background preloader

Nutrition + Public health

Facebook Twitter

Pas besoin d’être Martha - Le nutritionniste urbain. Dans La Presse d’hier, Marie-Claude Lortie signait un article intitulé Pas le temps d’être Martha.

Pas besoin d’être Martha - Le nutritionniste urbain

Elle y raconte la préparation d’un « gros souper » d’anniversaire pour un de ses enfants. Potage en entrée. Dinde accompagnée de légumes. De nouvelles règles forcent l'identification du boeuf attendri. Selon Santé Canada, le boeuf ayant été attendri mécaniquement doit comporter une étiquette qui le précise.

De nouvelles règles forcent l'identification du boeuf attendri

Les steaks emballés doivent aussi posséder des instructions de cuisson indiquant que la viande doit atteindre une température interne de 63 degrés Celsius et être tournée au moins deux fois. Canada’s new nutrition labels: Five things to know. Health Canada wants to make it easier for you to see how many calories — and how much added sugar — lurk in your favourite cereal.

Canada’s new nutrition labels: Five things to know

Non, l'obésité ne recule pas chez les très jeunes Américains. «Hormis une augmentation de l'obésité extrême, la prévalence de l'obésité n'a pas vraiment changé au cours des 14 dernières années», conclut le Dr Asheley Cockrell Skinner de la faculté de médecine de l'Université de Caroline du Nord et principal auteur de la recherche publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Non, l'obésité ne recule pas chez les très jeunes Américains

Ces résultats sont basés sur une analyse des données portant sur 26 690 enfants de 2 à 19 ans entre 1999 et 2012 menée dans le cadre d'une enquête nationale sur la santé et la nutrition. Selon les chercheurs, 17,3% des enfants et adolescents américains étaient obèses en 2012, un taux quasiment inchangé par rapport à 1999. Toutefois la proportion des jeunes extrêmement obèses a doublé sur cette période, passant de 0,9% à 2,1%. Food Secure Canada. Chapter 5 - Nutrition Labelling - Sections 5.5-5.8. New F.D.A. Nutrition Labels Would Make ‘Serving Sizes’ Reflect Actual Servings. WASHINGTON — The for the first time in two decades will propose major changes to nutrition labels on food packages, putting calorie counts in large type and adjusting portion sizes to reflect how much Americans actually eat.

New F.D.A. Nutrition Labels Would Make ‘Serving Sizes’ Reflect Actual Servings

É-U Michelle Obama va annoncer une modification de l'étiquetage alimentaire. «Notre principe directeur est très simple: nous voulons que vous puissiez en tant que parents et consommateurs entrer dans votre supermarché, prendre un produit dans un rayon et savoir si c'est bon pour votre famille», a déclaré Mme Obama, présentant à la Maison-Blanche la mesure --qui n'entrera pas en vigueur avant au moins deux ans-- aux côtés de la ministre de la Santé, Kathleen Sebelius, et de la directrice de l'Agence des produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA), Margaret Hamburg.

É-U Michelle Obama va annoncer une modification de l'étiquetage alimentaire

Un viticulteur bio poursuivi pour avoir refusé de traiter ses ceps. Après la découverte de foyers près de Beaune, le préfet a imposé en juin 2013 de traiter tous les vignobles du département contre la cicadelle, l'insecte qui répand la maladie.

Un viticulteur bio poursuivi pour avoir refusé de traiter ses ceps

Viticulteur en biodynamie, Emmanuel Giboulot s'y est refusé sur les dix hectares qu'il exploite en Côte de Beaune et Haute-Côte de Nuits. Même à la pyréthrine, pesticide naturel. Sus aux antibiotiques dans la viande. À la mi-décembre, les États-Unis dévoilaient un plan de réduction des antibiotiques dans les élevages intensifs.

Sus aux antibiotiques dans la viande

Essentiellement, celui-ci propose de cesser de les utiliser à des fins de croissance de la viande et de remettre leur gestion entre les mains des vétérinaires plutôt que celles des vendeurs d'intrants agricoles. Map: World food statistics. La malbouffe se porte bien dans les hôpitaux. Aujourd'hui, la majorité des hôpitaux affirme avoir adhéré à la politique.

La malbouffe se porte bien dans les hôpitaux

THE GREAT DIVIDE - Opinionator. The French economist Thomas Piketty swept across the United States last week with a dire warning: Income inequality isn’t going to go away, and it probably will get worse.

THE GREAT DIVIDE - Opinionator

Only policies that directly address the problem — in particular, progressive taxation — can help us change course. At a panel discussion in Washington of Piketty’s new blockbuster, “Capital in the Twenty-First Century,” the American economist Robert Solow, who served on President Kennedy’s Council of Economic Advisers, took the long view as he formulated his response to the idea of trying to democratize ownership of capital in our country. “Good luck with that,” he said. Read more… The Latest in Nutrition Related Research. 4 Foods That Could Disappear If New Food Safety Rules Pass. Spinach harvested from a small farm (undisclosed location), «Arrêtons de manger de la merde!»: le réquisitoire de Jean-Pierre Coffe contre les horreurs alimentaires.

Fils d’une cuisinière et d’un maraîcher, Jean-Pierre Coffe sait de quoi il parle. C’est un palais très affûté, et un artiste des casseroles. How to Feed the World. Food Day. Green Growing. City Fresh Foods CEO Glynn Lloyd (CAS’90) showed a natural flair for entrepreneurship while still in high school, when he made $100,000 with a landscaping business. Food waste is the symptom, not the problem. Foundation essay: This article on food waste by Tim Lang, Professor of Food Policy at City University London, is part of a series marking the launch of The Conversation in the UK. Our foundation essays are longer than our usual comment and analysis articles and take a wider look at key issues affecting society. Modern societies have a problem with waste. The entire economy is wasteful, a distortion of needs and wants. Counterfeit Food More Widespread Than Suspected. New York Times By Stephen Castle and Doreen Carvajal.

La malbouffe sera expulsée des écoles américaines dès l'an prochain. Le département de l'Agriculture des États-Unis a annoncé jeudi qu'il s'assurera, pour la première fois, que tous les aliments offerts dans les quelque 100 000 écoles du pays sont meilleurs pour la santé en resserrant les limites de teneur en gras, en sucre et en sel imposées à pratiquement tous les aliments vendus pendant les jours d'école.

Les nouvelles règles s'appliqueront aussi aux friandises offertes autour de l'école et au menu offert «à la carte» par les cafétérias, deux secteurs qui échappaient jusqu'à maintenant à toute réglementation. Les États américains auront aussi le pouvoir d'encadrer les ventes de pâtisseries organisées par les étudiants. Ces règles sont requises en vertu d'une loi adoptée par le Congrès en 2010. Elles s'inscrivent dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement pour combattre l'obésité chez les enfants, et risquent de transformer ce que mangent les élèves à l'école. Champs de pommes de terre: des pesticides dans l'eau de puits. Un total de 77 puits - la plupart servant à l'alimentation en eau domestique - ont été échantillonnés dans les principales régions productrices de pommes de terre au Québec.

Ces puits approvisionnent des agriculteurs (34 puits), mais aussi leurs voisins (43 puits). Les échantillons ont été «prélevés au robinet d'eau froide de la résidence desservie par le puits», précise le rapport. Donnée préoccupante: 72% des puits contiennent des nitrates dans des concentrations supérieures à 5 mg/l. Une bonne proportion (40%) dépasse même la norme de 10 mg/l. Le cumul de pesticides sur les fruits et légumes inquiète les spécialistes.

Onil Samuel est responsable de l'équipe scientifique en pesticides de l'Institut national de santé publique. En 2011, il avait cosigné un rapport selon lequel 20 % des fruits et légumes vendus au Québec présentaient des résidus de pesticides, mais seulement 1 % dépassant la norme jugée sécuritaire par l'Agence canadienne d'inspection des aliments. En 2012, Le Soleil rapportait les résultats d'une autre étude réalisée celle-là par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec qui établissait cette proportion à 41 % des fruits et des légumes cultivés au Québec et à 45 % pour les produits importés. Encore là, seule une faible quantité dépassait la ligne établie. Bien qu'il s'agisse de deux études différentes (et qu'on ne puisse pas nécessairement conclure à un passage du simple au double), M. Breeding the Nutrition Out of Our Food. Center for Consumer Freedom – The Home Cook’s Dilemma.

Ron Finley : Un guérillero jardinier à South Central LA. Future of Food. Like most people, I don’t think I can be easily fooled. Cornell University Food & Brand Lab. Directeur de santé publique de Montréal: Lutte aux déserts alimentaires. Beef Investigation By Kansas City Star Uncovers Serious Risks, Including Fecal Contamination.