background preloader

M 22 - Sées - La représentation de la Jeunesse par les médias

Facebook Twitter

Politique, institutions, médias : la génération Y est encore plus désabusée que vous ne pensez. Pourquoi la Génération Y est malheureuse au travail. A chaque conférence ou formation, c’est inévitable, on pose à Simon Sinek, coach, conférencier et auteur, THE “Millennials question”.

Pourquoi la Génération Y est malheureuse au travail

“Apparemment, les entreprises ont du mal à gérer leurs employés nés aux alentours de 1984 et après”, explique le quadra dans une interview réalisée par Inside Quest. Pendant 15 minutes, ce spécialiste du leadership, détaille les facteurs qui expliquent pourquoi les jeunes de la Génération Y semble profondément insatisfaits au travail (et plus largement dans leur vie). La vidéo de cette intervention, postée sur YouTube fin décembre, connaît un succès phénoménal.

Elle a déjà été vue plus de 3 millions de fois. Il commence par citer tous les reproches couramment associés aux Millennials : narcissiques, paresseux, pensant avoir tous les droits et prompts à papillonner. “Tu peux avoir tout ce que tu veux” Si cette vision très américaine de l’éducation peut faire sourire de ce côté de l’Atlantique, il y a tout de même des parallèles à faire avec la France. Quand la génération Y impose ses codes au travail. Allergiques à la hiérarchie, soucieux de préserver leur temps libre et d’entreprendre, les jeunes nés entre 1980 et 1997 voient les entreprises s’adapter à leurs envies.

Quand la génération Y impose ses codes au travail

Et non le contraire. Génération Y... Les empêcheurs de travailler en rond. M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Guillemette Faure C'est l'histoire de la directrice d'une agence de pub qui a voulu secouer un de ses salariés âgé de 28 ans pour qu'il accepte d'arriver au bureau avant 11 h 30 et qui s'est vu répondre : "C'est pas de ma faute, c'est mon biorythme.

Génération Y... Les empêcheurs de travailler en rond

" C'est l'histoire de la responsable d'un magasin de luxe qui a trouvé son employé affalé dans un fauteuil en vente, un café à la main et a entendu :"Ben quoi, je suis en pause. " C'est l'histoire de la responsable des ressources humaines d'une grande entreprise de bâtiment à laquelle un jeune conducteur de travaux a demandé de cesser de prélever de sa paie les cotisations retraite, avec cet argument : "La retraite, ça ne m'intéresse pas. " ALEX BARBE - La vie en HLM. Les jeunes accros à l'info (mais pas aux journaux) On les dit peu intéressés par l'actualité, méfiants à l'égard des médias traditionnels, scotchés à Facebook...

Les jeunes accros à l'info (mais pas aux journaux)

Pas si simple. La nouvelle génération, ultra connectée, apprend surtout à faire le tri dans un monde saturé d'infos. Sur la route pluvieuse qui mène au lycée Blaise-Pascal de Brie-Comte-Robert, à une quarantaine de kilomètres de Paris, l'inquiétude nous saisit. Les élèves que nous allons rencontrer – des lycéens qui suivent des cours de sensibilisation aux médias – vont-ils regarder le journaliste trentenaire que nous sommes comme le représentant d'un monde en voie de disparition ? En 2012, le think tank américain Pew publiait une étude dont les conclusions nous glacent encore : l'intérêt des 18-29 ans pour l'information s'est effondré et leur désamour ne semble plus guérir avec l'âge, contrairement à leurs aînés. Top 8 des représentations des « jeunes de cité » dans les médias, toi aussi parle aux jeunes.

Caricaturé à l'extrême tant pour ses vêtements (casquette à l'envers) que pour son langage ("yo zyva"), Le "jeune de banlieue" est depuis le début des années 90, un sujet de prédilection pour les médias, au risque d'entretenir pas mal de clichés.

Top 8 des représentations des « jeunes de cité » dans les médias, toi aussi parle aux jeunes

Wesh, ce top est pour toi gros ! Le jeune de banlieue dit "nique ta mère" tout le temps Un sketch qui a moins de 20 ans mais qui semblent en avoir 200. Rien ne nous est épargné : les "nique ta mère", les agressions aux couteaux, les "walkman" de djeun's. L'humour franchouillard des 90's bien ringardos dans ce qu'il a de plus beau...

