background preloader

GRECE

Facebook Twitter

BALLAST Yanis Varoufakis : « Que voulons-nous faire de l’Europe ? » Entretien inédit pour le site de Ballast À la suite de la dramatique séquence politique qui s’est déroulée ces derniers mois en Grèce et qui a mené à la signature d’un nouveau mémorandum, le Premier ministre Alexis Tsipras a décidé, n’ayant pas respecté son mandat populaire, de présenter sa démission et de convoquer de nouvelles élections.

BALLAST Yanis Varoufakis : « Que voulons-nous faire de l’Europe ? »

L’aile gauche de Syriza s’est désolidarisée pour créer un nouveau parti, Unité Populaire, ouvertement positionné en faveur de la sortie de la zone euro. Yanis Varoufakis à Frangy. Ça rigole beaucoup… en route vers le pouvoir Je vais vous dire pourquoi je suis ici, avec des mots que j’ai empruntés à un vieux manifeste célèbre.

Yanis Varoufakis à Frangy

Je suis ici parce que : Un spectre hante l’Europe – le spectre de la démocratie. Toutes les puissances de la vieille Europe ont conclu une sainte alliance pour exorciser ce spectre: les banquiers parrainés par les États et l’Eurogroupe, la Troïka et le Dr Schäuble, les héritiers de l’héritage politique de Franco, le leadership berlinois du SPD, les gouvernements baltes qui ont soumis leurs populations à une récession terrible et inutile, et l’oligarchie grecque en résurgence. Je suis ici en face de vous parce qu’une petite nation a choisi de s’opposer à cette sainte alliance.

Je suis ici en face de vous parce que rien de bon ne peut arriver en Europe qui ne parte pas de la France. Démondialiser et coopérer. Interview parue sur le site comptoir.org.

Démondialiser et coopérer

Aurélien Bernier est un essayiste et militant politique proche de la gauche radicale. Ancien membre du conseil d'administration d'Attac et du M'Pep, sa réflexion s'articule principalement autour de l'écologie - dont la décroissance -, le souverainisme et l'internationalisme. Exclusif : Le courage du désespoir, par Slavoj Zizek. Le philosophe Giorgio Agamben a dit dans un entretien que «la pensée est le courage du désespoir».

Exclusif : Le courage du désespoir, par Slavoj Zizek

Cette vision des choses me semble d’une pertinence particulière pour le moment historique que nous vivons, où même les diagnostics les plus pessimistes finissent, comme s’il s’agissait d’une règle, et de façon quelque peu édifiante, par jouer le rôle de la légendaire lumière au bout du tunnel. Le vrai courage n’est pas d’imaginer une alternative, mais de reconnaître qu’il n’existe pas d’alternative clairement discernable et d’en tirer les leçons. Rêver d’une alternative, c’est faire preuve de lâcheté intellectuelle.

Un tel rêve fonctionne comme un fétiche qui nous empêche de penser à mettre fin à l’impasse dans laquelle nous nous retrouvons pris. Le Nobel Paul Krugman critique le gouvernement grec et juge la situation "sans espoir" "J'ai peut-être surestimé la compétence du gouvernement grec", a-t-il indiqué lors d'une interview sur la chaîne CNN.

Le Nobel Paul Krugman critique le gouvernement grec et juge la situation "sans espoir"

"Je n'ai même pas pensé qu'ils pourraient prendre une position sans avoir de plan d'urgence" au cas où ils n'obtiendraient pas l'aide financière qu'ils réclamaient, a-t-il expliqué. Or "ils ont cru qu'ils pouvaient simplement exiger de meilleures conditions sans avoir de plan de rechange", a-t-il poursuivi, évoquant "un choc". "C'est sans espoir dans tous les cas", a néanmoins estimé M.

Krugman. "Les nouvelles conditions sont encore pires, mais les conditions qu'on leur proposait avant n'auraient pas fonctionné non plus". « Si la rébellion contre l’austérité persiste, ils joueront la carte du fascisme. Le réalisateur a signé les documentaires « Debtocracy », « Catastroïka » et « Fascism Inc. ».

