background preloader

SENS AU TRAVAIL

Facebook Twitter

Les sept piliers de la raison d'être d'une entreprise. En finir avec la dictature des process. Management RH, recrutement, management : dans les entreprises, les process sont partout. En quoi est-ce un problème ? Julia de Funès : Les process en tant que tels ne sont pas critiquables. Mais quand ils deviennent le sommet des priorités, au détriment du sens de ce qui est entrepris, cela devient destructeur. Thibaud Brière : L’inflation de normes en tous genres prétend être un processus d’hyper rationalisation, mais il tourne à l’irrationnel, comme il en va de l’hyper rationalité du paranoïaque qui se fait délirante.

Finalement, ce sont les process qui, par essence, pousseraient les salariés à les contourner ? T.B : Il y a plusieurs réactions possibles lorsqu’on est en désaccord avec les orientations du moment de son entreprise : partir ou résister. J.D.F : Sans devenir corporate hackers, les salariés peuvent prendre la parole, et passer à l’action en osant s’opposer aux procédures qu’ils estiment inutiles, absurdes ou contreproductives. Bien-être au travail : pourquoi et comment trouver son ikigaï. Entreprise Alors que les cas de bore out et de brown out se multiplient, une méthode de développement personnel promet à quiconque s’y essaie de trouver un sens à son travail. Il s’agit de l’ikigaï, un concept philosophique japonais, qui peut se traduire par “raison d’être”, ou “joie de vivre”.

Cet “art de bien mener sa vie”, qui remonte au XIVe siècle à la cour de l’Empereur nippon, expliquerait pourquoi l’île d’Okinawa présente actuellement l’une des plus importantes concentrations de centenaires au monde. “Les habitants de l’archipel sont heureux de se lever le matin et n’arrêtent jamais vraiment de travailler même quand ils sont âgés, car ils ont adopté un état d’esprit bien particulier, qui consiste à bien se connaître soi-même et à détecter ce qui fait sens dans sa vie – qui l’on est et ce que l’on cherche”, explique Christie Vanbremeersch, consultante et formatrice en créativité (1). Un travail intérieur Faire bouger les lignes de l’entreprise. “Pour démocratiser l’entreprise, il faut donner aux salariés un réel pouvoir de décision

Management Pourquoi, selon vous, le modèle actuel de l’entreprise n’est plus tenable ? Tout d’abord, pour une question d’efficience : le modèle classique d’entreprises hiérarchiques ne répond plus aux besoins d’innovation des organisations, directement branchés sur les attentes et motivations des travailleurs. Dans une économie de la connaissance, où l’on crée de l’immatériel, il faut des salariés motivés, impliqués.

Le travailleur est le capital clé. Vient ensuite la question de la justice. En quoi est-ce aussi une question de responsabilité sociale pour l’entreprise ? Le modèle actuel d’entreprise, gouvernée par la société anonyme, est un modèle qui touche à sa fin. Mais la RSE ne permettra jamais d’aboutir à des décisions stratégiques solidement ancrées, car il faut sans cesse trouver des compromis entre les soi-disant “parties prenantes” de l’organisation. Pour « démocratiser » les entreprises, la solution serait pour vous le “bicamérisme économique”. La rémunération doit-elle prendre en compte l'utilité sociale et sociétale du travail ? Par Sandrine Frémeaux.

Ce lien entre salaire et utilité sociétale du travail n’a rien d’évident en pratique. Bien des activités de coordination, de gestion ou de communication sont très bien rémunérées dans les entreprises de grande taille, alors qu’elles favorisent la commercialisation de biens ou de services délétères ou inutiles. Parallèlement, dans d’autres structures, les tâches fondamentales portant sur le soin, le service, l’accueil, l’hygiène, l’éducation, la gestion des déchets ou la santé peuvent être dévalorisées au plan financier, alors qu’il peut s’agir de tâches dont la société a le plus besoin.

