background preloader

OI - Les Fleurs du Mal

Facebook Twitter

Baudelaire, Les Fleurs du Mal, l'esprit et la lettre. Le programme de première nous invite à étudier Les Fleurs du Mal en suivant le parcours suivant : « alchimie poétique : la boue et l’or ».

Baudelaire, Les Fleurs du Mal, l'esprit et la lettre

Deux références peuvent éclairer cet intitulé. D’abord, un projet d’épilogue pour la deuxième édition des Fleurs du Mal : Ô vous ! Soyez témoins que j’ai fait mon devoir Comme un parfait chimiste et comme une âme sainte. Car j’ai de chaque chose extrait la quintessence, Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or. Par ailleurs, le sonnet « Alchimie de la douleur » : Tu me rends l’égal de Midas, Le plus triste des alchimistes ; Par toi je change l’or en fer Et le paradis en enfer. Or, si l’on retrouve bien « l’or » et la « la boue » (ou du moins « le fer ») dans ces deux textes, ainsi que le thème de « l’alchimiste » (ou du « chimiste »), ils semblent dire exactement le contraire.

Comment expliquer cette contradiction ? Faut-il lever cette contradiction ? 1. 2. 3. Séance 1 (1 heure) Séance 2 (2 heures) Séance 3 (1 heure) Séance 4 (2 heures) Annexe 2. Histoire de la laideur. En apparence, beauté et laideur sont deux concepts qui s'impliquent mutuellement, et l'on comprend généralement la laideur comme l'inverse de la beauté, si bien qu'il suffirait de définir l'une pour savoir ce qu'est l'autre.

Histoire de la laideur

Mais les différentes manifestations du laid au fil des siècles s'avèrent plus riches et plus imprévisibles qu'on ne croit. Or voici que les extraits d'anthologie ainsi que les extraordinaires illustrations de ce livre nous emmènent dans un voyage surprenant entre les cauchemars, les terreurs et les amours de près de trois mille ans d'histoire, où la répulsion va de pair avec de touchants mouvements de compassion, et où le refus de la difformité s'accompagne d'un enthousiasme décadent pour les violations les plus séduisantes des canons classiques.

Baudelaire : découverte d'une strophe inédite d'un poème des "Fleurs du mal" Quelque 150 ans après sa disparition, Baudelaire offre un cadeau à tous les amoureux de la littérature.

Baudelaire : découverte d'une strophe inédite d'un poème des "Fleurs du mal"

Une édition originale des Fleurs du mal du poète comprenant une strophe manuscrite inédite du poème "Les bijoux", ajoutée de sa main, sera ainsi mise en vente le 22 novembre chez Drouot, à Paris. Voici le neuvième quatrain ajouté de la main de Baudelaire : "Et je fus plein alors de cette Vérité Que le meilleur trésor que Dieu garde au Génie Est de connaître à fond la terrestre Beauté.

Baudelaire : ""Les Fleurs du Mal", dans ce livre atroce j’ai mis tout mon cœur, ma tendresse et ma haine" Qu'est-ce que la double postulation qui est à l'oeuvre dans "Les Fleurs du Mal" ? Baudelaire l’appelle lui-même la double postulation, c’est-à-dire le fait que tout, absolument tout, peut être revêtu suivant les moments et parfois en même temps, d’un signe positif ou d’un signe négatif.

Cette double postulation, le bien / le mal, le ciel / l’enfer (…) qui est inhérente à la première section "Spleen et idéal" marque tout le reste. Ce qui fait que toute tentative pour sortir du spleen se solde par un échec. C’est dire que la tonalité est extrêmement pessimiste, mais… avec Baudelaire les choses ne sont jamais simples, et cette double postulation est sans arrêt à l’œuvre. Même si "Les Fleurs du Mal" n’ont rien d’autobiographique, pourquoi Baudelaire y-a-t-il mis toute sa haine ? Voici sa réponse dans une lettre écrite en 1868 : ""Les Fleurs du Mal" on commencera peut-être à les comprendre dans quelques années. Les Fleurs au tribunal.

«Je viens d'apprendre que vous êtes poursuivi à cause de votre volume ?

Les Fleurs au tribunal

[...] Pourquoi ? Contre quoi avez-vous attenté ? Des Fleurs du Mal au Spleen de Paris. Peut-on parler de la poésie de Baudelaire, comme s'il était le poète d'un unique projet et d'une seule conception ?

Des Fleurs du Mal au Spleen de Paris

Il a laissé deux oeuvres, Les Fleurs du Mal - une première édition en 1857, une seconde édition en 1861 - et Le Spleen de Paris - cinquante poèmes en prose publiés en 1869, près de deux ans après sa mort, et dont l'édition, procurée par Théodore de Banville et Charles Asselineau, se fonde sur le dossier laissé par le poète.

Sur le lien qui les unit les avis divergent, comme aussi les jugements sur la qualité poétique des poèmes en prose, en particulier ceux qui font écho à certains poèmes des Fleurs du Mal . Il faut revenir à quelques faits saillants d'une histoire mouvementée, pour tenter d'éclairer le projet de Baudelaire poète. Lorsqu'en juin 1857 sont publiées Les Fleurs du Mal , fruit d'une quinzaine d'années, c'est un livre que son auteur juge fini.