« Si la rébellion contre l’austérité persiste, ils joueront la carte du fascisme

Il est aussi cofondateur du magazine critique Unfollow. Retour sur une défaite grecque aux conséquences incertaines. Comment jugez-vous l’accord imposé à Alexis Tsipras par les créanciers et ratifié par la Vouli malgré le « non » massif exprimé par le peuple grec lors du référendum du 5 juillet ? Aris Chatzistefanou.

Pour moi cet accord est une capitulation totale, je n’ai pas d’autre mot. En ce sens, si la gauche grecque perd cette bataille, cela enverra un message négatif à tous les partis progressistes et à tous les militants de gauche en Europe mais surtout, cela libèrera l’espace pour les nazis d’Aube dorée, qui sont les héritiers en ligne directe des collaborationnistes grecs durant l’occupation allemande. Yanis Varoufakis:les termes de la capitulation grecque - Prenez le pouvoir ! Yannis Varoufakis a posté hier sur son blog des remarques critiques sur la Déclaration du Sommet Européen du 12 juillet 2015.

Yanis Varoufakis:les termes de la capitulation grecque - Prenez le pouvoir !

Pour lui, cette Déclaration devrait entrer dans l'histoire sous l'appellation "Les Termes de la Capitulation Grecque". Traduit par Monica M. Dans le texte qui suit, les remarques de Yanis Varoufakis sont mises en italiques gras et entre crochets. Dans son court texte d'introduction, Y.V. nous invite à "lire" et à "pleurer".

Grèce : la version intégrale de l'accord annotée par Yanis Varoufakis. Grèce : Yanis Varoufakis publie sa version annotée et corrosive du nouvel accord avec la troïka. ECONOMIE - L'ex ministre des finances grec Yanis Varoufakis, démis de ses fonctions au lendemain du référendum du 5 juillet, ne s'est pas résigné à prendre une retraite discrète.

Grèce : Yanis Varoufakis publie sa version annotée et corrosive du nouvel accord avec la troïka

Au contraire. Après plusieurs interventions musclées et à quelques heures du vote du Parlement sur l'accord du 13 juillet, il a publié une version intégrale du texte, avec ses remarques et annotations corrosives. Voici ses dix remarques les plus cinglantes à propos de cet accord qu'il a comparé au Traité de Versailles, symbole de l'humiliation de l'Allemagne à l'issue de la Première guerre mondiale, en 1919: L'Euro, raison délirante. La longue interview donnée le mercredi 14 juillet dans la nuit par Alexis Tsipras à la télévision d’Etat ERT le confirme[1].

L'Euro, raison délirante

Il avoue d’ailleurs que cet accord est un « mauvais accord ». L’analyse qui en est faite sur son blog par l’ex-Ministre des finances, M. Yannis Varoufakis va dans le même sens[2]. De plus, le Fonds Monétaire International a rendu public une note d’analyse, qui avait été communiquée à TOUTES les parties en présence dès le 6 juillet et qui montre de manière irréfutable que cet accord n’est pas viable[3]. Jeffrey Sachs : « Les Etats puissants seront rattrapés par les souffrances qu’ils infligent» Jeffrey Sachs est directeur du Earth Institute à l’Université de Colombia et conseiller de Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, sur les enjeux de développement.

Jeffrey Sachs : « Les Etats puissants seront rattrapés par les souffrances qu’ils infligent»

Il a notamment cosigné une lettre, avec quatre économistes de renom (dont Thomas Piketty), dans laquelle ils exhortaient Angela Merkel à «rectifier le tir» en renonçant aux politiques d’austérité et en consentant un «important» effacement de la dette grecque. Présent au sommet sur le financement du développement à Addis-Abeba, il revient, pour Libération, sur les conséquences de «l’accord» scellé lundi avec la Grèce. (Photo Ilya Savenok. Getty. AFP) Dans votre appel, vous écriviez que «le gouvernement grec est sommé de mettre un pistolet sur sa tempe et d’appuyer sur la gâchette. Dire qu’il y a eu soi-disant six mois de brainstorming pour trouver une issue qui satisfasse tout le monde… mais il n’y a eu aucun brainstorming ! La confiance doit aller dans les deux sens; elle doit être réciproque.