Une société divisée Pourrait-on accepter une société divisée entre ceux qui parviennent à intégrer l’élite économique mais exercent des métiers parfois inutiles, et ceux qui réalisent des tâches nécessaires et utiles, mais qui sacrifient leur confort matériel et leur réussite sociale ? Se pose ici la question de la raison d’être du travail, et avec elle, la raison d’être des entreprises. A propos de l'auteur. Ils réparent les salariés cassés : "Le travail est devenu normé, stérile, on a perdu le contact avec le réel, la créativité"

N’est-ce pas aussi dû à une "résistance au changement" de la part du salarié ? Je ne pense pas. Si cela fait sens pour eux, par leur travail, il n’y aura pas de résistance au changement. En fait, il faut trois choses pour que les gens se sentent bien dans leur travail : qu’ils aient l’impression que c’est utile, qu'on leur donne les moyens de bien travailler et enfin, la reconnaissance. Ce dernier point, c’est le maillon qui va permettre de transformer tous les efforts que je fais en plaisir et en épanouissement. Quand il y a ces trois choses, la surcharge n’est plus un problème : on le voit bien, quand il y a un coup de bourre à donner, les gens peuvent avoir une résistance incroyable. Ils arrivent tous en burn-out ici en disant que c’est dû à la surcharge de travail, mais quand on décortique, ce n’est pas forcément cela qui les a fait en réalité plonger.

Comment sortir de cet engrenage ? Quelles solutions a le salarié, pour se préserver ? La seule solution, c’est le collectif ! Travailler demain : focus sur le livre de Julia de Funès et Nicolas Bouzou. Son ouvrage La comédie (in)humaine, co-écrit avec l’économiste Nicolas Bouzou (L’Observatoire, 2018), bouscule les idées reçues sur le monde de l’entreprise. Pour Julia de Funès, philosophe et auteur (et, oui, petite-fille de Louis), docteur en management des ressources humaines (Dess RH), non, le bonheur des salariés n’est pas une problématique qui incombe aux entreprises. Non, partir en séminaire pour construire une tour Eiffel en spaghettis n’améliore pas la performance. Les injonctions contradictoires telles qu’ « innove, mais suis les process », « sois autonome, mais badge quand tu entres et sors » ou encore « sois heureux, mais à la mode bonheuriste de l’entreprise » risquent surtout de miner la motivation des salariés.

Alors, pour elle, quels sont les maux du travail en France, et comment les soigne-t-on ? Quel regard portez-vous sur le monde de l’entreprise en France ? À l’heure actuelle, les grandes entreprises se portent économiquement bien. Il en existe à mon sens trois. Sens de la vie et sens du travail - Actions de formation. La formation au sens de la vie et du travail est assurée au Cnam Inetop dans le cadre des formations de psychologues de l'éducation nationale, des master 2 recherche psychologie du travail et des transitions et master 2 professionnel psychologie de l’orientation et du conseil.

Le groupe propose au Cnam Paris deux formations continues sur le sens de la vie et du travail. La formation TPC058 est une formation de base sur 2 jours. La formation TPC069 est une formation approfondie sur une journée, avec certification. Leur description est la suivante : TPC058- Sens de la vie et sens du travail : des nouveaux outils pour l’orientation et les bilans – Niveau I Objectifs: Découvrir les cadres de référence des approches « sens de la vie et du travail » et leur utilité pour l’accompagnement en orientation professionnelle.

Public: Professionnels de l’orientation et du conseil, conseiller.e.s en insertion, professionnels des ressources humaines, psychologues, coachs, formateurs/Formatrices. Programme: Association Française de Psychologie Existentielle - Articles de presse et documents. * 23/03/2019 (Référencés par Nadia Baatouche): Dominique Rabaté présente son ouvrage "Le roman et le sens de la vie", aux éditions José Corti * 23/03/2019 (Référencés par Jean-Luc Bernaud): "Bosser chez Monsanto en y allant en vélo ? " : quand la quête du "sens au travail" remplit le Bataclan - REPORTAGE - L’ association Ticket for Change organisait à Paris une grande soirée pour "(re)donner du sens à son travail". La thématique séduit : 1.000 personnes étaient présentes au Bataclan. LCI aussi. 22/03/2019 - Sibylle LAURENT : * 06/03/2019 (Référencé par Nathalie Haberman): Intervention d'un groupe de collègues logothérapeutes dans le cadre des Semaines d'Information sur la santé Mentale, le 19/03/2019 à Etampes, sous le titre "La logothérapie à l'heure du numérique".

