background preloader

L'appel de Mikis Theodorakis : "Les banques ramèneront le fascisme en Europe !"

L'appel de Mikis Theodorakis : "Les banques ramèneront le fascisme en Europe !"
Alors que la Grèce est placée sous tutelle de la Troïka, que l’Etat réprime les manifestations pour rassurer les marchés et que l’Europe poursuit les renflouements financiers, le compositeur Mikis Theodorakis a appelé les grecs à combattre et mis en garde les peuples d’Europe qu’au rythme où vont les choses les banques ramèneront le fascisme sur le continent. Interviewé lors d’une émission politique très populaire en Grèce, Mikis Theodorakis, figure emblématique de la résistance à la junte des colonels, a averti que si la Grèce se soumet aux exigences de ses soi-disant "partenaires européens", c’en sera "fini de nous en tant que peuple et que nation". Il a accusé le gouvernement de n’être qu’une "fourmi" face à ses "partenaires", alors que le peuple le voit comme "brutal et offensif". Si cette politique continue, "nous ne pourrons survivre (…) la seule solution est de se lever et de combattre". Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. A lire aussi:

http://www.humanite.fr/lappel-de-mikis-theodorakis-les-banques-rameneront-le-fascisme-en-europe

Related:  DETTEGRECE

Le sauvetage des banques : qui paye ? The European : Mais ce n’est pas le cas. Lanchester : C’est un peu comme si l’idole était tombée de son piédestal. Tous confus, nous restons les bras ballants, regardons autour de nous, puis nous époussetons rapidement la statue avant de la replacer sur son socle. Article offert : Un insider raconte: comment l'Europe a étranglé la Grèce Athènes, de notre envoyé spécial.- Quelques jours avant le référendum, un conseiller du gouvernement a reçu plusieurs journalistes français, dont Christian Salmon pour Mediapart (lire notre boîte noire). Il leur a raconté les cinq mois du gouvernement de Syriza, les discussions avec les Européens, la situation catastrophique de la Grèce. Notre interlocuteur était durant tout ce temps au cœur de la machine ministérielle en charge des négociations avec l'Union européenne.

«On n’avait pas vu ça en Grèce depuis l’Occupation» Tous les jours, la même scène : à midi, une foule silencieuse se presse devant les grilles de la mairie d’Athènes, à deux pas de la place Omonia. Combien sont-ils ? Une centaine ? Bien plus encore ? «Le soir, ils sont deux à trois fois plus nombreux», soupire Xanthi, une jeune femme rousse, chargée par la mairie «de gérer la foule». L’ambiance est tendue quand les grilles s’ouvrent enfin, et qu’une longue cohorte se forme jusqu’au stand où l’on distribue un Coca-Cola light et une sorte de purée de patates dans une gamelle en plastique.

« Bonne année la fraude fiscale ! Alors que la fraude fiscale coûte chaque année entre 60 et 80 milliards d’euros, Solidaires Finances Publiques, force syndicale de la Direction générale des finances publiques (DGFiP), évalue dans un communiqué à 3.173 le nombre de suppressions d’emplois au sein des différents services de contrôle de la DGFIP en cinq ans. Résultat : « Les services de contrôle de la Direction générale des finances publiques n’ont plus les moyens de combattre efficacement la fraude fiscale ni même d’utiliser les moyens juridiques qui leur sont alloués. » Le syndicat rappelle les différentes mesures qui, depuis 2002, ont conduit à la suppression de plus de 32.000 postes au sein de la DGFIP. Des suppressions de poste qui, selon les différents gouvernements, qui prétendent lutter contre la fraude fiscale, seraient sans incidence sur les contrôles, le nombre de vérificateurs, près de 5.000 personnes, stagnant. « [...]

L’inégalité du partage des richesse à travers le monde. Voici une vidéo qui traite de la (très équitable) répartition des richesses au niveau mondiale. Dans un monde où 1% des plus riches possèdent 43% des richesses mondiales pendant que 80% des plus pauvres en possèdent 6%, il est nécessaire de comprendre comment ce système fonctionne pour analyser ses conséquences. Ces deux petites vidéos nous ouvre la voix sur ce problème qui bien souvent est sous évalué par nous tous. La première vidéo traite le problème à l’échelle mondiale tandis que la deuxième concerne l’inégalité du partage des richesses aux Etats-Unis. Les inégalités ne cessant d’augmenter. En 2013, alors même que plus de 880 millions de personnes vivent dans la pauvreté absolue avec moins de 1 dollar par jour, le monde n’a jamais compté autant de milliardaires en dollars.

