background preloader

Politique

Facebook Twitter

Laicité

Facebook. Le mouvement Nuit debout suspendu à son processus de vote. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Violaine Morin et Camille Bordenet La commission Démocratie s’est donné rendez-vous à 16 heures, place de la République à Paris, mercredi 20 avril. Sous un grand soleil, les militants se retrouvent pour discuter de la construction des « outils démocratiques » de Nuit debout. Et ce n’est pas tâche aisée : avant même de lancer la réunion, le rappel de l’ordre du jour provoque déjà des débats. Doit-on prendre le temps de tout réexpliquer aux « nouveaux » qui n’étaient pas là la veille ? « Cela me paraît très compliqué, cette discussion… », soupire déjà un participant. Quarante minutes plus tard, on en est toujours à l’ordre du jour. . « Qui veut participer au vote ?

– Mais au vote de quoi ? – Au vote pour se concentrer sur le vote. » Un rire parcourt le groupe. Car depuis quelques jours, un problème obsède les participants à Nuit debout : le vote. Lire aussi : Où va Nuit debout ? Le piège de l’ultrahorizontalité Projet de vote expérimental. La gauche peut-elle dire « nous » avec Houria Bouteldja. Dans ce texte écrit à partir de la lecture du livre d'Houria Bouteldja, Les Blancs, les Juifs et nous (La Fabrique, 2016), René Monzat - chercheur et militant antifasciste, ancien animateur du réseau Ras l'Front - plaide pour la constitution d'un nouveau bloc social et politique entre la gauche radicale et l'antiracisme politique porté, entre autres organisations et collectifs, par le PIR et Houria Bouteldja.

Mais il rappelle que cela passera nécessairement, du côté de la première, par une reconnaissance de la question raciale, donc une contribution réelle aux luttes contre le racisme systémique, mais aussi de l'autonomie politique des non-blanc-he-s. Les Blancs, les Juifs et nous. Vers une politique de l’amour révolutionnaire (La fabrique éditions, 2016) est dédié à la gauche radicale – par une formule rude : « Parce qu’elle est le partenaire indispensable des indigènes, la gauche est leur adversaire premier ».

Remplacez femmes par race et on peut raisonner… « Non, non ! René Monzat. USA : Lawrence Lessig, le candidat du Web contre la corruption du système. Capture d’écran de la vidéo dans laquelle Lawrence Lessig a lancé sa pré-candidature, le 11 août 2015 (YouTube) Lawrence Lessig, l’un des hommes les plus importants dans l’histoire d’Internet pour en faire un espace de liberté, veut se lancer dans la course à la Maison Blanche, grâce à un financement par crowdfunding, pour défendre l’« égalité des citoyens » mise à mal par les lobbies. Lessig, un professeur de droit à l’université de Harvard de 54 ans, est notamment connu pour avoir donné naissance aux « creative commons », ces licences qui régissent le copyright en ligne et permettent le partage de créations sans droit de propriété intellectuelle si leur auteur le souhaite.

Il est un défenseur de l’approche libertaire du Web, notamment au travers du logiciel libre. En octobre dernier, il interviewait Edward Snowden, l’homme qui a révélé l’espionnage massif de la NSA, dans son exil russe, depuis un amphi bondé de Harvard. Un million de dollars avant le 7 septembre Pari gagné. Lessig veut faire du financement participatif une vraie arme politique. Nous vous avons déjà parlé de Lawrence Lessig. C’était à l’occasion de son discours de lancement de pré-campagne en vue de la présidentielle américaine. Mais nous aimerions en sortir le cœur battant, la substantifique moelle, le nerf de la guerre : l’argent. Lawrence Lessig, 54 ans, professeur de droit à Harvard, veut se lancer dans la course, du côté démocrate, avec l’espoir de dynamiter le système. Si Lessig base sa campagne sur le financement participatif (« crowdfunding »), ce n’est pas seulement pour profiter d’un effet de communication ou pour céder à un effet de mode. Ce professeur volubile, aux épaisses lunettes rondes, ne cesse de répéter que la démocratie américaine est viciée par le système de financement des campagnes : une poignée de donateurs pré-sélectionnent les candidats qui s’opposeront devant les électeurs. « C’est une “vetocratie” que ces donateurs ont créée.

Interview (en anglais) à Democracy Now A partir de 11’07 Le rôle des « super-PAC » Diluer cette concentration. En Islande, les ressources naturelles sont maintenant « détenues par le peuple. Entretien avec Victor David, juriste de l’environnement à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Le projet de nouvelle Constitution islandaise prévoit que les ressources naturelles soient « détenues par le peuple islandais ». Quelle serait la portée de ce texte s’il était adopté ? Victor David : Cette formulation est une façon politiquement correcte de parler de nationalisation des ressources naturelles. En Islande, un des grands enjeux concerne les produits de la mer. Quelques grosses entreprises concentrent presque l’ensemble des quotas de pêche. Cette nationalisation permettrait de renégocier les quotas vers une redistribution plus favorable à l’ensemble de la population.

