background preloader

Immigration

Facebook Twitter

Ni pute ni soumise... Billet d’humeur sur le burkini. Burkini: Le choc des civilisations à l’heure du pastis, par Bruno Guigue. (Crédit photo: Reuters/Tim Wimborne) Curieux pays que la France.

Burkini: Le choc des civilisations à l’heure du pastis, par Bruno Guigue

Ses dirigeants tentent d’abattre depuis cinq ans, par tous les moyens, le seul régime non confessionnel du Moyen-Orient. Ils livrent des armes aux djihadistes au nom de la démocratie et des droits de l’homme. Ils bombardent les populations civiles en prétendant lutter contre le terrorisme qu’ils soutiennent par ailleurs. Ils distribuent des médailles honorifiques et vendent des avions de chasse aux sponsors saoudiens de la terreur planétaire.

Car ce ne sont pas les événements d’Alep qui passionnent les foules. Aurait-on tort de ne pas prendre au sérieux cette invraisemblable querelle ? On a parfaitement le droit, bien sûr, de ne pas aimer cette tenue de bain pour ce qu’elle représente. Effet collatéral du climat créé par les attentats, cette interdiction, en réalité, renvoie sans le dire à la lutte contre le terrorisme. Il n’empêche que pour une partie de la population française cet argument est de peu de poids. Source: L'invasion des migrants n'existe pas. (Edito de Thomas Legrand sur France Inter) Les migrants et réfugiés en Europe l’an dernier, c’est ce tout petit carré blanc. On se demande parfois à quoi sert la visualisation de données.

Les migrants et réfugiés en Europe l’an dernier, c’est ce tout petit carré blanc

L’image publiée par Nicolas Kayser-Bril ce dimanche apporte une réponse : à faire apparaître des proportions dont les chiffres seuls ne rendent pas compte. Capture d’écran (NKB) En gris, la population européenne en 2014 ; en blanc, dans le coin gauche, un petit carré représentant les migrants et réfugiés arrivés en 2014. C’est minuscule. L’image interroge les raisons pour lesquelles cette minuscule part est considérée comme si dangereuse, si déstabilisante. Bien sûr, il y a des effets de concentration et l’inégale répartition sur le territoire. A noter que tout cela s’intègre à un travail que mène cet ancien journaliste du site Owni.fr, co-fondateur de l’agence Journalism++, autour de l’immigration, The Migrants Files, et qu’il répond à quelques-unes des questions que pose cette infographie ici.

Les immigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent à l'économie française. ÉCONOMIE n audit parlementaire sur la politique d'immigration de la France le rappelle...

Les immigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent à l'économie française

Tordre le coup aux idées reçues qui polluent le débat sur l’immigration. C’est l’objectif de la trentaine de parlementaires français qui ont rendu leur audit sur la politique d'immigration française mercredi. Les économistes interrogés dans ce cadre sont formels: les immigrés rapportent plus qu’ils ne coûtent à l’économie française. Décryptage à partir de quatre idées reçues. 1) La France accueille «la misère du monde» : FAUX - Pour démonter cette idée reçue, l’économiste Mouhoub El Mouhoub s’appuie sur le taux d’expatriation, qui mesure la part des expatriés d’un pays par rapport à sa population.

De même, à l'échelle d’un pays, ce sont les plus qualifiés qui émigrent. Voici la visualisation qui cassera vos idées reçues sur l’immigration. (De Vienne, Autriche) Depuis que 50,3% des Suisses ont dit non à « l’immigration de masse » début février, les populistes de droite sont nombreux en Europe à réclamer des référendums dans leurs pays respectifs.

Voici la visualisation qui cassera vos idées reçues sur l’immigration

Le Front national ne fait pas exception. Un de leurs griefs s’adresse à l’Union européenne. Elle ne serait pas apte à refouler les masses affamées qui se tasseraient, paraît-il, devant Lampedusa, attendant la moindre brèche dans la forteresse pour nous envahir. En Autriche, qui n’est pas le pays le moins sujet à ce genre d’inquiétudes, des chercheurs de l’Institut de démographie viennois viennent de publier une étude des flux migratoires à l’échelle mondiale, qui vient bousculer les préjugés. Elle montre ainsi que, malgré la mondialisation, l’immigration mondiale n’a pas augmenté ces vingt dernières années.

Sept idées reçues sur l'immigration et les immigrés. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Le gouvernement français doit présenter, mercredi 17 juin, un plan visant à améliorer la prise en charge des demandeurs d'asile et à mieux lutter contre l'immigration irrégulière.

Sept idées reçues sur l'immigration et les immigrés

Un thème que se disputent les partis politiques depuis des années. Aides sociales, afflux de migrants, « laxisme », tout est bon pour dénoncer l'arrivée ou la présence d'immigrés sur le sol français. Cette thématique, souvent épidermique en France, où les enquêtes d'opinion montrent une montée du sentiment xénophobe, est riche en clichés. Des clichés qui sont le plus souvent relativisés, voire démentis par les faits. 1. « Il y a une "explosion" de l'immigration en France » Premier cliché démenti par les faits : la part des immigrés et des étrangers en France est certes en hausse depuis trente ans, mais à un rythme qui est loin de « l'explosion », et qui ne s'accélère pas sur les dernières années. 4. « La citoyenneté française est "bradée" » + 3,02 mds ?