Une catastrophe. Yanis Varoufakis sur l'Eurogroupe et sur sa démission. Interview de Yanis Varoufakis (traduit par mes soins) accordée à la revue Newstatesman avant que Tsakalotos et Tsipras ne partent à Bruxelles négocier avec les créanciers de la Grèce. Cette interview est édifiante et instructive à plusieurs égards. Elle montre le fonctionnement proprement insupportable de l'UE et de la Zone Euro, et elle révèle que Varoufakis avait un autre plan que la majorité du gouvernement pour affronter l'Hydre, ce qui l'a conduit à démissionner après le référendum. Harry Lambert: Alors comment vous sentez-vous? Yanis Varoufakis: Je me sens au dessus du monde - Je n'ai plus à vivre à travers un agenda de folie, qui est absolument inhumain, juste incroyable. J'ai dormi deux heures par jour pendant cinq mois. Article offert : Une Europe contre les peuples et la démocratie.

Depuis dimanche soir, le hashstag #ThisIsaCoup est l'un des plus suivis sur Twitter. De l'économiste Prix Nobel Paul Krugman à l'ancien ministre grec Yanis Varoufakis, en passant par le souverainiste français Nicolas Dupont-Aignant, le #CestUnCoup canalise les indignations contre l'accord imposé par les Européens à la Grèce en échange de son sauvetage financier. Coup d'État ? L'expression peut cristalliser les désaccords mais une chose n'est guère contestable : les « institutions européennes » ont bel et bien décidé de prendre le pouvoir en Grèce. La proposition du socialiste allemand Martin Schulz, président du Parlement européen, d'installer « un gouvernement de technocrates » à Athènes s'est ainsi réalisée de fait, au terme d'un week-end de négociations qui a vu l'Allemagne imposer de bout en bout sa ligne. Monnaie électronique, transparence fiscale, contrôle des banques : des alternatives existent au plan imposé à la Grèce.

Le 5 juillet 2015, à l’issue du référendum initié par le gouvernement d’Alexis Tsipras et le parlement hellène, le peuple grec a rejeté massivement la poursuite de l’austérité que voulaient lui imposer les institutions qui auparavant agissaient sous le nom de Troïka. C’est une splendide victoire de la démocratie. Pourtant, s’il est mis en pratique, l’accord intervenu le lundi 13 juillet au matin, signifiera la poursuite de l’austérité dans le cadre d’un nouvel accord pluriannuel. Ce qui est en totale contradiction avec le résultat du référendum. Grèce : la vraie nature du troisième mémorandum. Le rapport du FMI sur la viabilité de la dette grecque a été perçu comme un « soutien » aux demandes de restructuration d'Alexis Tsipras. Mais son mérite n'est pas là. Il met au jour avec une clarté bienvenue le nœud des six derniers mois de négociations, et pourquoi, au final, ces dernières se sont achevées par une reddition de la Grèce.

Le Parlement grec adopte l'accord avec les créanciers. "Nous n'y croyons pas, mais nous sommes contraints de l'adopter". A contrecœur, Alexis Tsipras a défendu devant le Parlement grec le train de réformes exigé par les dirigeants de la zone euro dans le cadre de l'accord passé lundi 13 juillet avec ces derniers. Ces mesures, concernant notamment des hausses de TVA, des mesures sur les retraites et l'adoption d'une règle d'or budgétaire, ont été adoptées par 229 voix pour, tandis que 64 députés ont voté contre et 6 se sont abstenus. Texte de l’ accord européen sur la Grèce.

Lettre ouverte d’Aléxis Tsípras premier ministre grec, aux citoyens allemands : « Avec cette lettre ouverte, je souhaite vous exposer un récit différent de celui qui vous a été fait au sujet de la Grèce depuis 2010. 13 janvier 2015 Chers lecteurs de Handelsblatt, Traité de Versailles, coup d'État, nazis... Varoufakis sort l'artillerie lourde. L’austérité a échoué: la lettre ouverte de cinq économistes à Angela Merkel. L’interminable austérité que l’Europe fait ingurgiter au peuple grec ne marche tout simplement pas. La trahison de Tsipras? Grèce : Alexis Tsipras propose une capitulation aux créanciers. Alexis Tsipras rend les armes. Ce jeudi 9 juillet à 21 heures, le gouvernement grec a remis au Mécanisme Européen de Stabilité (MES) un plan de « réformes » détaillé afin d'obtenir un financement de 50 milliards d'euros sur trois ans.

