background preloader

Lefkih_groupec_psy

Facebook Twitter

Lefkih

Après avoir obtenu mon BEP Carrières Sanitaires et Sociales, j'ai commencé à travailler dans le domaine du médico-social. Quelques années plus tard j'ai suivie une formation dans le domaine de l'aide à la personne et j'ai travaillé dans des structures pour personnes âgées et handicapées. Un peu plus tard j'ai suivie la formation d'aide-soignante ou j'ai travaillé dans des services de soins à domicile et en cliniques. Puis, souhaitant élargir mon horizon professionnel en reprenant des études à l'université, j'ai décidé de passer un équivalent du Bac : le DAEU, que j'ai obtenu, ce qui m'a permis de me diriger vers les études de psychologie, domaine qui m'a toujours passionnée.

Collaborations C2I. L'addiction à Internet : une maladie mentale bientôt reconnue ? Par Stéphanie Teboul Rédigé le , mis à jour le L'addiction à Internet pourrait faire une entrée remarquée dans la nouvelle version du DSM, prévue pour mai 2013, le DSM V, un manuel de référence classifiant et catégorisant des critères diagnostiques de troubles mentaux spécifiques.

L'addiction à Internet : une maladie mentale bientôt reconnue ?

L'addiction à Internet, également appelée Trouble de Dépendance à Internet (TDI), est loin d'être anodine, notamment à cause de son retentissement sur la vie quotidienne. Le sujet présente de nombreux symptômes comme un phénomène de tolérance avec un besoin d'augmenter le temps passé sur le web, une euphorie lors de l'utilisation d'Internet et, au contraire, une irritabilité en cas d'empêchement. Selon ce manuel, les internautes qui passent beaucoup de temps sur la toile présentent les mêmes symptômes que les personnes souffrant d'une addiction. Une addiction controversée La seconde et probablement la plus importante, décriée par de nombreux psychiatres, est le conflit d'intérêt financier des membres du DSM.

L'addiction à internet, un mal moderne. La dépendance à internet touche de plus en plus de monde.

L'addiction à internet, un mal moderne

C'est ce que révèle une étude allemande. Mais cette dépendance est-elle, comme certains l'entendent, une maladie mentale ? Et se traite-t-elle comme n'importe quelle addiction? Une étude commandée par le ministère de la Santé allemand, parue le 26 septembre, révèle que plus d'un demi-million d'Allemands seraient dépendants à internet. Un mal qui se traduit, selon les chercheurs, par une consommation moyenne de quatre heures du média internet chaque jour.

L'addiction à internet, qui provoque l'isolement et le repli social, n'est pas forcément considérée comme une maladie au sens commun du terme, bien qu'elle se soigne. Accro à internet ou aux activités sur internet ? Contrairement à une addiction à la drogue ou à l'alcool, la dépendance à internet est à double tranchant : elle peut concerner le média en lui-même comme les activités que l'on peut y pratiquer (jeux en ligne, jeux d'argent, pornographie, achats etc). Simple gourmandise ou dépendance à Internet ? Un certain nombre de parents comptabilisent avec inquiétude le temps que leur fils ou leur fille passe devant l’écran de l’ordinateur ou celui d’une console de jeu [1][1] Pour simplifier, je parlerai indifféremment du rapport..., parfois depuis un âge très tendre (10, 11 ans).

Simple gourmandise ou dépendance à Internet ?

Une petite partie de ces parents s’alarme bien trop vite et trop fort, dans un contexte d’angoisse, d’ignorance des vrais risques, de volonté de contrôle ou de résistance au changement des habitudes sociales et récréatives contemporaines : je ne les prendrai pas en considération dans la suite de l’article. Mais la majorité constate plus objectivement que leur adolescent [2][2] Dans ce texte, “adolescent” sans autre spécification... est “collé à son écran”. Prenons comme frontière de dépassement préoccupant plus de trois heures par jour en semaine scolaire, et plus de cinq, six heures les jours de weekends ou de vacances. 1. 2. 1. 2. 3. 4. La cyberdépendance - Paroles de femmes.

................

la cyberdépendance - Paroles de femmes

"Le portrait type de la personne cyberdépendante a évolué depuis quelques années. Autrefois on pouvait reconnaître majoritairement des hommes âgés de 25 à 35 ans, scolarisés, financièrement capables de se doter d'un ordinateur assez dispendieux et qui passaient un nombre incalculable d'heures devant l'écran de leur appareil. Maintenant, il semble y avoir une certaine parité entre les hommes et les femmes. La démarche des deux sexes, vis-à-vis d'Internet et de son utilisation, est cependant très différente. Les hommes cyberdépendants recherchent beaucoup de site reliés à la pornographie, à l'érotisme, aux rencontres affectives avec un aboutissement dans la sexualité. La dépendance affective et la compulsion dans le sexe semblent être les deux principaux moteurs qui nourrissent la cyberdépendance.

Le phénomène du day trading est aussi en recrudescence. La cyberdépendence, un mal silencieux. Comportement additifs lié à l’usage du numérique. Les comportements addictifs liés à l'utlisation du numérique. Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique.

Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique. Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique.