background preloader

Articles

Facebook Twitter

Utiliser Internet pour s’auto-diagnostiquer, une bonne idée? – La santé (autrement) Doit-on utiliser Internet uniquement pour s’informer ou peut-on aussi l’utiliser pour s’auto-diagnostiquer?

Utiliser Internet pour s’auto-diagnostiquer, une bonne idée? – La santé (autrement)

Dr Google Les chiffres 2016 de Net-metrix nous apprennent que la Suisse compte 5.8 millions d’utilisateurs d’Internet, ce qui représente 88.9 % de la population de plus de 14 ans. La santé est l’un des thèmes les plus souvent recherchés : 64% des internautes interrogés déclarent avoir utilisé internet pour y rechercher des informations relatives à la santé. Cela représente donc potentiellement près de 6 millions de personnes susceptibles d’utiliser le web pour obtenir, à partir de leurs symptômes, non pas des informations mais un diagnostic.

Internet transforme les patients en experts médicaux - Le Temps. Le patient passif obéissant sagement à son docteur, une image éculée?

Internet transforme les patients en experts médicaux - Le Temps

Une chose est sûre: à une époque où les individus se tournent en premier lieu vers les réseaux sociaux, sites internet et autres plateformes spécialisées pour trouver des réponses à leurs problèmes de santé, le rôle du médecin se modifie profondément. De par la masse d’informations qu’il propose, le web est en effet devenu un média incontournable dans le domaine de la santé. 2011 04 1032. Beauté : Se soigner sans médecin, bonne ou mauvaise idée ? - L'Etudiant Trendy. Nolwenn est enrhumée.

Beauté : Se soigner sans médecin, bonne ou mauvaise idée ? - L'Etudiant Trendy

Son réflexe : aller à la pharmacie avec sa liste de médicaments. Doliprane, pastilles, sirop… "Je me soigne par moi-même, je n’aime pas aller chez le médecin généraliste, je ne m’y sens pas rassurée", témoigne cette étudiante en première année de licence social et santé à l’université Bretagne-Sud. Une façon d’être autonome "L’une des raisons de l’automédication est de manifester son autonomie, de signifier que l'on se prend en charge. MonDocteur.fr livre un e-carnet de santé en attendant que la "taupe DMP" sorte. Le DMP a du mal à émerger.

MonDocteur.fr livre un e-carnet de santé en attendant que la "taupe DMP" sorte

Faut-il prendre son mal en patience ? MonDocteur.fr, qui se positionne comme le premier portail de prise de rendez-vous médicaux sur Internet, décide d’aller plus vite et lance sa propre initiative sous forme de carnet de santé en ligne. MonDocteur.fr lance un carnet de santé en ligne, une première en France. Médias sociaux.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Médias sociaux

Diagramme décrivant différents types de medias sociaux. Les réseaux sociaux médicaux séduisent l'industrie pharmaceutique. Dédiés aux médecins et patients, ils attirent les budgets des laboratoires en leur permettant de toucher directement leur cible.

Les réseaux sociaux médicaux séduisent l'industrie pharmaceutique

En 2005, lorsque le praticien Daniel Palestrant lance Sermo, un réseau social dédié aux médecins américains, il est l'un des pionniers sur le secteur. La start-up a depuis levé 41 millions de dollars avant de se faire racheter, en 2012, par le spécialiste de la data médicale WorldOne. La société est désormais présente dans quinze pays. 540 000 médecins représentant plus de 90 spécialités y discutent anonymement et gratuitement.

E-santé sur JDN : actualités et tendances du marché. Les actus digitales qu'il ne fallait pas manquer cet été. Le numérique n'a pas pris de vacances cet été.

Les actus digitales qu'il ne fallait pas manquer cet été

Secteur par secteur, voici les principales annonces intervenues pendant que vous chassiez les papillons (ou les Pokémons). Le phénomène digital de l'été a sans conteste été Pokémon Go, application de réalité augmentée de Niantic et Nintendo. Lancé le 6 juillet (le 24 en France), le jeu a rapporté 200 millions de dollars en options payantes en un mois seulement (CNBC), tout en démocratisant la réalité augmentée auprès du grand public en deux coups de cuillère à Pikachu. Toutefois, le monde du numérique ne s'est pas pour autant arrêté de tourner... Retail : l'été des grandes manœuvres. Les chatbots séduisent l'e-santé. Les start-up e-santé veulent ressusciter le DMP. Lancement Mes médicaments chez moi partenariat La Poste et Medissimo. Jeudi 15 septembre 2016 a eu lieu, à Bordeaux, la présentation d’une solution innovante pour renforcer le lien entre pharmaciens et patients : « Mes médicaments chez moi ».

Lancement Mes médicaments chez moi partenariat La Poste et Medissimo

Cette innovation 3.0 pour optimiser l’observance thérapeutique a été présentée par : Guillaume Bosc du groupe La PosteCaroline Blochet de MedissimoAmaury de Chalain de meSoigner.fr « Mes médicaments chez moi » vise à améliorer et moderniser les pratiques et usages en matière d’observance pour le confort des patients. Pfizer develops a mobile app to monitor depression. Drug maker Pfizer Inc. has introduced a mobile app to help to better monitor and cope with depression.

Pfizer develops a mobile app to monitor depression

The app, called Moodivator, includes features such as a mood tracker. The tracker is a simple scale that lets patients throughout the day measure their emotional self-awareness and share the results securely with family or mental health professionals, the company says. Other features of the app let users create goals and action plans relating to work, home, family and social activities.

Moodivator is designed to help complement the treatment patients receive by allowing them to track their mood, set goals and establish routines that can help support them in their daily life, Pfizer says. “The opportunity for patients to track and export their mood and goal progress in easy-to-read charts is also very useful, because the progress can then be shared with doctors to help inform care decisions,” says Dr. Antii-depressants sold by Pfizer include Effexor and Zoloft. Sanofi s’allie avec Alphabet (ex-Google) sur les objets connectés dans le diabète. Le laboratoire hexagonal Sanofi (SAN-68,74 € -0,36 %) et Verily, filiale santé d'Alphabet (ex-Google), vont lancer une coentreprise détenue à parité, Onduo, qui vise à concevoir et développer de nouveaux objets connectés dans le domaine du diabète.

Sanofi s’allie avec Alphabet (ex-Google) sur les objets connectés dans le diabète

Elle doit tirer parti "de l'expérience de Verily en matière d'électronique miniaturisée, de techniques analytiques et de développement de logiciels grand public", ainsi que "du savoir-faire et de l'expérience cliniques de Sanofi" pour proposer des traitements novateurs aux patients diabétiques, selon un communiqué. La nouvelle société sera basée près de Boston, dans un pôle mondial des biotechnologies et de l'industrie pharmaceutique. Santé connectée : iHealth et le français eDevice unissent leurs forces. C’est désormais officiel. La société iHealth, spécialiste des objets connectés qui permettent aux personnes de gérer leur santé et leur bien-être (tensiomètres, glucomètres, oxymètres, pèse-personne, bracelets de surveillance d’activité et de sommeil, etc.) a acquis la firme bordelaise eDevice. Créée en 2000, l’entreprise française est focalisée sur le marché de la santé connectée, avec une offre qui s’étend de la conception d’appareils communicants jusqu’aux applications d’affichage et d’analyse des données de santé, en passant par la fourniture d’accès aux réseaux mobiles, le stockage des données médicales et les outils de gestion et de monitoring.

L'acquisition est estimée à près de 94 millions d'euros. Businessinsider. Google DeepMind wants to use machine learning to help treat certain cancers - The Verge. Santé connectée : coopération entre Philips et Qualcomm. Les données de santé seront collectées par la plateforme 2net de Qualcomm qui les acheminera à la plate-forme HealthSuite de Philips. Ce dernier en fera l’extraction, le tri et l’analyse en vue d’une utilisation par le patient, les professionnels de santé et les chercheurs.

Qualcomm, via sa filiale Qualcomm Life, et Royal Philips ont annoncé leur coopération dans le domaine de la santé connectée. Philips apporte, via la HealthSuite – qui est dans le Cloud -, son savoir-faire en extraction, tri et analyse des données de santé. Utiliser Internet pour s’auto-diagnostiquer, une bonne idée? – La santé (autrement) Google, futur géant de la santé. Cancer: un patient sur deux se renseigne sur Internet, et c'est tant mieux. Non, Internet n'est pas l'ennemi des médecins.

Selon le Baromètre cancer publié ce jeudi par l'Institut Curie et Vivavoice, le corps médical se montre plus confiant que les Français sur l'impact du Web dans leurs relations. 63% des docteurs estiment que consulter des informations en ligne dans le cadre d'une pathologie lourde comme le cancer permet de mieux préparer une consultation, contre 43% des Français.