background preloader

AXE DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL

Facebook Twitter

Les médias sociaux, au coeur du quotidien des Québécois. L'enquête NETendances 2014 a été réalisée par le CEFRIO avec la collaboration de BIP et financée par le Mouvement des caisses Desjardins et Services Québec.

Les médias sociaux, au coeur du quotidien des Québécois

Au cours des dernières années, les médias sociaux se sont démocratisés pour prendre aujourd’hui une place proéminente sur le Web. Utilisés par plus de sept adultes québécois sur dix (71,7 %), ils font désormais partie intégrante de nos vies et modifient la manière dont nous utilisons Internet. Par le biais de l’étude NETendances 2014, le CEFRIO s’est penché sur la question et vous présente ses conclusions. De manière générale, plus de huit internautes québécois sur dix (85,0 %) utilisent les médias sociaux pour consulter du contenu, se connecter à leur compte, relayer ou partager du contenu, interagir avec d’autres ou créer du contenu. Cette proportion représente 71,7 % des adultes québécois.La proportion d’utilisateurs des médias sociaux est encore plus importante chez les jeunes internautes. L’usage des médias sociaux chez les jeunes : les deux côtés de la médaille.

Utiliser les médias sociaux représente l’une des activités les plus courantes chez les jeunes d’aujourd’hui.

L’usage des médias sociaux chez les jeunes : les deux côtés de la médaille

Un récent sondage mené aux États-Unis démontre que 51 % des adolescents se connectent à leur réseau social favori au moins une fois par jour et que 22 % des jeunes le font plus de 10 fois quotidiennement (Common Sense Media, 2009). Les sites comme Facebook, YouTube ou Twitter, qui se sont développés à grande vitesse au cours des dernières années, s’avèrent hautement populaires auprès des jeunes, notamment parce qu’ils leur offrent l’opportunité de se divertir, mais également de communiquer entre eux (O’Keeffe et Clarke-Pearson, 2011).

Il demeure cependant essentiel que les jeunes sachent en faire une utilisation saine et appropriée, sans quoi, certains problèmes pourraient survenir. Un rapport clinique paru dans la revue américaine Pediatrics (2011) met en perspective les différents impacts des médias sociaux sur les enfants, les adolescents et les familles. Vie privée Références. Nos amis sur Internet. Qu'est-ce qu'un vrai ami ? - Dossier. La solidarité humaine. Clonage humain. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clonage humain

Illustration représentant deux êtres humains identiques. Le clonage humain consiste en la création d'un être humain à partir de la totalité du matériel génétique d'un humain déjà conçu. On pourrait comparer ce concept à une gémellité retardée, et obtenue à la suite d'une décision. Le clonage pourrait permettre un éventail de possibilités au niveau médical. Par exemple, lors d'une guerre, pouvoir remplacer un organe vital touché par celui du clone serait très intéressant. Clonage d'embryon[modifier | modifier le code] En janvier 2008, Stemagen, une firme de Californie, affirme dans la revue Stem Cell avoir réussi à créer pour la première fois cinq embryons humains par clonage en utilisant des cellules de la peau de deux hommes adultes. Qu est-ce que le clonage et a-t-on d j clon quelqu un ? / Qu bec Science.

Pose ta colle09/05/2014 Le clonage, c’est une façon très particulière de faire des bébés.

Qu est-ce que le clonage et a-t-on d j clon quelqu un ? / Qu bec Science

Aucun être humain n’a encore été cloné, même si certaines personnes essaient d’y parvenir. Le premier mammifère cloné a été la brebis Dolly, morte au début de 2003. Le mariage de moins en moins populaire. Le Québec est la province qui compte le plus de couples vivant en union libre au Canada, le plus de célibataires et le plus de familles recomposées, selon les derniers résultats du recensement de 2011 publiés mercredi par Statistique Canada.

Le mariage de moins en moins populaire

Au Canada, les deux tiers des familles canadiennes sont constitués de couples mariés, ce qui marque un léger recul par rapport à 2006. Il s'agit toutefois d'une forte baisse par rapport à 1961, alors que 90 % des couples étaient mariés. Le nombre de Canadiens célibataires a continué sa progression, représentant 27,6% de tous les foyers en 2011, soit plus du double par rapport à 2006 (10,4%). Solitude. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Solitude

La solitude (du latin solus signifiant « seul ») est l'état, ponctuel ou durable, d'un individu seul qui n’est engagé dans aucun rapport avec autrui. La solitude n'a pas le même sens selon qu'elle est choisie ou subie. Ainsi, l'état d'isolement ou d'éloignement vis-à-vis d'autrui peut avoir des effets bénéfiques sur l'individu, mais aussi néfastes.

La solitude a également été décrite comme une souffrance sociale — un mécanisme psychologique alertant un individu d'un isolement non désiré et le motivant à chercher une connexion sociale[1]. Cependant, un individu peut choisir intentionnellement la solitude dans le but de s'isoler de son entourage, notamment. Aspect psycho-médical[modifier | modifier le code] Causes[modifier | modifier le code] Un individu peut être ni donné, ni reçu.

Effets[modifier | modifier le code] La solitude augmente modestement le risque de mortalité à cause du stress et de l'inflammation[5].