background preloader

NBIC et big data

Facebook Twitter

Les 37 projets d’Elon Musk contre les dangers de l’intelligence artificielle. Avec Bill Gates et Stephen Hawking, le milliardaire américain Elon Musk fait partie des grandes figures qui ont exprimé, ces derniers mois, leur inquiétude vis-à-vis des progrès de l’intelligence artificielle (IA).

Les 37 projets d’Elon Musk contre les dangers de l’intelligence artificielle

En guise de passage à l’acte, le célèbre PDG du constructeur de voitures électriques Telsa et de SpaceX a attribué la semaine dernière des millions de dollars dans 37 projets de recherche destinés à prévenir les risques liés à l’IA. Lire : Des scientifiques américains s’inquiètent de l’évolution de l’intelligence artificielle Une démarche initiée en janvier : il avait alors donné 10 millions de dollars (9 millions d’euros) au Future of Life Institute (FLI), un organisme américain à but non lucratif qui se focalise, peut-on lire sur son site, sur « les risques potentiels du développement d’une intelligence artificielle de niveau humain » et qui « travaille à atténuer les risques existentiels auxquels doit faire face l’humanité ».

Le test de Turing. Pour lui calculer, c'est penser.

Le test de Turing

En 1950, partant du principe que toute fonction humaine est traduisible sous forme d'algorithme, il démontre, dans un article resté célèbre ( " Les machines savent-elles penser? ") Depuis cent ans, la technologie crée plus d'emplois qu'elle n'en supprime. Une étude sur la relation entre technologie et emplois en Angleterre et dans le pays de Galles depuis 1871 montre que la technologie supprime bien des emplois mais qu'elle en crée d’autres ailleurs.

Depuis cent ans, la technologie crée plus d'emplois qu'elle n'en supprime

Les robots vont-ils nous voler nos emplois? Pour certains chercheurs, «l'emploi et le travail sont voués à disparaître». S'il est difficile d'affirmer ce qu'il en sera pour les cents prochaines années, il est cependant possible de regarder ce qui s'est produit par le passé. Voici à quoi va ressembler «le deuxième âge de la machine» Dans un livre stimulant, deux chercheurs du MIT décrivent la société dans laquelle nous sommes entrés et donnent à voir notre futur Dans Le Deuxième Âge de la machine - travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique, un livre stimulant paru en français chez Odile Jacob, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, deux chercheurs du MIT (le fameux Massachusetts Institute of Technology de Boston) décrivent de façon passionnante la société dans laquelle nous sommes entrés.

Voici à quoi va ressembler «le deuxième âge de la machine»

Les technologies numériques ont désormais bouleversé tous les pans de notre industrie et les paramètres de notre société comme l’avaient fait au XVIIIe siècle la vapeur et l’électricité lors de la Révolution industrielle, c’est-à-dire lors du Premier Âge de la machine. Alors, à quoi ressemble –et va ressembler– le Deuxième Âge de la machine? Visite guidée en dix points.

La loi de Moore. Suivant la loi de Moore, l'évolution technologique a progressé de façon constante au cours des dernières décennies.

La loi de Moore

Cela concerne autant les micro-ordinateurs que les superordinateurs. Ainsi, en 2004 le superordinateur le plus rapide était le NEC SX-8 présenté ci-dessous capable d'effectuer 65 mille milliards d'opérations par seconde, ce qui représente une puissance de calcul de 65 teraFLOPS. Le SX-8R fut notamment loué pour 3.8 millions d'euros/an à Météo-France pour le modèle Arome. Ce qu'il faut retenir des 50 ans de la loi de Moore. Gordon Moore, créateur de la loi éponyme, et co-fondateur d'Intel.

Ce qu'il faut retenir des 50 ans de la loi de Moore

(crédit : D.R.) 50 ans après sa création, la loi de Moore continue à servir de référence aux fabricants informatiques pour concevoir des ordinateurs plus petits, plus rapides et moins chers. Mais de nombreux observateurs, dont son père Gordon Moore, doutent de sa longévité. En enfilant la dernière smartwatch ou en empoignant le dernier iPhone, personne ne pense probablement à la loi de Moore. Hacker le cerveau : la menace ultime ?- 10 décembre 2014.

Intelligence artificielle

Exosquelettes, nanorobots, intelligence artificielle : la technologie aux frontières de l'humain. Intelligence artificielle, biotechnologies, robotique, nanotechnologies...

Exosquelettes, nanorobots, intelligence artificielle : la technologie aux frontières de l'humain

Les progrès tous azimuts dans ces disciplines permettent de décupler l'efficacité des thérapies, mais aussi d'imaginer un basculement vers une amélioration de nos performances ou un allongement de notre longévité. Les théoriciens du "transhumanisme", qui rêvent d'un homme "augmenté", imaginent de les faire converger pour doper les capacités de l'espèce humaine, voire pour supprimer la mort.

Une idéologie contestable et controversée, que soutiennent désormais certains géants américians du numérique, au premier rang desquels vient Google. Et si l'homme « augmenté » ne relevait plus du domaine de la science-fiction ? En puisant dans les prometteuses technologies NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), les chercheurs mettent au point des innovations de rupture pour corriger les faiblesses du corps humain. NBIC, Les nouvelles frontières de la pensée. Lundi 4 mai 2009, par Rémi Sussan Nanotechnologies, biologie synthétiques, informatique et cognition.

NBIC, Les nouvelles frontières de la pensée

Les récentes avancées de la recherche sont suffisamment impressionnantes pour apporter leur lot d’idées et de mythes.Illustrations : DK./ PHOTOS D’ENTREPRISES L’Annuel des idées-Février 2009 « Puissiez-vous vivre des temps intéressants », dit une ancienne malédiction chinoise.

Silicon Valley