background preloader

Médias sociaux - Articles

Facebook Twitter

JO: le premier spectacle son et lumière piloté par Twitter | JO Londres 2012 direct. Ce sera «le premier spectacle son et lumière piloté par les utilisateurs de réseaux sociaux», écrit The Telegraph. The London Eye, la grande roue de Londres située au bord de la Tamise, va servir tout au long des JO de thermomètre d’ambiance… en adoptant un éclairage évolutif censé représenter l’humeur des twittos. Derrière l’opération, EDF Energy, fournisseur officiel d’électricité de Londres 2012 et sponsor de la grande roue, qui a baptisé l’opération «Energy of the Nation».

Depuis plusieurs mois, un groupe d’étudiants du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et un professeur britannique spécialiste de l’analyse linguistique des médias sociaux, Mike Thelwall, traquent les tweets liés aux JO envoyés depuis le Royaume-Uni. publicité L’équipe de chercheurs a développé un algorithme, «Sentistrength», pour repérer l’humeur des twittos et déterminer si cette dernière est positive ou négative, à partir d’un lexique de 2.750 mots et expressions en rapport avec les JO. Comment augmenter ses points de ventes de 700 à 20 000 en deux semaines ? Pinterest drives more revenue per click than Twitter or Facebook. If you’re an e-commerce marketer and you’re not already on the Pinterest bandwagon, you need to hop on it as soon as you can. Pinterest is the first social network that’s delivering not only lots of traffic but also real revenue and lots of new customers. I know this because my own company, Convertro, tracks marketing performance for our clients across various channels, including Facebook, Twitter, Pinterest, and others, to find out which perform best in terms of driving revenue.

Our latest data shows that Pinterest is the fastest growing social media traffic source for e-commerce websites in terms of revenue. (Full disclosure: We have no relationship with Pinterest.) In Q2 2011 Pinterest.com represented 1.2% of social media revenue for e-commerce sites. For the three people out there who still don’t know what Pinterest is, it’s an online service that lets you create “pinboards”. New Customers So what should e-commerce sites be doing to accelerate Pinterest revenues? E-reputation et bénefs assurés. Nous avons démonté la mécanique du nouveau contrat d'assurance d'Axa, supposé protéger l'e-réputation du bon citoyen. Une offre qui bénéficie ces jours-ci d'une forte exposition publicitaire, surfant davantage sur des peurs que sur la réalité. Et des prestations toutes relatives en cas de taches sur votre belle réputation.

À l’heure où le “personal branding” s’apparente chez certains à une quête existentielle, tôt ou tard le marché de l’assurance devait s’y intéresser. Ainsi, le groupe Axa a lancé la semaine dernière une campagne de com’ pour son contrat Protection Familiale Intégr@le, couvrant notamment les risques liés à Internet, mais surtout l’e-réputation, dont on aurait pu penser qu’elle concernait un public restreint. Avec en outre des risques plus courants, qui passent au second plan dans ses pubs : Nombreuses restrictions Toutefois, comme son concurrent suisse, Axa glisse une tripotée de restrictions dans ses conditions générales [pdf] (p 25 sqd).

Démocratisation Gloubi boulga. [Test exclusif] YesIBank, la monnaie qui récompense l’influence des internautes. Début avril, YesIBank lancera « la première monnaie universelle sur le web pour monétiser le temps passé sur Internet et les réseaux sociaux pour rémunérer l’ensemble des actions des internautes » : le ¥€$. En fonction de votre activité sur Facebook et Twitter, YesIBank vous donnera une quantité de ¥€$ correspondante à votre e-réputation. Ce montant ne sera pas figé et chaque mois, l’internaute recevra des dividendes selon l’évolution de son profil social. Exemples : inscription sur sur le web d’un média, 500 ¥€$, nouveau fan d’une marque sur Facebook, 150 ¥€$, ouverture d’un compte Youtube, 300 ¥€$… Avec cette monnaie, les internautes pourront acheter des produits ou obtenir des réductions importantes sur la place de marché du site ou sur les sites partenaires.

