background preloader

Umberto Eco

Facebook Twitter

Welcome to the home page of Umberto Eco. Eco Umberto. 1.

Eco Umberto

LIVRES1956 Il problema estetico in San Tommaso. Torino: Edizioni di Filosofia.2e édit. révisée.: Il problema estetico in Tommaso d'Aquino. Milano: Bompiani, I970. Traductions: The Aesthetics of Thomas Aquinas. Cambridge: Harvard U.P., 1988 (Révisée).Le problème esthétique chez Thomas d'Aquin. 1959 "Sviluppo dell'estetica medievale. " Traduction:Art and Beauty in the Middle Ages. Umberto Eco. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Umberto Eco

Titulaire de la chaire de sémiotique et directeur de l’École supérieure des sciences humaines à l’université de Bologne, il en est professeur émérite depuis 2008. Biographie[modifier | modifier le code] Diplômé en philosophie en 1954 à l'université de Turin (avec une thèse sur Thomas d'Aquin), il s'intéresse dans un premier temps à la scolastique médiévale (Sviluppo dell'estetica medievale, 1959), puis à l'art d'avant-garde (L'Œuvre ouverte, 1962) et à la culture populaire contemporaine (Apocalittici e integrati, 1964). Il rencontre un succès immédiat en Italie. Devenu ensuite un pionnier des recherches en sémiotique (La Structure absente, 1968, Trattato di semiotica generale, 1975), il développe une théorie de la réception (Lector in fabula, Le rôle du Lecteur) qui le place parmi les penseurs européens les plus importants de la fin du XXe siècle. En 2010, il est titulaire de plus de trente doctorats honoris causa[2]. Umberto Eco : Biographie et bibliographie.

Biographie.

Umberto Eco : Biographie et bibliographie

Umberto Eco. Google | Twitter | Facebook | RSS | Lettre d'information | Fnac | Kobo | Immatériel | iTunes | Amazon Après les best-sellers planétaires que sont devenus entre autres Le Nom de la rose et Le Pendule de Foucault, Umberto Eco vient de publier un nouveau roman dans le style historico-métissé dont il a le secret.

Umberto Eco

La flamme mystérieuse de la reine Loana, édité en Italie par Bompiani et traduit chez Grasset par Jean-Noël Schifano, est l'histoire d'un vieux libraire milanais, Yambo, qui perd la mémoire à la suite d'une attaque cérébrale. Sorti du coma et ramené dans la maison de son enfance, des images et des bribes d'évènements historiques et personnels lui reviennent en mémoire.

Il reprend peu à peu conscience de son existence et fouille méthodiquement le grenier de la maison familiale. Le Nom de la rose. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Nom de la rose

Résumé[modifier | modifier le code] En 1327, alors que la chrétienté est divisée entre l'autorité du pape Jean XXII et celle de l'Empereur Louis IV du Saint-Empire, l'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville se rend dans une abbaye bénédictine, située entre la Provence et la Ligurie, accompagné par son novice Adso qui est le narrateur de l'intrigue. Dans un climat de conflit théologique entre les franciscains et l'autorité pontificale au sujet de la pauvreté du Christ – servant avant tout de façade au conflit politique entre le pape et l'empereur – l'ancien inquisiteur doit reprendre sa charge à la demande de l'abbé, à la suite de la mort suspecte d'un des moines. Rapidement, ce que beaucoup semblaient considérer comme un suicide prend des allures de plus en plus inquiétantes. Le Pendule de Foucault. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Pendule de Foucault

Le Pendule de Foucault (Il pendolo di Foucault, 1988) est un roman d’Umberto Eco, traduit de l'italien par Jean-Noël Schifano (Grasset, 1990). Trame[modifier | modifier le code] Roman d’aventure, Le Pendule de Foucault est la longue dissertation d’un homme qui, par passion des mystères hermétiques, puis par jeu, imagine avec deux collègues, un Plan mondial organisé pour diriger le monde.

Au fil des nombreuses pages et des longues digressions (récit de l’Italie en guerre, de l’Italie en reconstruction, des batailles des Templiers), avec un humour féroce, de l’imagination, et de l’érudition, il écrit une œuvre inclassable. L’origine du titre de ce livre vient de la célèbre expérience de physique connue sous le nom d’expérience du pendule de Foucault, et qui constitue pour certains fanatiques d’ésotérisme et d’occultisme de l’ouvrage le seul et unique indicateur du point fixe de l’univers.

Personnages[modifier | modifier le code] ismaélisme x. Paradoxe. Kant et l'ornitho (interview parue dans télérama) Pourquoi admettons-nous qu'un chat est un chat, que la pluie mouille et que l'ornithorynque est un mammifère, malgré son bec de canard et ses pattes palmées ?

Paradoxe

Ce n'est pas parce que c'est vrai dans l'absolu, répond Umberto Eco, mais parce que nous avons besoin de nous comprendre et de nous mettre d'accord sur un sens commun. J.F. Joly. L’hermétisme et la gnose : tradition et distorsion dans la transmission du savoir. 1 Eco 1992 : 51-63. 1Dans Les limites de l’interprétation, Umberto Eco entame une description de ce qu’il nomme un « modèle fort de l’hermétisme ».

L’hermétisme et la gnose : tradition et distorsion dans la transmission du savoir

Il oppose le « rationalisme grec », représenté par Platon et Aristote, et qui construit le savoir sur la recherche des causes, à la pensée hermétique, qui anéantit l’ordre causal et « transforme le théâtre du monde en un phénomène linguistique et, parallèlement, retire au langage tout pouvoir communicatif ». Puisque tous les éléments du cosmos se répondent et renvoient sans cesse les uns aux autres (tout se tient), l’interprétation est infinie et infiniment en spirale.

Le langage perd son pouvoir communicatif, parce qu’il déplace le récepteur continuellement d’un secret à un autre, et qu’il « ne peut y avoir de secret final. Le secret final de l’hermétisme est un secret vide ». 2 Couloubaritsis 1982 ; Broze 1995. Relativisme cognitif et indétermination sémiotique : abduction et méta-abduction dans l’œuvre romanesque d’Umberto Eco. Michel Bitbol (1996) : Mécanique quantique.

Relativisme cognitif et indétermination sémiotique : abduction et méta-abduction dans l’œuvre romanesque d’Umberto Eco

Une introduction philosophique, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle Bibliothèque Scientifique ». JoAnn Cannon (1989) : Postmodern Italian Fiction : the crisis of reason in Calvino, Eco, Sciascia, Malerba, Rutherford, FairleighDickinsonUniversityPress. Catherine Chevalley (1995) : « Nature et loi dans la philosophie moderne », in Notions de philosophie, Denis Kambouchner éd., Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », pp. 127-230.

Umberto Eco.