Les perspectives de trouver du pétrole dans les eaux territoriales islandaises en mer du Nord ne sont probablement pas non plus étrangères à cette proposition. Les changements sont donc assez marginaux ? Pas vraiment, dans la mesure où l’Islande est une démocratie représentative. Introduction à la pensée de C. Castoriadis | labyrinthes. Un million d'alternatives: un autre monde existe déjà! «There is no alternative». Si Margareth Thatcher touchait des royalties à chaque fois que ces quatre mots étaient prononcés, elle serait probablement multimilliardaire. En effet, depuis plus de trente ans, les têtes de gondoles de l'intelligentsia libérale n'ont eu de cesse de nous expliquer qu'il n'y avait point de salut en dehors du marché, de la concurrence mondialisée, de la baisse du «coût du travail» et des dépenses de l’État.

«There is no alternative». Cette «arme rhétorique redoutable» a servi à légitimer les coupes qu'ont subi l’État providence et le droit du travail depuis la contre révolution libérale des années 70/80. Publicité Avec son livre Un million de révolutions tranquilles, la journaliste Bénédicte Mannier déconstruit ce dogme et envoie dans les cordes la Dame de fer et ses disciples. Coopératives, autarcie énergétique: un autre monde existe déjà L'auteure met un point d'honneur à souligner le caractère viable des projets qu'elle rapporte. Utopies concrètes. Paralyser un homme? En Arabie saoudite, c'est légal. Œil pour œil, dos pour dos? En Arabie saoudite, un homme de 24 ans risque d’être paralysé à partir de la taille par les autorités, rapporte la BBC, pour le punir d’un crime commis il y a dix ans. Selon les journaux saoudiens, Ali al-Khawahir avait 14 ans quand il a poignardé l’un de ses amis dans le dos, causant sa paralysie.

Après une décennie passée en prison, il risque maintenant d’être à son tour paralysé, sur demande de sa victime, s’il ne parvient pas à payer 1 million de riyals (environ 200.000 euros) de dommages et intérêts. Selon le site Arabian Business, la somme originale était deux fois plus importante, mais aucune raison n’a été évoquée pour justifier cette baisse. Le système pénal saoudien, qui applique la loi islamique, autorise la qisa (ou loi du Talion). La victime peut ainsi demander aux juges que son assaillant subisse le même sévice qu’elle. Publicité Devenez fan sur , suivez-nous sur. Cliodynamique: comment des mathématiciens prédisent une vague de violence intense d'ici 2020.

Peut-on prédire les bouleversements sociétaux à venir en analysant mathématiquement ceux du passé? C’est ce que postule le professeur Peter Turchin, présenté dans Wired comme une incarnation de Hari Seldon, mathématicien psychohistorien dans plusieurs romans d’Isaac Asimov. Peter Turchin, statisticien à la frontière entre écologie et sciences sociales, est le fondateur de la cliodynamique (d’après Clio, muse grecque de l’Histoire), une discipline émergeante visant à créer des modèles mathématiques à partir de données historiques. Comme l’explique le professeur sur son site web: «Un esprit humain “nu”, sans l’aide du formalisme mathématique et des ordinateurs, est un outil médiocre pour prédire des processus dynamiques caractérisés par des boucles de rétroactions non-linéaires [le lien de cause à effet est indirect, NDLR], ou pour comprendre des procédés complexes tels que le chaos mathématique.

Il existe par exemple des centaines de théories pour expliquer la chute de l’empire romain. ACTUEL MARX. Fafwatch Rhône-Alpes. Z Communications.

Anarchisme

HansHoppe.com — Austrian Economist and Anarcho-Capitalist Social Theorist. Ludwig von Mises Institute. Films sur le (refus du) travail. Il y a beaucoup de films sur le refus de la civilisation mais pas tant que ça sur le refus du travail.Par exemple pour moi, Alexandre le bienheureux est surtout un film sur le plaisir de la vie et le prélassement. La classe ouvrière va au paradis, c'est une évocation caricaturale du contexte social en Italie après l'automne 69. L'an 01, c'est sur l'utopie. Les autres films que tu cites sont des reportages "indépendants" ou militants, comme tu veux.Par contre, les moments de résistances, critiques, confrontations, détachements, révoltes par rapport au travail ou au monde de l'entreprise sont visibles dans beaucoup de séquences de films de fiction qui tournent autour de la condition ouvrière, salariale ou plus précisément l'obligation de travailler.

Je pense que c'est une erreur de parler du travail (ou de son refus) en excluant la vie à coté. Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça. Fédération des Travailleuses/eurs de l’Éducation. Les syndicats de la fédération CNT des Travailleu-r-euses de l’Éducation (qui syndiquent les étudiants et les personnels enseignants, administratifs, techniques de la maternelle à l’université) se sont réuni-es du jeudi 27 au samedi 29 mars à Ligoure pour leur congrès fédéral. La FTE a la particularité de syndiquer les étudiant-es, les animateurs/trices, les personnels administratifs, techniques, enseignants, de la maternelle à l’université car elle considère que les acteurs/trices de l’éducation doivent être uni-es au-delà de tout corporatisme pour construire une nouvelle Ecole.

Tous les deux ans, ce congrès est l’occasion pour les syndicats de se retrouver afin de définir de nouvelles stratégies de lutte, d’adapter le fonctionnement de la fédération et de produire de nouveaux outils. En tant qu’internationalistes, les syndicats ont fait le point sur les relations internationales qu’ils entretiennent à travers le monde avec d’autres organisation autogestionnaires.