Lien pour le programme et les coordonnées précises : * 26/02/2019 (Référencé par Olga Tolmachova): Interview de S. J'ai décidé de changer de vie pour plus de cohérence entre mon travail et mes valeurs. Les "bullshit Jobs", le "brown-out", ou quand le travail perd tout son sens - rts.ch - Economie. Plus d'un tiers des personnes considèrent que leur travail n'a aucun sens, affirme David Graeber, dans son essai "Bullshit Jobs", dont la traduction en français est parue cet automne. Ces "jobs à la con", en français, sont des emplois rémunérés qui sont tellement inutiles, superflus ou néfastes, que même les salariés peinent à justifier leur existence. "Il y a plein de secteurs en jeu, voire des industries entières", explique à la RTS l'anthropologue et économiste américain. Toutes les couches de la société seraient concernées: "Des avocats d'entreprise, des personnes qui travaillent dans le télémarketing, dans les relations publiques, dans les lobbying.

Beaucoup se demandent finalement à quoi ils servent? " Ce professeur à la London School of Economics avait évoqué ce phénomène pour la première fois en 2013, dans une tribune du magazine Strike! "Réunionites" et "tonne de rapports" Michaël Desforges en sait quelque chose. Les cadres intermédiaires les plus touchés Feriel Mestiri. Donner du sens à sa vie : les clés de la psychologie existentielle. Après s’être intéressée pendant des décennies à identifier les facteurs qui contribuent au bonheur, la psychologie se tourne vers une nouvelle question : qu’est-ce qui nous donne le sentiment du sens ?

Aujourd’hui, plus de 8000 articles scientifiques sont consacrés au sens de la vie ! Ces études montrent que celui-ci pourrait compter plus que le bien être. Identifier ses buts et les mettre en cohérence avec ses valeurs est protecteur en termes de bien-être psychique, de santé physique et de longévité. Mais la recherche de sens n’est pas une question simple et on constate une souffrance contemporaine liée à cette question. Avec : Jean-Luc Bernaud,Professeur des Universités en Psychologie au CNAM ParisSébastien Bohler, journaliste scientifique En partenariat avec Cerveau et Psycho Site de l'Association Française de Psychologie Existentielle (AFPE). Sens de la vie et sens du travail. Sens de la vie et sens du travail représente un groupe thématique pour lequel tous les membres appartiennent au laboratoire CRTD (Centre de Recherches sur le Travail et le Développement) du Cnam.

Le groupe se donne pour principaux objectifs : Développer des actions de recherche permettant de mieux comprendre le concept de sens, sa modélisation, son origine et ses effets tout au long de la vie.Développer des méthodes d’intervention innovantes sur le sens, utiles pour la recherche comme pour les milieux professionnels.Diffuser les connaissances scientifiques pour que soient répandues et mieux comprises les notions de « sens de la vie » et de « sens du travail », notamment leurs usages pour l'accompagnement des personnes et les perspectives d'orientation tout au long de la vie. L'analyse et le développement du « sens » comme concept pour la recherche s’inscrit dans une école de pensée humaniste-existentielle. Pour nous contacter : Contact mail : sensdelavieetdutravail@gmail.com. Donner du sens au travail : les 9 clés que tout manager doit maîtriser by Acomplice podcast.

Pourquoi est-il aussi important pour une entreprise d’avoir une raison d’être. Chroniques d’experts Stratégie Le 09/01/2015 La plupart des entreprises n’ont pas de « vraie » raison d’être. Elles ont alors les plus grandes difficultés à connaître le succès. Comme l’a rappelé Cynthia Montgomery dans son ouvrage « The Strategist », la raison d’être est ce qui définit une entreprise de la manière la plus fondamentale possible : pourquoi existe-t-elle ? On pourrait penser que la raison d’être est un concept trop abstrait pour être utile aux managers. Qu’est-ce qu’une « vraie » raison d’être ? Il n’y a pas de recette pour développer une « vraie » raison d’être. Trois questions à se poser pour clarifier la raison d’être de votre entreprise Une entreprise a-t-elle une « vraie » raison d’être ? – si votre entreprise disparaissait, qui la regretterait vraiment (à part vous …) ? – à quels clients manquerait-elle le plus et pourquoi ?

