background preloader

Manon

Facebook Twitter

25 novembre 1763. L'abbé Prévost, auteur de "Manon Lescaut", est autopsié encore vivant. Manon Lescaut. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manon Lescaut

L’Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, aujourd’hui plus communément appelée Manon Lescaut, est un roman-mémoires de l’abbé Prévost faisant partie des Mémoires et Aventures d’un homme de qualité qui s’est retiré du monde (7 volumes, rédigés de 1728 à 1731). Le livre étant jugé scandaleux à deux reprises (1733 et 1735), saisi et condamné à être brûlé, l’auteur publie en 1753, une nouvelle édition de Manon Lescaut revue, corrigée et augmentée d’un épisode important. Les qualités humaines du roman séduisirent rapidement le public et en feront sa célébrité. Résumé[modifier | modifier le code] Première partie[modifier | modifier le code] Le narrateur (« l’Homme de qualité des Mémoires ») qui s’appelle Renoncour revient de Rouen. Deux années s’écoulent.

La rencontre de Des Grieux et Manon Lescaut. Des Grieux, jeune homme de dix-sept ans, est issu d’une bonne famille. Quelqu'un frappe alors à la porte. Prevost-Lescaut. PREVOST : MANON LESCAUT. Manon Lescaut - Abbé Prévost. AUTEUR Abbé Prévost. Manon Lescaut (Œuvre - Giacomo Puccini/Luigi Illica) Work description DescriptionAct 1Act 2Act 3Act 4 Giacomo Puccini’s third opera, with libretto by Luigi Illica, Giuseppe Giacosa and Marco Praga, based on L’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut by Abbé Prévost, Manon Lescaut is a lyrical drama in four acts, composed between 1889 and October 1892, then staged on 1 February 1893 at the Teatro Regio in Turin.

Manon Lescaut (Œuvre - Giacomo Puccini/Luigi Illica)

Summary In his work, Giacomo Puccini depicts the love of Manon Lescaut and Des Grieux, in 18th century France. Manon is unsatisfied with a simple lifestyle, and she decides to let herself be kept by a wealthy old man. Act 1 The beautiful and young but careless Manon is to be taken to a convent, at her father’s behest. Act 2 Manon has not been with Des Grieux long and, at her brother’s insistence, Manon leaves the penniless student. Act 3 Manon has been sentenced to exile in America and is taken to Le Havre with other women. Act 4 Even in exile, Manon is unable to give up her depraved life. Manon Lescaut Synopsis. Manon Lescaut - Munich - Critique. La voilà donc cette Manon Lescaut, tant attendue, tant commentée qu'avant même d'avoir été représentée, on avait l'impression de l'avoir déjà vue.

Manon Lescaut - Munich - Critique

Le départ prématuré d'Anna Netrebko, l'état de santé puis la barbe de Jonas Kaufmann (rasé de plus près pour cette dernière représentation de la série), les outrances de Hans Neuenfels, metteur en scène réputé sulfureux, ont alimenté nos chroniques lyriques ces derniers mois. Nous leur devons quelques pointes d'audimat. La voilà donc et comme prévu, elle agace, elle déçoit et elle subjugue. Elle agace : en vrac, les choristes déguisés en clown avec Edmondo en monsieur Loyal ; le premier acte transformé en dictionnaire amoureux du Regietheater, de « a » comme absurde à « z » comme « ze sais plus quoi inventer pourvu que ça grince » ; les sons couverts de Jonas Kaufmann, ses « a » qui ressemblent à des « o » ; la direction démesurée d'Alain Altinoglu, si envahissante qu'elle fait l'opéra de Puccini poème symphonique....

J. Critique: Manon de Massenet. Un grand opéra français à l'Opéra de Marseille ! • 29 septembre 2015⇒7 octobre 2015 • En ouverture de saison, l’Opéra de Marseille affiche l’un des fleurons de l’opéra français : Manon de Jules Massenet.

Critique: Manon de Massenet. Un grand opéra français à l'Opéra de Marseille !

C’est un chef d’œuvre d’élégance, avec ses « jeux de masque » façon 18ème siècle (le livret est issu du « Manon Lescaut » de l’abbé Prévost), rehaussé de passion romantique, d’une puissance lyrique qui trouve sa pleine dimension expressive dans le fameux air « Ah ! Fuyez douce image… ». L’apparente légèreté de l’opus (créé en 1884) cache mal les élans intérieurs qui travaillent les protagonistes. Dans une mise en scène classique (Renée Auphan & Yves Coudray) et de somptueux décors (Jacques Gabel) déballés depuis la dernière production de l’opus à Marseille (2008), le duo Manon/des Grieux traverse l’ouvrage en fragile funambule tout juste sorti de l’adolescence.

Sébastien Guèze est, quant à lui, un jeune premier à l’évidente beauté, idéale pour le rôle. Les « seconds » rôles s’avèrent remarquables. A voir donc… et entendre ! Opéra de Marseille : Manon, grand rôle pour belle voix - Journal La Marseillaise. L’Opéra de Marseille ouvre sa nouvelle saison avec la reprise de la production de Manon de mise en scène par Renée Auphan et Yves Coudray en 2008.

Opéra de Marseille : Manon, grand rôle pour belle voix - Journal La Marseillaise

Même scénographie mais distribution nouvelle. Patrizia Ciofi, fidèle de la scène lyrique phocéenne, sera la coquette Manon imaginée par l’Abbé Prévost et le très juvénile Sébastien Guèze revient lui aussi sur les planches municipales pour endosser le costume de Des Grieux. Né à Lyon mais Ardéchois de cœur, Sébastien Guèze est remarqué par Renée Auphan, alors directrice de l’opéra. Il sera Arturo dans Lucia Di Lammermoor de Gaetano Donizetti. Manon et son portrait Excellente idée d'avoir assorti cette reprise de Manon du petit opéra-comique en un acte, Le Portrait de Manon que Massenet composera dix années plus tard en 1894. Puis sa carrière s’envole. L’Opéra de Marseille ouvre la saison avec une « Manon » élégante. Patrizia Ciofi et Sébastien Guèze incarnent Manon et le Chevalier des Grieux avec une belle justesse sur la scène de l’opéra de Marseille pour l’ouverture de la saison (Photo Christian Dresse) Faut-il s’apitoyer sur le sort de Manon, jouvencelle promise à Dieu et au couvent à l’âge de 16 ans mais qui décide, d’un coup, d’un seul, d’aller explorer d’autres voies, pas toujours impénétrables, que celles du seigneur ?

L’Opéra de Marseille ouvre la saison avec une « Manon » élégante

Faut-il plaindre le naïf chevalier Des Grieux, presque puceau idéaliste relié au père par un cordon ombilical gros « comme ça » et au père éternel par défaut ? En fait, pas vraiment.