background preloader

Harcèlement scolaire

Facebook Twitter

Prévention de la violence en milieu scolaire - Le harcèlement en milieu scolaire. Présentation de la première journée nationale "Non au harcèlement". Mesdames, messieurs, J’avais annoncé, en février dernier, de nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement à l’École qui touche chaque année 700 000 de nos élèves. 700 000 enfants qui souffrent au quotidien de brimades, de moqueries, de mises à l’écart voire de violences physiques.

Présentation de la première journée nationale "Non au harcèlement"

Il me semblait indispensable d’interpeller l’ensemble de la société en créant une journée nationale de mobilisation, ce 5 novembre, pour dire "Non au harcèlement". La campagne et les annonces que nous vous dévoilons ce jour s’adressent prioritairement aux enfants de primaire et aux témoins. C’est en effet dès le plus jeune âge qu’apparaissent les premières situations de harcèlement. Harcèlement scolaire, menaces et violences. Définition du harcèlement scolaire Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique.

Harcèlement scolaire, menaces et violences

Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre Le harcèlement en milieu scolaire constitue l’une des formes de violence les plus graves de conséquences. Harcèlement scolaire : le reconnaître pour mieux le combattre. 1,2 million.

Harcèlement scolaire : le reconnaître pour mieux le combattre

C’est le nombre d’élèves, en primaire ou au collège, concernés par le harcèlement scolaire. Insultes, brimades, coups… autant de mauvais traitements quotidiens infligés aux « têtes de turcs » ou « souffre-douleurs ». Par manque d’effectifs, de temps, de formation, les instances scolaires ne détectent pas toujours ce fléau. Pourtant la souffrance, bien réelle, d’un enfant victime de harcèlement se manifeste de plusieurs façons. Elle peut donc être repérée. Lucien Fauvernier Sommaire Reconnaître le harcèlement A découvrir 1,2 million d’élèves harcelés à l’école, c’est le constat alarmant dressé par l’UNICEF et l’Observatoire international de la violence à l’École dans un rapport paru en 2011, consultable sur le site de l’UNICEF. Comment repérer les signes de harcèlement scolaire ? - La Croix.

« Repérer les signes du harcèlement scolaire est complexe.

Comment repérer les signes de harcèlement scolaire ? - La Croix

Ce type de problème survenant souvent au début de l’adolescence, les parents les confondent parfois avec les changements liés à l’âge. Certains comportements doivent néanmoins les alerter. Si un enfant calme devient soudain agressif envers sa fratrie ou ses parents, si ses résultats scolaires chutent brutalement, s’il se recroqueville sur lui-même et ne veut plus sortir, il faut s’en inquiéter. Tout changement radical de comportement peut être lié au harcèlement. > Notre dossier : Le harcèlement à l’école, cause nationale La situation est d’autant plus difficile à appréhender que la grande majorité des enfants reste mutique sur le sujet. Lui apprendre à se défendre La meilleure façon d’agir est d’aider son enfant à enrayer seul le cercle du harcèlement. A relire : Faut-il faire de nos enfants des battants ? En parler à temps Il est important d’aider l’enfant à s’en sortir par lui-même. Recueilli Paula Pinto Gomes. Les enseignants ont kidnappé le débat sur le harcèlement à l'école.

Ceux qui dénoncent le clip de prévention produit par l'Éducation nationale, jugé «caricatural et méprisant», sont hors sujet.

Les enseignants ont kidnappé le débat sur le harcèlement à l'école

C'est l'histoire d'un rapt. Le 2 novembre, le ministère de l'Education nationale a rendu public le clip de prévention contre le harcèlement scolaire coproduit par Mélissa Theuriau. Presque aussitôt, des profs (et non pas «les profs», comme on l'a lu et entendu) ont manifesté leur mécontentement en dénonçant une «vidéo caricaturale et méprisante».

Ils ont surtout, à gros coups de communiqués rageurs publiés par des syndicats pourtant souvent désaccordés, réussi à détourner les projecteurs du sujet principal (la souffrance des enfants harcelés) pour les braquer vers leur propre cause: le supplice enduré par des enseignants se sentant stigmatisés par une vidéo d'une minute qui ne s'adresse même pas à eux. Ces derniers ont purement et simplement kidnappé un sujet ô combien grave et ont exigé, en guise de rançon, le retrait de la vidéo. Allégorie Double peine. Harcèlement à l'école : Mélissa Theuriau fait face à la colère des profs. Les critiques sont très fortes.

Harcèlement à l'école : Mélissa Theuriau fait face à la colère des profs

Plusieurs syndicats de l'éducation ont carrément demandé au ministère de retirer un clip officiel contre le harcèlement scolaire qui doit être diffusé à la télévision jeudi, considérant qu'il porte atteinte à l'image des enseignants. "Je ne voulais pas d'un clip qui s'adresse aux adultes, aux professeurs", s'emporte la coproductrice du clip, Mélissa Theuriau. "Méprisant" pour les professeurs. Le harcèlement "n'est pas la conséquence d'un dysfonctionnement des classes, d'un désintérêt des enseignants pour leurs élèves", écrit son blog Paul Devin, secrétaire général du syndicat d'inspecteurs SNPI-FSU, voyant dans le clip "un acte de mépris pour les enseignants et pour les élèves victimes". "Si tous les instituteurs étaient alertes et réactifs à cette problématique de l'isolement, on n'aurait pas besoin de former, de détecter le harcèlement, on n'aurait pas 700.000 enfants par an en souffrance", poursuit la journaliste française.

Quand sera diffusé ce clip ? Harcèlement au collège : comment peut-il mener les adolescents au suicide. En février, il aura suffit d'une semaine pour que deux adolescents de 13 ans se donnent la mort par pendaison.

Harcèlement au collège : comment peut-il mener les adolescents au suicide

Le premier, un garçon originaire de Savoie, s’est suicidé suite aux brimades de ses camarades de classe qui le harcelaient quotidiennement parce qu’il était roux. La seconde, une jeune fille vivant en Essonne et décrite comme timide, calme et réservée, aurait fait référence dans une dernière lettre aux moqueries des élèves de son collège.