– combien de temps faudrait-il pour qu’un concurrent comble le vide qu’elle laisserait ? 16 , 50 € / numéro(tous les 2 mois) Raison d'être, Transformation. Jean-Dominique Senard : « Le sens et le pourquoi nourrissent la motivation », Innovation sociale. Entreprise objet interet collectif. Pourquoi le rapport Notat-Senard est une avancée. " L'entreprise, objet d'intérêt collectif ". Ainsi est titré le rapport de Nicole Notat et Jean-Dominique Senard, remis le 9 mars au gouvernement, et proposant une modification de " l'objet social " de l'entreprise, tel qu'il est rédigé dans le Code civil.

L'intitulé même du rapport est une forme de victoire pour la croisade d'un patron, Antoine Frérot, qui depuis des années avance modestement son credo : " L'entreprise représente aussi l'intérêt général, et pas le seul intérêt de quelques-uns ", a maintes fois défendu le PDG de Veolia, notamment au cours d'un Sommet de l'Economie de Challenges mémorable, où il avait tenté d'en convaincre l'ex-candidat socialiste à la Présidence de la République Gérard Filoche. Mais il n'y avait pas que l'ancien inspecteur du travail à saboter les efforts de pédagogie du patron, devenu entre-temps président de l'Institut de l'entreprise. C’est tout le mérite du tandem Notat-Senard de permettre une avancée. Méfiance vis-à-vis du CAC 40. SOL France on LinkedIn: "#SolFrance20ans : MindMap de nos #défis pour les années à venir co-construite par les participants des Dialogues de l'Apprenance avec Pierre Goirand et Sylvie Caruso Cahn ! #IntelligenceCollective quand tu nous tiens... Et vous, q.

Jerome LECOQ on LinkedIn: "Où l'on parle des possibles applications de la pratique philosophique en entreprise." La raison d'être, cette singularité, Innovation sociale. La stratégie du Thé. Une stratégie pour que vos rêves de transformation infusent la réali-Thé ! Ce livre présente les 7 défis que toute organisation doit relever si elle souhaite un développement pérenne dans un monde digital de plus en plus incertain et complexe. Face à ces défis, pour passer rapidement de l’intention à l’action, votre succès dépend du leadership paradoxal et de la stratégie du Thé. Nous vous invitons donc à voyager au cœur d’un nouveau leadership qui viendra en appui d’une stratégie inédite pour amener votre organisation vers plus d’agilité, d’innovation et d’engagement.

Sur votre parcours, vous ferez face à 7 défis : Le défi du management paradoxal : entre Ordre et Chaos, comment articuler leadership charismatique et leadership partagé ? Comment faire coexister management de l’intelligence collective et Command and Control ? Le défi de l’agilité : vous pensez que votre salut est dans le business plan alors qu’il est dans le business dream. "Transformons nos collaborateurs en collaboracteurs !" Notre série « Tribunes RH » propose aux experts des questions RH et aux acteurs du recrutement et de l’emploi de prendre la parole. Cette semaine, Cyril Capel, Directeur associé de CCLD Recrutement, aborde la notion de « collaboracteurs » ou comment impliquer davantage les salariés dans la vie de l’entreprise en répondant à leurs attentes : autonomie, bonne humeur, quête de sens au travail… Toutes les études sur le sujet le démontrent : les entreprises subissent, depuis plusieurs années, un désengagement profond de leurs salariés dans le monde et plus particulièrement en France.

Pourtant, la recette qui permet d’entretenir la flamme avec nos collaborateurs est connue et repose aujourd’hui sur trois grands piliers : Qu’est-ce qui freine nos organisations à mieux exploiter ces facteurs de motivation ? Le rôle d’un « collaboracteur » s’adapte au contexte et évolue avec le temps. Pourquoi faire de vos collaborateurs des collaboracteurs ? Commencer par établir un état des lieux ! Philippe_Brasseur_-_20180227_-_Dessin_sur_la_TAD. Liaisons Sociales Formation - Redonner du sens au travail avec le Chief Happiness Officer. Etude Deloitte Nov. 2017 sur le sens au travail. Le sens au travail, une question majeure pour les salariés.