background preloader

Amazon

Facebook Twitter

Les500.fr - Amazon - Fiche Entreprise. Siège social PO Box 81226 SeattleWA 98108-1226Etats-Unis Actionnariat M. Bezos Jeffrey P. (> 20%) Groupe coté au Nasdaq Chiffre d’affaires du groupe Amazon Unité : million d’euros / Source : Amazon Amazon — Présentation générale du groupe Activités du groupe À l’origine spécialisé dans la vente en ligne de livres, Amazon est progressivement devenu l’un des plus grands cybermarchands multispécialistes de la planète, avec eBay. Offre de l’opérateur Equipement de la personne (habillement, chaussures, maroquinerie bijouterie-horlogerie, beauté, puériculture, etc.) et de la maison (meubles, décoration, électroménager, bricolage, etc.), loisirs, culture, high tech, etc.

Services Programme de fidélité « Amazon Premium » (livraison express et illimitée gratuite), service « Amazon rachète », délégation e-commerce, etc. Grandes dates Amazon — Présentation du site internet Français Présentation Le site Amazon.fr a été lancé en 2000. Amazon — Amazon et l’emploi Les effectifs mondiaux L’emploi en France. Amazon - Dirigeants Entreprise. Historique L’entreprise Amazon a été créée par Jeff Bezos en 1994, elle est basée à Seattle. Voulant profiter du succès d’internet (avec un chiffre d’affaires de 2400% en 1994), Jeff Bezos a emprunté 300 000 dollars à ses parents pour monter une librairie en ligne. En 1995, Amazon est ouvert au public. Le 15 juillet 1997, Amazon entre en bourse. Depuis 1999, Amazon se développe rapidement en procédant à des opérations d’acquisitions, notamment de Planet All junglee , Exchange.com , ShopBob, Zappos, Lovefilm et puis récemment Kiva systems.

En 1999, Bezos est nommé Personnalité de l’année par Time magazine qui voit le groupe Amazon comme un acteur essentiel dans la popularisation d’internet. En 2004, Amazon fait ses premiers profits. Description Amazon est une entreprise spécialisée dans le commerce électronique. Depuis 2006, Amazon offre des services de cloud computing, le Kindle et Market Place Amazon.

Les conditions de travail chez Amazon à nouveau critiquées. A quoi reconnait-on que Noël commence à pointer le bout de son nez ? Les illuminations commencent à être installées dans les rues, certes mais surtout… Amazon sollicite 15.000 employés temporaires pour faire face à une recrudescence temporaire de son activité, le plus souvent en intérim. Or justement, Amazon fait l'objet de vives critiques ces dernières heures. En Allemagne, plusieurs centaines de salariés était en grève lundi matin pour exiger des hausses de salaires et menacent de poursuivre le mouvement au risque de perturber les livraisons de Noël. Outre Manche, un journaliste britannique de la BBC a testé les conditions de travail des «pickers» (cueilleur en bon français) de la société américaine. Vêtus de leurs gilets orange fluorescents, ces petites mains se chargent de préparer les colis dans des entrepôts gigantesques, dont la taille dépasse plusieurs terrains de foot.

Une cadence millimétrée, le cerveau au vestiaire Des conditions de travail déjà dénoncées en France. Amazon à nouveau épinglé sur les conditions de travail dans ses entrepôts. COMMERCE Après une enquête de la BBC, un expert dénonce le stress physique et psychologique auquel sont soumis les salariés... Philippe Berry Créé le Mis à jour le Mots-clés amazon Une nuit de travail de 10h30, 18 kilomètres à pied et un objet à récupérer toutes les 33 secondes: tel était le quotidien d'un journaliste de la BBC infiltré en caméra cachée dans un entrepôt d'Amazon, en Grande-Bretagne, pendant plusieurs semaines.

L'enquête a été diffusée dans l'émission Panorama, lundi soir, et soumise à l'analyse de Michael Marmot, un expert en stress au travail. Selon lui, les conditions dans les entrepôts d'Amazon «augmentent les risques de troubles physiques et psychologiques» des employées. Il dénonce «la recherche de l'efficacité au détriment de la santé». «Nous sommes des machines» Le journaliste de la BBC, Adam Littler, était un «pickeur». Un bip sur son scanner lui indique la localisation du prochain objet et lui alloue un certain nombre de secondes pour y parvenir. Amazon à nouveau critiqué pour ses conditions de travail. La firme américaine est cette fois accusée d'exploiter les travailleurs de l'un de ses entrepôts en Ecosse, obligés à dormir dans des tentes pour économiser de l'argent.

Une précédente enquête évoquait le sort des livreurs, forcés, eux, de faire leurs besoins dans leurs camions pour tenir le rythme. C'est une campagne de publicité dont Amazon se serait bien passé en plein rush de Noël. Le géant américain du e-commerce est à nouveau mis en cause par la presse britannique qui dénonce les conditions de travail dans ses entrepôts. Dans un article, repris par le Guardian , The Courrier affirme que certains employés de l'entrepôt écossais de Dunfermline sont forcés de camper dans les bois pour économiser une partie de leur faible salaire. Selon ces journaux, plusieurs tentes seraient implantées aux alentours du site d'Amazon. Ces critiques ne sont pas les premières concernant Amazon.