Grèce: retrouvez l'intégralité du discours d'Alexis Tsipras devant le Parlement européen Le premier ministre grec Alexis Tsipras s’est dit « confiant » mercredi 8 juillet dans le fait que son pays réponde aux exigences des créanciers avant la date butoir de dimanche 12 juillet fixée pour parvenir à un accord sur une nouvelle aide financière à Athènes qui risque une sortie de la zone euro. « Ne laissons pas l’Europe se diviser », a lancé le chef du gouvernement grec, dans un discours devant le Parlement européen de Strasbourg, s’affirmant « confiant » dans le fait que « dans les deux ou trois prochains jours » son pays « réussisse à répondre à (ses) obligations dans l’intérêt de la Grèce et de la zone euro ». Dette grecque : Tsipras réclame "un compromis...par LCP

Karine Berger » Blog Archive » La Peau de la Grèce (Ce texte n’engage que moi) « Tu aimerais, dis, une petite fille à trois dollars, disais-je à Jack. - Shut up, Malaparte. - Ce n’est pas cher après tout, une petite fille pour trois dollars. Un kilo de viande d’agneau coûte bien plus cher. » Curzio Malaparte décrit en 1945 l’incommensurable honte d’être vainqueur et la dérive d’une Italie prête à se vendre, sans grande résistance, à ses nouveaux maîtres. Ce soir, c’est la Grèce qui subit cette humiliation infinie.

LA DSK ACADEMY Accueil François Villeroy de Galhau nommé à la Banque de France, Stéphane Boujnah à Euronext, Matthieu Pigasse qui règne chez Lazard... Conseillers de Dominique Strauss-Kahn à Bercy entre 1997 et 1999, ils se sont emparés des fleurons de la haute finance.(...) Traité de Lisbonne, article 123 : le coup d'état de la finance Comme chacun sait, est actuellement en première ligne des pays attaqués par la finance sur son point faible : la dette souveraine. Cette situation est cependant valable pour la plupart des pays occidentaux endettés, y compris , la seule différence étant que les plus vulnérables subissent en premiers les coups de boutoir de ladite finance. Les suivants sur la liste commencent d’ailleurs également à être touchés (Portugal, Espagne) à travers les agences de notation.

» [Point Grèce] Grexit et Parlement européen Pourquoi la Grèce n’a pas intérêt à négocier le Grexit Si la Grèce refuse la sortie de la zone euro, mais y est contrainte de facto, elle espère pouvoir imposer une redénomination de sa dette en nouvelle monnaie. En effet, Athènes pourra prétendre qu’on l’a « contrainte » à changer de monnaie. Dans ce cas, comment exiger de la Grèce qu’elle remboursât en devises sa dette ? La sortie de la Grèce de la zone euro devient un scénario de plus en plus probable. Mais qui appuiera sur la gâchette ?

Les députés grecs parmi les mieux payés d'Europe Un symbole. Les députés grecs sont encore parmi les mieux payés de l'Union européenne. Bien qu'ils aient adopté dimanche 12 février un programme actant notamment l'abaissement de 22% du salaire minimum – de 32% pour les moins de 25 ans-, des coupes dans les retraites et le licenciement de 15.000 fonctionnaires, ils ont refusé toute baisse de salaire jusqu'à maintenant, explique sur son blog Jean Quatremer, spécialiste de l'Europe. Un député grec touche chaque mois 8.500 euros nets, auxquels s'ajoutent 8.900 euros d'indemnités pour ses frais, ses participations aux commissions parlementaires, son logement et son bureau. Et ce n'est pas tout. En décembre, 121 députés ont réclamé 250.000 euros chacun.

L'Islande: une sortie de crise sans douleur C’est une réalité que les technocrates et économistes européens préféreraient sans doute ne pas voir. Une épine de plus dans le pied des tenants du tout austéritaire, des adeptes de la disparition des prérogatives de l’Etat providence et des garants du sacro-saint ordolibéralisme. L’Islande, petit état insulaire situé entre la Norvège et le Groenland, prouve par sa réussite économique et sa sortie de crise, que d’autres choix sont possibles. Il n’y a peut-être que le FMI pour se réjouir d’un tel succès, lui, qui depuis quelques années, poussé par son collège d’experts "hétérodoxes" et par le constat des dégâts économiques et sociaux causés par les cures d’austérité imposées à travers le monde et leur efficacité toute relative, n’hésite plus parfois à reconnaître ses erreurs et à proposer des solutions – comme la restructuration à hauteur de 30 % de la dette grecque- qui viennent rompre avec les dogmes de l’orthodoxie économique. Les excès de la financiarisation de l'économie

Suisse : la banque la plus puissante au monde annonce « le crash » (Source : Le Veilleur) N’est-il pas intéressant de voir que ce sont les pays exploiteurs de pays pauvres qui sont les plus endettés? Il est vrai qu’on doive faire la guerre pour piller les ressources des autres. Mais la guerre n’est-elle pas lucrative? Ah, mauvais karma, je suppose…

Related: