite

En effet, ces techniques ne sont pas spécifiques à la pédagogie. Elles visent toujours l'explicitation c'est-à-dire la mise en mots, après coup, du déroulement de sa propre action. Mais, en dehors d'entretiens d'explicitation destinés à accompagner les élèves dans leur apprentissage et dans la construction d'outils métacognitifs, l'entretien d'explicitation développé par Pierre Vermersch1 est utilisé dans plusieurs cadres : la recherche, le "caoching", l'analyse ergonomique ou l'analyse d'activités professionnelles à des fins de conception de référentiels de compétences, par exemple.