background preloader

Des articles

Facebook Twitter

Pourquoi la démarche de projet est-elle intéressante ? by Pascal Pujades on Prezi. Croiser des disciplines, partager des savoirs. Le CRAP-Cahiers pédagogiques organise une journée régionale sur le thème : Pour quoi ?

Croiser des disciplines, partager des savoirs

Quoi ? Philippe Meirieu : Pour une Ecole de l’égalité réelle. La Refondation ?

Philippe Meirieu : Pour une Ecole de l’égalité réelle

Trop de questions sont restées sans réponse, trop de réponses restent insatisfaisantes. Moment fort, l'intervention de Philippe Meirieu en clôture de l’Université d’Automne 2015 du Snuipp a été fortement appréciée des enseignants en mal de reconnaissance. Professeur en sciences de l'éducation, vice-président de la région Rhône-Alpes en charge de la formation, Philippe Meirieu a captivé les enseignants en leur parlant de la transformation de l'Ecole, celle qu''ils attendaient avec l'alternance de 2012. "Reportage sur un collège pionnier de la réforme dans le Lot" (France 3) Bordeaux : le collège qui a inspiré la réforme - vidéo Dailymotion. 100-mars-2015.pdf.

François Dubet «Ce sont ceux qui tirent parti des inégalités qui résistent au... François Dubet (photo) est sociologue et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

François Dubet «Ce sont ceux qui tirent parti des inégalités qui résistent au...

Il vient de publier, avec Marie Duru-Bellat, 10 propositions pour changer l’école, aux éditions du Seuil. On reproche souvent à l’éducation nationale son immobilisme, est-ce injuste ? De loin, l’éducation nationale peut donner l’impression d’être un dinosaure congelé. De près, quand on regarde à l’intérieur des classes, les choses bougent beaucoup. Mais la somme de ces actions individuelles ne peut pas changer le système. C’est pourtant le pari de la ministre avec sa réforme du collège, qui repose sur la capacité d’innovation des enseignants… Plutôt que d’imposer une grande réforme par en haut, Najat Vallaud-Belkacem a essayé par en bas, en disant aux professeurs : innovez.

"L'école est une usine à normaliser, à légitimer les différences sociales" - ... Le Vif/L'Express : Vous écrivez que "la résignation est un plat qui se mange tôt".

"L'école est une usine à normaliser, à légitimer les différences sociales" - ...

Comment expliquez-vous cette résignation d'une partie de la jeunesse ? Vincent Cespedes : On la résigne. On ne lui laisse aucun débouché qui pourrait conjuguer l'avenir et la passion. On lui dessine un avenir gris, triste, dépassionné, normalisé. Au lieu d'être emplie de désir, de passion, d'envie, d'héroïsme et d'ambition, la jeunesse est en attente de normalisation, désactivée, dévitalisée, complexée qu'elle est de tout ce qu'elle a appris à l'école. L'école aurait donc une grande responsabilité dans ce constat ? Les jeunes entrent à l'école passionnés et gourmands de connaissances et ils en sortent complètement dévitalisés, sans plus aucune envie de lire ni d'écrire. L’école face à l’aggravation de la détresse sociale.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia Certains enfants nous disent : à quoi ça sert d’apprendre ?

L’école face à l’aggravation de la détresse sociale

Plus tard, je serai chômeur… » C’est l’un des témoignages d’enseignants que reprend Jean-Paul Delahaye, inspecteur général de l’éducation nationale, dans son rapport « Grande pauvreté et réussite scolaire » révélé mardi 12 mai – une sorte de testament pour celui qui fut directeur général de l’enseignement scolaire du temps de Vincent Peillon, le bras droit de l’ex-ministre de l’éducation. La réponse de Alain Boissinot. Dans mon esprit, signaler que les langues anciennes n’occupent plus, au sein du système éducatif, la place qui a été la leur relève simplement du constat, assez banal au demeurant.

La réponse de Alain Boissinot

Ce n’est en rien un avis sur l’opportunité de cette évolution… J’y vois un exemple, parmi d’autres possibles, du fait que le système des disciplines se modifie dans le temps : les hiérarchies bougent, de nouvelles disciplines apparaissent. “qui sont les anciens, qui sont les modernes" J’ai participé à l’émission Rue des Écoles “Education : qui sont les anciens et les modernes” diffusée sur France Culture le 25 octobre 2015.

“qui sont les anciens, qui sont les modernes"

Elle avait été enregistrée une dizaine de jours auparavant. J’étais invité en compagnie de Blanche Lochmann de la société des agrégés de l’université et de François-Xavier Bellamy, professeur de philosophie et maire adjoint sans étiquette de Versailles et auteur d’un livre récent sur l’école : “Les Déshérités”. M. Bellamy est présenté “sans étiquette” mais il me semble utile de préciser qu’il a fait partie des organisateurs de la “manif pour tous” et des veilleurs qui ont milité contre le mariage pour tous. “Sans étiquette” mais pas sans convictions ni parti-pris comme le montrera le débat… « La réforme du collège va nous demander un énorme travail » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Aurélie Collas On l’a accusée de tout : d’être un instrument de formatage pour faire passer en force la réforme du collège, d’instaurer des « petits chefs » qui iraient propager la « bonne parole » dans leurs établissements… Des syndicats réfractaires avaient appelé au boycott.

« La réforme du collège va nous demander un énorme travail »

La formation des enseignants à la réforme du collège, proposée aux volontaires au début des vacances de la Toussaint, s’est-elle vraiment transformée en un champ de bataille ? Au ministère de l’éducation nationale, l’heure est au bilan. Et ce dernier montre qu’il n’y a pas lieu de parler de fiasco. Au total, 17 académies (sur 30) ont proposé des sessions durant les vacances, la plupart du temps sur un ou deux jours, les 19 et 20 octobre : 6 150 professeurs se sont portés volontaires. « Il y avait un risque, et au final c’est une bonne surprise ; ces formations ont fait le plein », se félicite-t-on au cabinet de la ministre, Najat Vallaud-Belkacem.

Après les vacances de la Toussaint, l’intersyndicale promet une « guérilla » contre la réforme du collège. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia « Et maintenant, on fait quoi ?

Après les vacances de la Toussaint, l’intersyndicale promet une « guérilla » contre la réforme du collège

» La question taraude les enseignants, deux semaines après la mobilisation à Paris contre la réforme du collège, qui a réuni entre 8 000 et 16 000 manifestants selon les sources. Le Latin : Un choix de privilégiés selon la Depp. " Les filles, les enfants issus de milieu aisé et ceux obtenant de bons résultats scolaires sont davantage concernés par cette option".

Le Latin : Un choix de privilégiés selon la Depp

En plein débat sur le collège, où l'opposition des professeurs de lettres classiques est particulièrement active, la publication d'une nouvelle Note d'information de la Depp (direction des études du ministère de l'éducation nationale) sur l'enseignement du latin ne va pas passer inaperçue. Alors que les opposants à la réforme demandent le statu quo pour l'enseignement des langues anciennes, l'étude de la Depp montre que l'option latin est socialement et scolairement élitiste.