background preloader

Ados

Facebook Twitter

Bien-être des jeunes : "L'écart se creuse entre les adolescents qui vont bien et ceux qui ressentent un mal-être" L'organisation internationale Health Behaviour in School-aged Children publie, vendredi 23 décembre, un sondage consacré aux adolescents.

Bien-être des jeunes : "L'écart se creuse entre les adolescents qui vont bien et ceux qui ressentent un mal-être"

Il aborde leur santé physique et mentale, leur sexualité, leur rapport à l’école et au corps. Le volet français est disponible sur le site de Santé publique France, l’agence nationale chargée de la veille et de la prévention en matière de santé. Portraits d'adolescents. Dépression de l’adolescent : comment repérer et prendre en charge ? Eva Louvet- Psychologie des cognitions.

Adolescent, ce qui change vraiment. Les bienfaits de la pleine conscience à l'école (expliqués par Jeanne Siaud-Facchin) Tout est là, juste là. Méditation de pleine conscience pour les enfants et les ados aussi Auteur(s) : Jeanne Siaud-Facchin « La méditation de pleine conscience, c’est apprendre à être vraiment présent.

Tout est là, juste là

Être présent à ce que l’on vit. Au moment où on le vit. Juste maintenant. Dans ce livre, vous trouverez mille et un exercices, une panoplie d’idées et de ressources, pour pratiquer avec eux, à la maison, à l’école, à chaque instant de vie.  Jeanne Siaud-Facchin est psychologue clinicienne, psychothérapeute, fondatrice des centres Cogito’Z. Mots clés : émotion, méditation, Pleine conscience, pleine conscience, sérénité, stress. Ados : un cerveau… immature ! © Jupiter David Servan-Schreiber David Servan-Schreiber Professeur de psychiatrie clinique, David Servan-Schreiber a fondé et dirigé un centre de médecine complémentaire à l’université de Pittsburgh, aux Etats-Unis.

Ados : un cerveau… immature !

Il est l’auteur de Guérir (Pocket 2005) et Anticancer (Robert Laffont 2007) A 18 ans, Benoît emprunte la voiture de son père pour partir en vacances avec des amis. Benoît a un sentiment de contrôle total, de moment parfait. Florence harangue sa fille de 15 ans pour la énième fois : « Qu’est-ce que tu fais encore au téléphone ? Goût du risque, recherche de sensations fortes, incapacité à se motiver pour ce qui est important, soumission irréfléchie au groupe de copains, accès de colère… Mais que se passe-t-il donc dans la tête des adolescents ? L'abus d'internet aumente le risque d'hypertension. Les scientifiques ont constaté que les adolescents qui passent au moins 14 heures en ligne chaque semaine souffrent d'hypertension.

L'abus d'internet aumente le risque d'hypertension

De plus, 26 % des 134 adolescents décrits comme étant de grands utilisateurs du Web (25 heures et plus par semaine) étaient hypertensifs. Des études antérieures avaient tracé un lien entre une grande utilisation du Web et des problèmes de santé comme la dépendance, l'anxiété, la dépression, l'obésité et l'isolement social. L'auteure de l'étude, la docteure Andrea Cassidy-Bushrow, conseille aux jeunes de s'éloigner régulièrement de leur ordinateur ou de leur téléphone intelligent pour participer à une activité physique quelconque. Elle estime que deux heures passées en ligne chaque jour, cinq jours par semaine, sont suffisantes. Les 335 adolescents recrutés pour cette étude passaient en moyenne 15 heures en ligne chaque semaine, que ce soit chez eux ou à l'école.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le Journal of School Nursing. Pour des ados motivés. Et si la force était avec vous? Charles Martin-Krumm at TEDxRennes. Les jeunes face au risque : comment prévenir les accidents. Dans ce numéro L'essentiel - Pessimisme ambiant et réseaux sociaux accroissent le besoin de sensations fortes chez nombre d'adolescents.

Les jeunes face au risque : comment prévenir les accidents

Si vous voulez que votre enfant progresse à l’école, ne l’aidez pas à faire ses devoirs. Les parents ont un peu trop tendance à aider leur progéniture à faire ses devoirs.

Si vous voulez que votre enfant progresse à l’école, ne l’aidez pas à faire ses devoirs

Il est en effet parfois plus simple de lui donner la solution, voir de faire le problème à sa place. Le bien-être à l’école : un processus de production du bien-être ? Tous les articles sont expertisés à l’aveugle par deux experts de notre comité de lecture ou le cas échéant par des experts extérieurs choisis par le comité de rédaction.Chaque texte est d’environ 30 000 caractères (espaces compris).

Le bien-être à l’école : un processus de production du bien-être ?

