background preloader

Digital Humanities

Facebook Twitter

School of Advanced Study reaffirms commitment to digital research. New professors in digital history and digital humanities are examples of institution performing its ‘national role’ Source: Corbis Great unknown: there is no agreed definition of what the digital humanities are The University of London’s School of Advanced Study has underlined its commitment to digital research through the appointment of new professors in both digital history and digital humanities.

School of Advanced Study reaffirms commitment to digital research

Taking up the latter position in February is Lorna Hughes. When her role was advertised last year, shortly after a proposal (later withdrawn) to merge the Institute of English Studies into two other constituent institutes, concerns were expressed that the SAS might be withdrawing from more traditional forms of humanities research. Les humanités numériques, une science « plug and play » ? Le 3 avril 2012 je prononçais la conférence inaugurale des Journées d’étude de l’Institut des Humanités Digitales de Bordeaux.

Les humanités numériques, une science « plug and play » ?

Invité au nom de Deuxième labo et du C@fé des sciences, j’ai choisi de faire un tour d’horizon des humanités numériques et leur rapport à l’outil. Voici le texte et les diapositives de mon intervention (quant à la vidéo, elle est visible sur le site de la WebTV Montaigne). Typologie Pour fixer les idées, commençons par une typologie de 4 grands mouvements qui se ressemblent beaucoup au premier abord mais s’avèrent riches de nuances : Digital humanities ou humanités numériquesE-scienceOpen scienceScience 2.0 Plutôt que de donner une définition absolue et définitive de chacun de ces termes, je préfère le travail de la typologie qui consiste à regarder les points communs et les différences entre les concepts qu’ils recouvrent.

Research projects

UCL Centre for Digital Humanities. UCL Facebook. Digital Humanities Now. Wikipedia : Digital humanities. The Digital Humanities are an area of research, teaching, and creation concerned with the intersection of computing and the disciplines of the humanities.

Wikipedia : Digital humanities

Developing from the fields of humanities computing, humanistic computing,[2] and digital humanities praxis (dh praxis[3]) digital humanities embrace a variety of topics, from curating online collections to data mining large cultural data sets. Digital humanities (often abbreviated DH) currently incorporate both digitized and born-digital materials and combine the methodologies from traditional humanities disciplines (such as history, philosophy, linguistics, literature, art, archaeology, music, and cultural studies) and social sciences [4] with tools provided by computing (such as data visualisation, information retrieval, data mining, statistics, text mining) and digital publishing.

Objectives[edit] Getting Started in the Digital Humanities. CALENDAR Digital humanities. Dijon Imprimés, revues et archives : de la collection à la publication de corpus numériques Enjeux techniques, juridiques et scientifiques Dans le prolongement d’une première journée consacrée aux éditions numériques de Marx et Engels, tenue le 15 janvier à l’Université de Rouen, une deuxième journée organisée dans le cadre du consortium Archives des Mondes contemporains (ArcMC) se tiendra à la MSH de Dijon.

CALENDAR Digital humanities

Elle est organisée conjointement avec la Fondation Gabriel Péri qui est partenaire d’un projet de publication numérique de divers fonds, brochures, revues, livres à la numérisation desquels elle a prêté un concours décisif. Outre le souci de faire le point sur les réalisations résultant de plus d’une année de travail, cette journée a pour objectif d’aborder les différents questionnements qui sous-tendent la création de corpus numériques à partir de documents imprimés et d’archives d’organisations (brochures, revues et archives politiques).

Lire l'annonce. Quel avenir pour les revues papier ? Evans Library, Texas A&M University (photo Amanda Monteleone : À l’heure actuelle, les revues savantes traditionnelles sont difficiles d’accès, leur prix est trop élevé, leur lectorat parfois trop faible.

Quel avenir pour les revues papier ?

Leur mise en ligne est une chance pour mieux les faire connaître et diffuser la production scientifique, notamment dans le cadre d’une « mondialisation » de la recherche où les effets de concurrence se font de plus en plus sentir. Un récent billet de Michael Clarke sur l’excellent blog Scholarly kitchen (7 décembre 2011) fait un tour détaillé et argumenté de la question de la disparition, à plus ou moins long terme, du support papier pour les revues académiques. Le titre place sans équivoque la discussion sur le terrain financier : « The Cost of Print ». L’un des principaux arguments de Clarke consiste à vouloir remplacer les coûts d’impression des volumes en offset, les frais élevés de livraison et de gestion des stocks par d’autres investissements d’avenir. Syria.