FrenchWeb offre aux cent premiers d’entre vous la possibilité de tester en exclusivité ce nouveau service.Tester YesIBank. Code invitation : « FRENCHWEBYES ». Internet / Assurance : Axa pêche sur sa propre e-reputation. Alors qu’Axa lance son programme de « Protection Familiale Intégr@le », censé protéger l’image des assurés sur le web, l’assureur montre le mauvais exemple. Un site de consommateur mécontent, baptisé “je boycotte DIRECT ASSURANCE”, n’hésite pas à tacler ouvertement sur la toile sa filiale Direct Assurance. Une publicité délétère qui entache sa réputation depuis 2004. De prime abord, la « Protection Familiale Intégr@le » d’Axa semble des plus louables. Contrôle et nettoyage de l’e-réputation, défense contre l’usurpation d’identité et l’utilisation frauduleuse des moyens de paiement, accompagnement dans les litiges face aux e-commerçants pour des biens mobiliers et des services….

Seul bémol, la compagnie Axa, elle-même, fait face à un problème d’e-reputation. L’e-réputation en question La riposte d’Axa Axa n’est pas resté passif. Me Murielle Cahen, avocate spécialisée dans le droit d’Internet, explique à Owni.fr que de nombreuses restrictions empêchent de nettoyer une e-réputation. [Facebook] La charte de modération pour la première fois publiée. Les règles de modération de Facebook viennent pour la première fois d’être publiées. En effet, selon un article du Monde qui révèle l’information, le site Gawker a récemment mis en ligne les principaux axes que doivent suivre les modérateurs de la plateforme aux 800M d’utilisateurs. Outre la limite entre ce qui est légal et ce qui ne l’est pas, le document de treize pages dresse un état des lieux des règles établies en matière de contenus pornographiques, violents ou à connotation raciste. Cette charte offrirait ainsi un aperçu « de la philosophie de Facebook mais également des contradictions qui en découlent ».

En effet, les règles établies se révèlent relativement complexes. Ainsi, en matière de sexualité, la plateforme proscrit toute description, photographique ou écrite, d’actes sexuels, et la nudité n’est autorisée que dans certains cas. [Social Media Marketing] Pinterest : next big thing ou feu de paille ? Topi. Lancé à New York en janvier par une équipe d’ingénieurs essentiellement français autour du fondateur David Aubespin (ex-Google), Topi se veut un concurrent mobile pour Facebook, rien de moins !. En clair, un espace de rencontres et d’échanges qui propose, sur une base de géolocalisation, d’être mis en contact avec des utilisateurs qui partagent des centres d’intérêts communs. Topi créé automatiquement des groupe d’intérêts en « matchant » des informations issues de Facebook, Twitter et LinkedIn et en leur ajoutant une forte dimension géographique. C’est ainsi que des bretons à New York ou des supporters du PSG à Marseille peuvent s’identifier et communiquer via des conversations classiques en mode texte mais aussi à travers un mode plus ludique, le « croki » : un texte écrit à la main ou un dessin qui peut d’ailleurs devenir « live » en étant conçu en temps réel par plusieurs utilisateurs.

Topi valorise donc la notion de « touch messaging » dans une approche de « smart grouping ». Pinterest gagne déjà de l’argent. Pinterest gagnerait déjà de l’argent, fait plutôt inusité pour un réseau social assez récent et qui n’affiche aucune publicité… Alors qu’au même moment certains sites comme Twitter se cherchent encore un modèle économique pertinent, Pinterest défie tout le monde. Mais comment fait-il alors ?

C’est Josh Davis du site llsocial qui a découvert le modèle économique caché de Pinterest. Une manière bien discrète, tellement même qu’elle n’est mentionnée nulle part, de la FAQ aux conditions d’utilisation. Le réseau social remplace tout simplement automatiquement tous les liens sortants de sites e-commerce (comme Amazon par exemple) par des liens affiliés. Ni vu ni connu, ou presque : Dans les faits, ca ne gêne personne réellement. En s’assurant un minimum de revenus dès le départ, Pinterest va à l’encontre des modèles classiques des réseaux sociaux (Twitter, Facebook,… pendant longtemps) qui focusent d’abord sur la croissance du trafic à tout prix, et des revenus plus tard.