Tout ça pour ça : Tsipras cède aux banquiers. Tout ça pour ça ? Un référendum pour ça ? Goldman Sachs et la Grèce : une histoire de vampire. Du nouveau Premier ministre grec Lucas Papademos au nouveau président de la BCE Mario Draghi, Goldman Sachs prend le pouvoir. Et là où c'est ironique, c’est que cette même banque a trafiqué les comptes grecs pour permettre l’entrée du pays dans la zone euro. Goldman Sachs est une des institutions les plus rentables du monde, avec près de 30 % de rentabilité moyenne par an ces 10 dernières années. C’est aussi une entreprise extrêmement puissante politiquement, qui a su placer ses cadres aux plus hauts postes du monde, à tel point que cette banque donne une dimension encore jamais atteinte au conflit d’intérêt.

Rien que cette semaine, deux anciens de Goldman Sachs ont été nommés chefs de gouvernement, Mario Monti en Italie et Lucas Papademos en Grèce. » [Point Grèce] Grexit et Parlement européen. Grèce: retrouvez l'intégralité du discours d'Alexis Tsipras devant le Parlement européen. Article offert : Un insider raconte: comment l'Europe a étranglé la Grèce. Athènes, de notre envoyé spécial.- Quelques jours avant le référendum, un conseiller du gouvernement a reçu plusieurs journalistes français, dont Christian Salmon pour Mediapart (lire notre boîte noire).

Les richesses de la Grèce attisent la convoitise des marchés… Compilation d’articles LHK. OXI ! (Non) La Grèce bientôt reine du pétrole? Tout comprendre sur la dette grecque en six étapes. Crise grecque, les suites du référendum. Que peut-il se passer maintenant ?- Le Point en 17 questions/réponses. Alexis Tsipras : « La liberté demande de la vertu et de l’audace » Il n’ y aura pas de grexit! Par Liliane Held-Khawam. Allocution du premier ministre A. Tsipras au peuple grec. Le choix au peuple souverain .#Référendum. Tyrannie européenne. Le référendum, c’est interdit dans la zone euro. Grèce : quand l'UE perd les pédales et se déchaîne contre la démocratie. La dignité du peuple grec vaut plus qu’une dette illégale, illégitime, odieuse et insoutenable. Tragédie grecque: le rideau se referme sur un acte absurde. L'appel de Mikis Theodorakis : "Les banques ramèneront le fascisme en Europe !". Le courage d’Achilles, la ruse d’Ulysse.

Les trois victoires du gouvernement grec selon Jacques Sapir. Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques. Qu’ils aillent au diable ! Géopolitique Friction du Mardi 23 Juin 2015: Tsipras capitule, brave petit! Par Bruno Bertez. La Grèce pourrait devenir le plus grand producteur européen d'or. Grèce: Tsipras dénonce la responsabilité criminelle du FMI dans la situation actuelle.

Premières leçons de la tragédie grecque. Le coup d’État financier de la BCE contre la Grèce. La “lettre ouverte » d’Alexis Tsipras aux citoyens Allemands sur ce qu’on ne leur a jamais dit sur la dette Grecque. Athènes rompt avec la Troïka. Grèce : le nouveau gouvernement de Syriza laisse une large place aux activistes et aux chercheurs. En Grèce, Syriza n’est-il pas bien moins extrémiste que le gouvernement ? Merci aux Grecs et à Syriza d’avoir démarré le printemps européen ! » [C'est dit] Juncker : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. » Discours de victoire d’Alexis Tsipras. La génération Syriza au pouvoir. Syriza, Podemos: l'ambition hégémonique des nouvelles gauches européennes. Grèce : Victoire éclatante de Syriza.

Syriza : « Faire que la Grèce redevienne un pays civilisé. Souveraineté monétaire, Grèce et Etat social. Athènes, dans le café anarchiste qui construit une société nouvelle. Athènes sur un volcan. Grèce : « Le gouvernement est désespéré et prêt à toutes les provocations. Violences à Athènes lors d’une manifestation en mémoire d’une victime d’un policier.

En Grèce, les émeutiers sont aussi des policiers en civil.