Chez Amazon France, les conditions de travail font aussi jaser. Récemment épinglées par une enquête du New York Times, les conditions de travail chez le géant de la vente en ligne Amazon alimentent la polémique. En France aussi, certains salariés dénoncent leur traitement, même si leur profil est différent de celui des cols blancs basés aux Etats-Unis. Il s'agit en effet en majorité d'employés travaillant dans les entrepôts chargés d'expédier les colis. Le point avec Sébastien Boissonnet, délégué syndical CGT de l'entreprise. Capital.fr : Les conditions de travail chez Amazon aux Etats-Unis ont récemment été pointées du doigt. Qu'en est-il en France ? Sébastien Boissonnet : Nous ne sommes pas vraiment surpris de cet état de fait. Capital.fr : Pour compenser, les salaires sont-ils au niveau ? Capital.fr : La situation est-elle similaire parmi les cadres de l'entreprise ? Capital.fr : Avez-vous entamé des négociations pour faire bouger la situation ?

Propos recueillis par Thomas Le Bars. « Chez Amazon, les conditions de travail sont dignes du XIXe siècle » Auteur d'« En Amazonie, infiltré dans le meilleur des mondes », Jean-Baptiste Malet décrit le fonctionnement du géant du commerce en ligne. En Allemagne, les salariés de trois sites sont en grève. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Elvire Camus La plateforme de vente en ligne Amazon réalise 70 % de son chiffre d'affaires pendant la période des fêtes de fin d'année, selon le syndicat allemand Verdi. Pour faire face à l'explosion de commandes passées en un clic à l'approche de Noël, la multinationale recrute des centaines d'intérimaires pour renforcer ses équipes. L'année dernière, Jean-Baptiste Malet a fait partie des 1 200 salariés embauchés pour travailler au sein de l'entrepôt de Montélimar. Pourquoi avoir choisi Noël pour votre infiltration dans un entrepôt d'Amazon ?

Jean-Baptiste Malet : Tout simplement parce que j'avais de grandes chances d'être recruté. A quel point la période de Noël est-elle importante pour Amazon ? Quel est l'objectif de votre livre ? Une enquête illustre les méthodes managériales agressives d’Amazon. Une longue enquête publiée par le « New York Times » ce week-end détaillant les méthodes managériales du géant de l’e-commerce a suscité des milliers de réactions.

On connaissait les conditions de travail dans les entrepôts d’Amazon, dénoncées par les employés américains et européens qui préparent et envoient en un temps record les colis commandés par les clients de l’entreprise américaine. Dans une longue enquête publiée ce week-end, le New York Times affirme que les cols blancs ne sont pas épargnés par les méthodes managériales pour le moins particulières d’Amazon. Au cours du week-end et en début de semaine, les réactions à l’enquête qui compte plus de 4 000 commentaires en ligne ont été nombreuses. « Je ne reconnais pas cet Amazon » « Pendant mes 18 mois chez Amazon, je n’ai jamais travaillé un seul week-end sans le vouloir.

. « Je ne reconnais pas cet Amazon, et j’espère vraiment que vous non plus. Amazon : Actualité de la société de commerce électronique. Présentation d'Amazon Les origines d’Amazon.fr remontent à 1994, année durant laquelle Jeff Bezos lance, aux États-Unis, une petite librairie en ligne, baptisée Amazon.com. La vente d’un premier livre, un essai sur l’intelligence, est réalisé en juillet 1995. Le 15 mai 1997, Amazon fait son premier échange d’actions au Nasdaq, sous l’acronyme AMZN. Connaissant un succès important au pays de l'oncle Sam, l’entreprise s’internationalise, dès 1998, et investit le marché européen en implantant des centres de distribution en Angleterre et en Allemagne.

Au début des années 2000, le développement de la société s’accélère avec la création d’un nouveau centre de distribution allemand à Bad Hersfeld. En 2000 le logo actuel est adopté, une courbe en forme de sourire partant du A et allant jusqu’au Z du nom, soulignant ainsi que l’on trouve tout chez Amazon, de A à Z… En 2009, Amazon réalise sa plus grosse acquisition avec le rachat de l’e-commerçant Zappos pour 850 M$. Fiche signalétique. Amazon Newsroom - Accueil. Amazon.com. Créée par Jeff Bezos en juillet 1994, l'entreprise a été introduite en bourse au NASDAQ en mai 1997. La filiale française d'Amazon est ouverte en 2000.

En 2016, Amazon devient le premier distributeur non alimentaire en France en termes de chiffre d'affaires[10]. En 2020, la société emploie un million de personnes dans le monde et a établi, outre le site originel américain, ouvert en 1995, des sites spécifiques dans de nombreux pays. Histoire[modifier | modifier le code] Bâtiment du siège d'Amazon.com à Seattle. Tour Day 1 à Seattle en janvier 2017. Amazon a ouvert son service le 16 juillet 1995. Le 12 mai 1997, Barnes & Noble a poursuivi Amazon en justice, jugeant que sa revendication d'être « la plus grande librairie du monde » était fausse, car « [Ce] n'est pas du tout une librairie. À la fin des années 1990, Amazon fait partie, avec ses compatriotes AOL, Yahoo! En 2011, Amazon met en place un service de Cloud réservé aux administrations du Gouvernement des États-Unis, appelé GovCloud[21].