background preloader

Cours magistral

Facebook Twitter

Enseigner à l'Université Laval. 2015 Le cours magistral a-t-il un avenir ? Présentation de Cours Magistraux Efficaces : Plan d’étude. Pierre Macherey : « Le cours magistral (1) » (ce texte vient en complément des études sur les problèmes de l’université présentées au cours de l’année 2009-2010) A l’université, « ça parle », et pas n’importe comment, mais dans un langage codé, voire même surcodé.

Pierre Macherey : « Le cours magistral (1) »

Ce langage circule grâce à la structure d’accueil qui lui est offerte par la « relation acroamatique », passant de bouche à oreille, dont parle Nietzsche dans ses conférences « Sur l’avenir de nos établissement d’enseignement » données à Bâle en 1872. Pour procéder à une approche critique de la question, il faut tout d’abord renoncer au sentiment naturel d’évidence dont s’accompagne la pratique du cours magistral, qui fait apparaître celle-ci comme immémoriale, en tant que forme obligée à laquelle serait soumise toute démarche enseignante. Faire cours Reprenons donc les choses à leur point de départ, en essayant de mieux comprendre ce qui se cache derrière cette expression, « cours magistral ».

Se retrouve ici l’idée de maîtrise. (à suivre) Le cours magistral a-t-il un avenir ? Course: INTERACTIVITÉ dans le cours magistral. Un cours magistral, à quoi ça sert ? - Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs. Ce blog n'est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d'échanges pédagogiques destiné aux profession. Un des propos de Claude Charbonnel dans son commentaire, — lequel mérite vraiment qu'on s'y attarde —, m'inspire un nouveau billet sur le cours magistral, autre sujet d'idées reçues pas toujours claires...

Un cours magistral, à quoi ça sert ? - Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs. Ce blog n'est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d'échanges pédagogiques destiné aux profession

La vérité, celle que j'ai pu observer après X tentatives pour faire la classe "autrement" sur plusieurs années en collège, en lien constant avec les collègues, avec des objectifs clairs, une évaluation régulière de nos pratiques, avec vous-même comme mentor(e), est qu'un élève en difficulté est demandeur de cours directifs. Cette affirmation de notre collègue, nul ne songerait à la contester. Bien sûr que les élèves, en difficulté ou non, jeunes ou vieux, y compris les collègues en formation dite continuée, réclament des cours directifs ! Pourquoi ?? Parce que ce serait plus efficace pour eux ? Tout simplement, parce que c'est infiniment plus reposant qu'un travail de groupes (y compris pour le prof, du reste!).

Je peux appuyer cette affirmation d'une anecdote personnelle. Pourquoi le cours magistral existe-t-il encore. Certes, la question est un peu provocatrice.

Pourquoi le cours magistral existe-t-il encore

Mais après plus dun siècle de pédagogie nouvelle, à l’ère du numérique et de la pléthore de produits technologiques à la portée de tous, elle semble légitime : pourquoi le cours magistral existe-t-il encore ? En 2012, la situation qui voit un maître parlant une ou deux heures devant des étudiants notant machinalement ses propos représente l’ennui à l’état brut. Et les enseignants s'en rendent compte, eux qui accusent les étudiants de ne pas être concentrés, d'être clientélistes, de zapper dun sujet à l'autre...

En disant cela, ils admettent en creux qu'ils ne savent plus les intéresser. Surestimer le pouvoir de la parole Et pourtant, nombre d'enseignants universitaires continuent de parler tout seuls devant des amphis archi-pleins. La critique du cours magistral ne date pas d'hier. . « Oui, mais cela ne dure qu’une heure. CoursMagistralDocs. Le cours magistral comme objet d’histoire. 1 Ainsi un ouvrage récent préconise-t-il « l’abandon d’un modèle transmissif centré sur l’enseignant (...) 2 « On est là […] au cœur d’un type de transmission du savoir enraciné au moins depuis le Moyen Âge. (...) 1On connaît l’ambivalence de l’adjectif « magistral », qui peut qualifier un fait remarquable par la façon dont il a été accompli – « de main de maître », dira-t-on aussi – aussi bien que désigner une manière de faire autoritaire et dogmatique. 3 Robert D.

Le cours magistral comme objet d’histoire

Anderson, European Universities from the Enlightenment to 1914, Oxford, Oxford Universit (...) 4 Jean-Claude Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin, 1814-1851(...) 5 Françoise Waquet, Parler comme un livre. L’oralité et le savoir, XVIe-XXe siècle, Paris, Albin Mic (...) 6 William Clark, Academic Charisma and the Origins of the Research University, Chicago-Londres, The (...) 11 Voir Karine Chemla (dir.), Action concertée Histoire des savoirs 2003-2007.