background preloader

ESPAGNE

Facebook Twitter

« Loi bâillon » : les Espagnols forcés d’innover pour manifester. Le droit de manifester a pris un sacré coup en Espagne.

« Loi bâillon » : les Espagnols forcés d’innover pour manifester

La loi de « sécurité citoyenne », entrée en vigueur le 1er juillet, multiplie les restrictions. Le journal El Mundo liste ainsi les 44 conduites qui seront désormais interdites et punies de lourdes amendes, sans passage devant le juge. Parmi elles : Le jeune parti des indignés en tête des intentions de vote en Espagne. Pablo Iglesias (PODEMOS) : leçon de stratégie politique (vostfr) !

Des dizaines de milliers d'Espagnols défilent aux côtés de Podemos. Espagne: pari gagné pour Podemos - Europe. Des milliers de personnes ont participé aujourd'hui à Madrid à la grande « marche pour le changement » organisée par le parti Podemos.

Espagne: pari gagné pour Podemos - Europe

Après la victoire de Syriza en Grèce, ce parti radical de gauche, né du mouvement des Indignés, se sent des ailes pousser. C'est aujourd'hui l'occasion pour son leader , le jeune Pablo Iglesias d'amorcer le changement politique et de mesurer l'enthousiasme et l'engouement de ses sympathisants. Avec notre correspondante à Madrid, Diane Cambon Pari gagné pour le parti Podemos, qui a réuni pour sa marche pour le changement quelque 100 000 personnes dans le centre de Madrid.

Ils sont venus de toute l’Espagne pour célébrer cette nouvelle ère qui commence aujourd’hui. Pablo Iglesias, le jeune leader de cette formation de gauche l’a averti, il aspire à évincer du pouvoir les partis traditionnels. Au pied du podium, Luisa, une retraitée de Madrid, jubile d’émotions. Podemos donne le coup d’envoi de sa campagne électorale. Syriza, Podemos: l'ambition hégémonique des nouvelles gauches européennes.

Crédité de 36% des voix et 149 sièges sur 300, selon des résultats quasi-définitifs, Syriza est en voie d'accéder au pouvoir en Grèce.

Syriza, Podemos: l'ambition hégémonique des nouvelles gauches européennes

Une performance qu'espère imiter son homologue espagnol Podemos lors des législatives prévues pour la fin de l'année. Ces partis appartiennent tous les deux à la famille bien connue de la gauche radicale, mais sont aussi en train de la changer profondément, sur un plan stratégique notamment. Dans l’une de ses récentes interventions consacrées à la stratégie dont doit se doter Podemos, son leader Pablo Iglesias explique très clairement qu’il ne s’agit pas de constituer une gauche de la gauche capable de drainer 15% des voix sur une ligne qui serait marquée par la pureté doctrinale.

Pour lui, il s’agit de capter plus de 50% des voix. Ces 50% ne peuvent résulter que d’une stratégie d’hégémonie. La responsabilité du militant, explique-t-il, n’est pas devant la gauche, mais devant son «peuple» et devant son pays. Syriza, Podemos: l'ambition hégémonique des nouvelles gauches européennes. Espagne totalitaire? La lettre qui brise le silence. "Bouleversée, je vous écris sous le coup de l’indignation", commence la lettre de la jeune femme.

Espagne totalitaire? La lettre qui brise le silence

"Le 19 novembre , le gouvernement espagnol a approuvé un projet de loi dont le but est d’en finir avec les manifestations et les contestations au régime actuel. La méthode est classique : instaurer le silence grâce à la répression. " L'Espagne, un pays qui serait selon elle tombé dans une crise sans précédent. Elle prend pour exemples l'affaiblissement du réseau de protection social, la privatisation des théâtres, les tentatives de privatisation des hôpitaux, les licenciements innombrables, les familles chassées de leur domicile, l'éducation civique suspendue dans les écoles et la réforme du droit à l'avortement.

Des amendes entre 100 et 600 000 euros. Piketty se rapproche de Podemos. Brisons le silence sur ce qui se passe en Espagne - Rue89 - L'Obs. Sous couvert de l’inattaquable excuse de la sécurité, le gouvernement de Mariano Rajoy considère préventivement le manifestant comme dangereux.

Brisons le silence sur ce qui se passe en Espagne - Rue89 - L'Obs

Il est ainsi automatiquement regardé comme une menace à la loi grâce au nouveau projet législatif de « Sécurité citoyenne » adopté par le conseil des ministres le 29 novembre dernier. Des policiers arrêtent des manifestants lors d’un défilé contre la réforme du droit à l’avortement, le 20 décembre 2013 à Madrid - Andres Kudacki/AP/SIPA Metteur en scène et dramaturge, Astrid Menasanch Tobieson travaille entre la Suède et l’Espagne. Rue89. Cadeau : la leçon de communication politique de Pablo Iglesias (Podemos) Si j’avais un cadeau à faire pour ces fêtes de fin d’année à nos responsables politiques de la (vraie) gauche, ce serait la leçon de communication que vient de donner Pablo Iglesias.

Cadeau : la leçon de communication politique de Pablo Iglesias (Podemos)

À écouter cette démonstration magistrale, on comprend mieux comment ce nouveau parti issu du mouvement des Indignés a pu s’imposer en quelques mois seulement dans le paysage politique espagnol, au point d’apparaître comme le leader poil-à-gratter des futures législatives de 2015. « La politique, ce n’est pas avoir raison, mais réussir » Pablo Iglesias préconise de ne pas se contenter de parler au sein du seul cercle fermé des militants, mais à tous les gens, AVEC tous les gens. Non seulement pour être compris de chacun d’eux, mais aussi et surtout pour leur faire savoir qu’on s’efforce soi-même de les comprendre et de les écouter. « Vous pouvez porter un tee-shirt avec la faucille et le marteau. C’est comme ça que l’ennemi nous veut Faire de la politique, dit Pablo Iglesias, exige d’abord beaucoup d’humilité.

En route pour un état policier: l'Espagne augmente son budget anti-émeute de 1900% en un an. Il n’y a donc pas que les Etats-Unis qui se préparent au pire en armant jusqu’aux dents le département de sécurité intérieure.

En route pour un état policier: l'Espagne augmente son budget anti-émeute de 1900% en un an

L’Espagne, pourtant bien embourbée dans les mesures d’austérité, n’hésite pas à armer sa police anti-émeute jusqu’aux dents avec du matériel dernier cri prévoyant de toute évidence des révoltes encore plus nombreuses et violentes dans les mois/années à venir. Pourtant, on ne peut pas dire que leur arsenal était en reste d’après les photos de la police anti-émeute…de vrais Robocop en puissance.

Déjà qu’ils n’étaient vraiment pas tendre, ce sera encore pire désormais. Espagne : la rue bientôt bâillonnée ?