Lady Gaga lance un réseau social. Facebook Timeline. Kimea. Le Cloud est à la mode en ce moment, c’est un fait. Les plus grandes firmes de la planète se sont mises au goût du jour et proposent leurs services de stockage de ligne. Mais plus qu’une simple clé USB, certains désirent avoir un véritable bureau virtuel dans les nuages. Un bureau, qui leur permettrait non seulement de stocker leurs précieuses données, mais aussi de pouvoir les exploiter au travers de leur navigateur internet depuis n’importe quel ordinateur, le tout sans avoir à installer quoi que se soit.

La solution pourrait bien tenir en un mot : Kimea. Kimea est un projet né d’une équipe de huit étudiants passionnés. Le projet est en développement. Après avoir créé un compte et vous être logués, vous arriverez sur votre bureau personnel. Puisqu’on y est, on précisera que les technologies utilisées sont HTML/CSS pour l’aspect graphique ainsi que du JavaScript pour les interactions avec le bureau. L’échange avec les autres est omniprésent lorsque l’on utilise nos machines. Le concept FOURSQUARE, sésame pour le permission marketing sur le marché de l'hyperlocal ? Conviction : l'ubimedia business, l'interactivité everywere = time to market Depuis quelques mois mes billets explorent le potentiel du marché de l'hyperlocal comme vecteur d'innovation et donc de croissance forte de l' Internet business (ubimédia business) et ce pour plusieurs raisons: l'hyperlocal est porteur de nouveaux usages, l' internet baignant le réel les devices mobiles et outdoor ( digital signage) s'émancipent technologiquement pour plus de convergences et interopérabilitéet la cible des mobinautes , ces urbains hyperconnectés, bientôt on parlera d'ubinautes , est destinée à croitre.Dans ce cadre , j'ai décrit un paradigme les hyperlieux avec l'idée de: pousser de l'interactivité digitale dans l'écosystème in situ, de permettre à tout un chacun d'éditer le réel, d'animer ses lieux d'ancrage et de transit quotidien.

Crée en mars 2009 aux USA, Foursquare est pensé comme un réseau social mobile de valorisation des lieux via une mécanique 2.0 "d'user generated labelisation". Mon boucher, ce Community Manager. Foursquare, Gowalla, Plyce, Dismoioù…. Les réseaux sociaux basés sur la géolocalisation font une percée assez incroyable chez les utilisateurs de Smartphone. Foursquare, Gowalla, Plyce, Dismoioù… #WTF, c’est quoi au juste ? Ce sont des applications Smartphones qui permettent de partager et de recommander des lieux à son cercle social (amis, followers…). Ces réseaux sociaux se basent sur les coordonnées GPS d’un individu afin de le géolocaliser précisément.

Ok mais comment cela se passe pour l’utilisateur ? Imaginez que vous cherchez un resto sympa proche de votre position. Les réseaux sociaux basés sur la géolocalisation vous permettent de partager et d’échanger vos lieux préférés mais aussi de commenter et de donner vos avis, opinions et impression sur ces lieux. Et c’est ici que cela devient intéressant en terme de business. Un nouveau levier pour les business, l’hyperlocal marketing interactif D’un côté, nous avons donc des mobianutes consommateurs, de l’autre des business connectées.

Etat des lieux du Community Management en 2012. J’ai moins parlé en 2011 de Community Management que les années précédentes. Il faut dire que mes précédents articles avaient amenés de très nombreuses réactions constructives qui globalement allaient dans le sens de dire que la vision d’un Community Manager, mouton à 5 pattes, doit cesser, car les missions de gestion de communauté et plus largement d’animation de la présence d’une marque sur les médias sociaux impliquent de nombreux univers et métiers de l’entreprise : relation client, communication, innovation, produit. Dur dans ces conditions de confier les clés de la boutique sur Internet à une seule personne, qui plus est, lorsque celle-ci est externe à l’entreprise. Résultat, les cas de bad buzz se sont multipliés en 2011 et sur ce blog nous avons choisi de ne pas tirer sur l’ambulance des marques qui se faisaient chatouiller ou égratiner.

Quelques constats tirés en 2011 ? Les formations diplômantes sur ces métiers vont arriver et vont tirer la profession vers le haut. Lego lance le réseau social ReBrick. La société Lego vient de lancer « ReBrick« , son propre réseau social qui a pour but de réunir les fans de Lego afin qu’ils puissent partager autour de leur passion commune. L’inscription sur le site est gratuite et est destinée aux personnes âgés de 13 ans et plus, le site a avant tout pour vocation de rassembler les créations réalisées par la communauté des adeptes de Lego. Il existe déjà de nombreux sites et communautés sur internet qui propose des créations autour des Lego.

Le fabricant des briques colorées ne souhaite cependant pas leur faire concurrence ou les remplacer et la société chercherait seulement à accroitre le partage des réalisations de ses consommateurs. Il est possible pour l’utilisateur de partager le contenu posté sur le site depuis son propre compte Flickr, YouTube, etc. Il est également possible d’ »aimer » un contenu, de suivre des utilisateurs… le contenu sur Rebrick peut également être partagé via les réseaux sociaux traditionnels. Vous avez aimé cet article ? Pinterest, la nouvelle source miraculeuse de trafic pour les e-commerçants ? Hyper addictif, Pinterest s’affiche comme le nouveau réseau social tendance outre-Atlantique. Entre septembre et décembre dernier, la plateforme a multiplié par 5 son audience, pour atteindre, le mois dernier, près de 7,51M VU. Fondé il y a deux ans, Pinterest se présente à la fois comme un réseau social et comme un outil de curation. La plateforme vous permet de créer un tableau sur lequel vous punaiser les images que vous croisez lors de vos pérégrinations online.

Vous pouvez organiser vos découvertes en plusieurs tableaux thématiques, suivre et partager les découvertes des autres membres du site (tout y est public). Fort de sa popularité (notamment chez les filles), Pinterest s’est hissé à la 5ème place des plateformes sociales qui apportent le plus aux e-commerçants, après Facebook, Youtube, Twitter, Yahoo !. L’infographie suivante, réalisée par le spécialiste marketing Monetate, récapitule les principaux atouts et attraits de Pinterest. Page fan : (Re)découvrez combien de fans cachent votre contenu. Cet article a été publié il y a 2 ans 2 mois 20 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Depuis la sortie de la nouvelle version de Facebook Insights, les community managers ont accès à de nombreuses nouvelles données (Reach, Utilisateurs engagés, Talking about this, etc.), mais ont aussi perdu l’accès à certaines autres.

Parmi celles qui ont été supprimées, le nombre de fans qui a définitivement masqué le contenu de votre page dans leur fil d’actualité est sans doute la donnée qui fait le plus défaut. Cette donnée permet en effet au community manager de mesurer avec plus de précision ce qui se passe derrière le chiffre fourre-tout du nombre de fans. Dans les faits, il est en effet assez rare qu’un fan quitte une page, car cela demande d’aller sur la page et de trouver le lien (pas très visible) pour quitter la page. Cette personne reste, techniquement parlant, un fan et sera comptabilisé comme tel. Etudes - Le parcours d’achat de l’internaute français. Boostez vos résultats sociaux sur Google. L'histoire commune du Personal Branding et de la Prostitution. Quand le community management s'humanise. Comment Luther est devenu viral.

En 2012, enfin un vrai web 2.0 ? Social Networking, le monde à la sauce Facebook. Ce qu’attendent les fans sur Facebook. Facebook : monétiser son trafic et l’intégrer dans une stratégie cross-canal. CircleMe. F8 – toutes les nouveautés Facebook ! Le Guide des bonnes pratiques aux réseaux sociaux de France Télévisions.

La surabondance d'e-mails va-t-elle tuer l'e-mail ? L’e-mail a 40 ans, est-il déjà vieux ? E-réputation et idées reçues. Pourquoi le community manager doit faire partie de l’entreprise. Dark Community Management. La boîte à outils idéale du Community Manager. Le community management, choléstérol de l’entreprise ? Facebook et Twitter, futurs champs de bataille du Pentagone ?