background preloader

Litté Oedipe-Roi

Facebook Twitter

Chœur (théâtre) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chœur (théâtre)

Pour les articles homonymes, voir Chœur. Dans les pièces de théâtre de la Grèce antique, le chœur (du grec ancien Χορὀς, choros) est probablement issu des dithyrambes et des drames satyriques. Il présente le contexte et résume les situations pour aider le public à suivre les évènements, fait des commentaires sur les thèmes principaux de la pièce et montre comment un public idéal est supposé réagir à la représentation. Il représente souvent la population dans la pièce. Le chœur s’exprime généralement par le chant, mais aussi parfois en langage parlé. Dans les tragédies les plus anciennes, tous les rôles étaient joués par un seul acteur ; comme l’acteur devait fréquemment quitter la scène pour changer de personnage, le chœur avait un rôle dominant.

Tragédie grecque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tragédie grecque

Le genre tragique trouve son origine en Grèce antique. En effet, la tragédie grecque est une manifestation caractéristique de l'Athènes antique du Ve siècle av. J. -C.. La date de naissance précise de la tragédie grecque est inconnue : le premier concours tragique des Dionysies se situe vers 534, sous Pisistrate, et la première tragédie conservée, Les Perses d'Eschyle, date de 472[1]. Représentation théâtrale aux origines religieuses indéniables, la tragédie grecque nous est principalement connue à travers trois grands auteurs aux vies successives et rapprochées : Eschyle (né en 525), Sophocle (né en 495) et Euripide (né vers 485-480) et grâce aux trente-deux tragédies de ces auteurs qui nous sont parvenues[note 1]. Caractérisée par des spécificités de jeu, de structure, la tragédie occupe une place particulière au sein de la société athénienne. Origine religieuse et place dans la société athénienne[modifier | modifier le code]

Agôn. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agôn

Pour les articles homonymes, voir Agon. Dans la Grèce antique, le terme agôn (en grec ancien ἀγών / agốn, parfois transcrit agōn ou simplement agon) désigne proprement toute forme de compétition ou de joute oratoire ; dans les domaines artistique ou sportif, l’agôn est un concours organisé à l'occasion de célébrations religieuses. Dans la structure d'une tragédie et d'une comédie grecque antique, l’agôn est le terme technique désignant la partie de la pièce où se déroule une scène de débat ou de combat, tantôt simple prise de bec, tantôt bagarre ou débat dialectique en forme, comme c'est le cas dans Les Nuées d'Aristophane (vers 890 à 1104) où s'opposent le Raisonnement Juste et le Raisonnement Injuste[1]. Agôn est aussi le nom d'une revue de sciences humaines consacrées aux arts du spectacle[2] fondée en 2007 par des élèves et auditeurs de l’École Normale Supérieure de Lyon ainsi que de jeunes artistes et chercheurs.

Dionysies. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dionysies

Les Dionysies étaient des festivités religieuses annuelles dédiées au dieu Dionysos dans la Grèce antique. Au cours de leurs célébrations, les participants étaient appelés à concourir en agôns tragiques. Les « agôns comiques », initialement présents aux Dionysies, se seraient déroulés durant une autre festivité, toujours dédiée à Dionysos, les Lénéennes. Origine[modifier | modifier le code] L'institution des Dionysies est généralement attribuée au tyran Pisistrate et remonte aux années comprises entre 535 et 532 av.

Si d’un côté le culte de Dionysos était pratiqué déjà depuis des siècles, de l'autre on voit la nécessité de créer un évènement extraordinaire avec une participation collective, afin d’intégrer les citoyens au nouveau système représenté par la tyrannie. Les Dionysies citadines ou Grandes Dionysies[modifier | modifier le code] L'organisation des fêtes était confiée à l'archonte. Concours tragiques[modifier | modifier le code] Dithyrambe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dithyrambe

Joueur d'aulos et sa famille devant Dionysos et Artémis, v. 360-350 av. J. -C., Glyptothèque de Munich Par extension, un dithyrambe désigne aujourd'hui une louange enthousiaste, et le plus souvent excessive. Origines[modifier | modifier le code] Dionysos ivre rend visite à un poète dramatique, copie romaine d'un original hellénistique, musée du Louvre Au début du VIIe siècle av. Le dithyrambe tardif[modifier | modifier le code] Selon Théophraste, l'harmonie d'une prose élégante et soignée doit avoir de la liberté de et l'abandon. Œdipe Roi de Sophocle - Langues anciennes en classe de terminale.

Corrige_Synthese. Dithyrambe.