background preloader

T6C17 - Quelles sont les composantes du diagnostic stratégique ?

Facebook Twitter

- Diagnostic interne
- Diagnostic externe


L’évaluation de la situation stratégique de l’organisation se fait par le biais d’un double diagnostic :
Du point de vue interne, il consiste à recenser les forces et les faiblesses du fonctionnement de l’organisation, notamment en termes de ressources (humaines, compétences, financières, matériel, système d’information…).


Du point de vue externe, il consiste à identifier les menaces et opportunités de l’environnement et à anticiper son évolution. Quelles sont les composantes du diagnostic stratégique ? - En STMG, à Jacques Cartier ... La dernière chance d'Alcatel-Lucent. Erreurs stratégiques et guerre des chefs ont conduit l'équipementier télécoms au bord du gouffre.

La dernière chance d'Alcatel-Lucent

Pour sortir de cette spirale infernale, la direction a présenté un nouveau plan de redressement. Le 19 juin dernier, Michel Combes, arrivé trois mois plus tôt à la direction générale d'Alcatel-Lucent, a dévoilé son programme à trois ans pour redresser l'équipementier télécoms franco-américain, qui accumule les pertes depuis des années. Le plan de la dernière chance. Erreurs stratégiques, mutations technologiques loupées, intensification de la concurrence, depuis plus d'une décennie, Alcatel encaisse les chocs, au point de voir son existence menacée. Après nombre d'autres échecs, sa disparition porterait pourtant un coup sévère à la place de la France dans la high-tech et les technologies de la communication. Accès réservé. Samsung, ou les déboires d'un géant trop pressé.

Le groupe Samsung vient d'être condamné aux Etats-Unis pour violation de brevets d'Apple.

Samsung, ou les déboires d'un géant trop pressé

Un premier revers pour le plus grand des chaebols sud-coréens. Après trois semaines d'audience et vingt-et-une heures de délibération, pendant lesquelles le jury a dû répondre à pas moins de 700 questions, le tribunal de San José en Californie a rendu son verdict le 24 août dernier : Samsung a été reconnu coupable d'avoir copié Apple, violant six brevets ayant trait au design de l'iPhone - ses fameux coins arrondis - et à certaines de ses fonctionnalités, telle la possibilité de zoomer à l'aide de deux doigts.

Avec à la clé 1,05 milliard de dollars (840 millions d'euros) de dommages et intérêts à verser à Apple. Accès réservé. L'iPad, nouvelle vache à lait d'Apple ? Apple fait peu de recherche et développement.

L'iPad, nouvelle vache à lait d'Apple ?

La firme n'utilise que des technologies éprouvées mises au point par d'autres, mais en fait des produits pratiques et beaux. Ce qui lui permet de gagner beaucoup d'argent. Piétiné sur un trottoir, détruit à coups de batte, brûlé avec de l'essence ou bien encore passé au mixer : depuis le lancement de l'iPad aux Etats-Unis début avril, les internautes rivalisent d'imagination dans des vidéos postées sur YouTube pour mettre en scène la destruction de la précieuse tablette numérique d'Apple.

Onéreux passe-temps, mais désosser − proprement − un iPad, tout comme l'iPod et l'iPhone, permet de mieux comprendre à la fois le modèle économique d'Apple et le fonctionnement concret de la mondialisation dans le secteur de la high-tech. Accès réservé. Ryanair, ou les dérives du "low cost" Dans sa course effrénée au profit, la compagnie irlandaise tire le maximum de ses salariés, de ses clients… et du contribuable.

Ryanair, ou les dérives du "low cost"

Jusqu'où ? Un Paris-Nice en aller simple à 49 euros. Le 7 janvier dernier, Air France a annoncé des prix cassés sur ce trajet et sur 57 autres destinations… mais avec bagages en soute payants. Ce type d'offre révèle à quel point les transporteurs aériens classiques se voient contraints d'imiter le modèle des compagnies low cost. Celles-ci sont en effet devenues de redoutables concurrentes, à commencer par Ryanair, la plus puissante d'entre elles dans le ciel européen. Accès réservé. Alfred Sloan, l'homme de la General Motors. Entré à General Motors en 1916, Alfred Sloan y restera trente ans durant lesquels il finira par imposer un modèle d'organisation original.

Alfred Sloan, l'homme de la General Motors

La clé du succès du géant américain de l'automobile. L'histoire commence en 1898, chez Hyatt Roller Bearing, un fabricant de roulements à rouleaux de Newark, dans la banlieue de New York. Alfred Sloan démissionne, après trois ans passés comme dessinateur dans cette société de 25 salariés. Il s'est vite rendu compte que l'affaire, en déficit chronique, était organisée et dirigée en dépit du bon sens. Il a fait des propositions d'organisation à son patron, qui a eu le tort de ne pas prendre au sérieux ce grand jeune homme maigre et réservé, tout juste sorti de l'école. Accès réservé.