Alimentation : les nouvelles habitudes des 18-30 ans. D'ici à 2020, la génération Y représentera 75 % des actifs.

Alimentation : les nouvelles habitudes des 18-30 ans

Cette population complexe entretient des rapports particuliers avec la vie, le travail, la technologie. Mais quel est son rapport à l'alimentation ? La génération Y a fait et fait couler beaucoup d’encre sur son amour de la technologie et son manque de conformisme. Pourtant très observée et analysée, personne n’avait encore jamais essayé d’explorer réellement sa relation à la nourriture. Cette génération Y qui accède désormais en masse à l’emploi devrait rapidement dominer le monde du travail, comme celui de la consommation. Ces questions, le monde de la restauration se les pose, car il sait qu’il va devoir s’adapter, anticiper des changements, voire des bouleversements des comportements.

Les clichés sur la Génération Y dégommés par la science. Etude millennials - clichés millennials. Depuis quelques temps, on cherche à enfermer les Millennials dans un carcan de caractéristiques ultra définies… qui nous induisent parfois en erreur.

Etude millennials - clichés millennials

C’est le constat d’Adweek, qui relève 6 préjugés qu’il faut absolument oublier ! Il faut arrêter de considérer les Millennials comme une espèce différente : ils aiment la télé comme tout le monde ! Étude : les millennials détestent leur génération. Qu’on leur lâche la grappe !

Étude : les millennials détestent leur génération

A force de vouloir les « comprendre », les faire rentrer dans des « cases » prédéfinies, ou de les observer comme des bêtes sauvages, les Millennials ont fini par avoir une image complètement faussée et dégradée d’eux-mêmes. On les dit paresseux, insolents, égocentriques… Mais leur a-t-on seulement donné la parole ? Avant que l’on se mette à décortiquer la nouvelle « génération » tendance, les Xennials, arrêtons-nous un instant sur celle qui a tant fait parler d’elle, malgré elle. Évitons donc de mettre la charrue avant les bœufs, et intéressons-nous de plus près à cette fameuse « génération ». En association avec l’agence La Chose, la société d’études et de conseil BVA a donné la parole à 2 114 jeunes, âgés de 18 à 30 ans. Factcheck millennials. Une étude pour mettre fin aux stéréotypes sur les millennials ? La Représentation des jeunes dans la société.

S'il est un critère permettant de caractériser le rapport des jeunes à la politique, la participation aux élections civiles est un indicateur incontournable.

La Représentation des jeunes dans la société

Bien que certaines tendances participent plus d'une évolution globale de la société, d'autres sont en revanche spécifiques aux jeunes. De ce point de vue, les différents sondages et enquêtes font état d'une abstention forte chez les jeunes. Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012, 27 % des 18-24 ans se sont abstenus contre 19 % pour l'ensemble des Français. A l'instar de leurs aînés, les jeunes pratiquent une hiérarchisation des scrutins : les consultations européennes, législatives et régionales souffrent d'une participation nettement inferieure à celle de la présidentielle, voire des municipales. Au delà du rôle déterminant de la famille dans le rapport à la politique, le niveau de diplôme et le milieu social sont prégnants.

Millennial survey 2017. Les millennials et le travail de demain Les ruptures technologiques transforment en profondeur les organisations.

Millennial survey 2017

La capacité d’adaptation est cruciale, elle passe par une flexibilité parfois difficile à maintenir dans les contextes économiques et politiques de nos sociétés. La Génération Y fait preuve de lucidité et de clairvoyance à ce sujet ; plus agile que les générations aînées, en quête d’engagement, elle imagine et accepte aisément un monde alliant avec équilibre le travail des robots et l’expertise humaine. Face à l’arrivée des nouvelles technologies -robotique, intelligence artificielle et automatisation- 48% des millennials à travers le monde considèrent qu’un usage appuyé de ces technologies réduirait l’implication humaine.