Nous présentons ici une synthèse liée aux différentes étapes qui ont construit notre cheminement réflexif autour du bien-être à l’école, notamment suite à la journée d’étude consacrée aux regards scientifiques croisés sur le sujet susvisé (Bordeaux, 14 mai 2014). La communication numérique dans les cultures adolescentes. Le besoin humain d’avoir des contacts sociaux et de nouer des relations amicales revêt deux formes : le besoin d’un public devant lequel mettre à l’épreuve les différents personnages que l’on se flatte d’incarner, et le besoin d’équipiers avec lesquels établir des rapports d’intimité complices (Goffman, 1973, p. 195). 1Cette phrase de Goffman illustre parfaitement le propos qui sera développé ici, tant le travail en équipe et le besoin d’un public semblent être une nécessité à l’adolescence.

La communication numérique dans les cultures adolescentes

En partant du principe qu’à cet âge de la vie, l’imbrication entre culture et sociabilité est particulièrement forte, surtout à l’ère numérique, Allard a raison de décrire la culture du remix comme le « passage d’une culture comme bien à une culture comme lien » (2005, p. 162). On cherchera donc, ici, à comprendre ce que le numérique a pu transformer dans l’organisation des pratiques communicationnelles et culturelles des jeunes.

Les jeunes sont-ils psychiquement plus fragiles qu'avant ? Dans ce numéro L'essentiel - Les jeunes d'aujourd'hui sont bien plus souvent victimes de maladies mentales que leurs parents au même âge.

Les jeunes sont-ils psychiquement plus fragiles qu'avant ?

Les parents accros au smartphone nuisent-ils au développement de leurs enfants? On s’inquiète souvent pour nos enfants, captivés par les écrans des tablettes ou des smartphones.

Les parents accros au smartphone nuisent-ils au développement de leurs enfants?

Selon certaines études, cette exposition nuit à l’apprentissage et au développement des compétences sociales chez les plus jeunes. Le remplacement des activités manuelles par des jeux virtuels peut aussi affecter la capacité motrice et visuelle des enfants. Pourtant, une nouvelle étude publiée en octobre 2016 par l’université du Michigan et le centre médical de Boston pointe aussi du doigt les parents, rapporte Quartz. Le gout du risque favoriserait l’apprentissage. Des chercheuses ont fait une découverte étonnante : le penchant pour la prise de risque chez les adolescents ferait en sorte qu’ils apprennent différemment des adultes. Shutterstock / oneinchpunch Cet article est une adaptation libre du texte « How Teens’ Penchant For Risk-Taking May Help Them Learn Faster » publié dans le blogue MindShift du média californien KQED. Qu’est-ce qui caractérise le cerveau des adolescents? L’analyse du cerveau des adolescents montre que ceux-ci ont un penchant pour les récompenses immédiates et les sensations fortes.

C’est le striatum, une structure particulière du cerveau, qui serait responsable de ce goût pour la récompense immédiate. Un père présent fait des ados contents. Changer les couches, préparer les biberons, faire les courses, jouer, faire des câlins, lire des histoires… Être parents d'un nouveau-né implique de lui consacrer beaucoup de temps – tout en continuant de s'occuper de son couple et de son travail. Car on sait que le développement du bébé dès le plus jeune âge influe beaucoup sur ce qu’il deviendra, notamment sur les troubles comportementaux ou psychiques dont il pourrait souffrir une fois adulte.

Si le rôle des mères dans les soins aux enfants a beaucoup été étudié, l’implication des pères dans la parentalité est plus difficile à cerner, notamment parce qu’elle change beaucoup depuis quelques dizaines d’années. Aujourd’hui, les père participent plus à l’éducation des enfants, en partie car les mères continuent davantage de travailler. Les tâches s’équilibrent à la maison. Les ados sans pensée critique sur Facebook. Alors que l’actualité fait découvrir jour après jour le rôle important qu’ont joué les sites de désinformation dans la dernière élection américaine, une étude de l’Université Stanford en ajoute une couche : elle conclut que les adolescents américains sont pour la plupart incapables de distinguer quand une nouvelle est fausse.

Sur leur fil Facebook, quelque 82% des adolescents et préadolescents ne faisaient pas la différence entre un « contenu commandité » (soit une publicité) et une vraie nouvelle émanant d’un vrai média. Plusieurs jeunes ont par ailleurs jugé de la valeur d’un texte par la quantité de détails qu’il contient, plutôt que par sa source. Et dans un des 56 tests menés par les chercheurs, plus de quatre étudiants d’écoles secondaires sur dix croyaient, sur la base de la seule manchette, qu’une photo de marguerites difformes prouvait que l’accident de Fukushima avait eu un impact sur la vie environnante, bien que rien dans la photo ne prouvait qu’elle avait été prise là-bas.

Université de Bordeaux - SAM - Chaînes - Canal-U.