background preloader

Les Européens dans le monde

Facebook Twitter

Gilles Pison : « Un même désir d’enfant existe partout sur la planète » Gilles Pison, professeur au Museum national d’histoire naturelle et chercheur associé à l’Ined, spécialiste de l’évolution de la population mondiale, estime que l’humanité tout entière est en train d’adopter le modèle de la famille peu nombreuse.

Gilles Pison : « Un même désir d’enfant existe partout sur la planète »

Gilles Pison / Photo Élisabeth Leroy-Viniane La Croix Le désir d’enfant varie – t-il selon les cultures ? Gilles Pison : Tout d’abord, il faut souligner que les contrastes de fécondité ne sont pas si forts qu’on le pense parfois. En effet, le taux de fécondité se situe, à peu près partout dans le monde, autour de deux enfants par femme : 1,6 enfant en moyenne par femme en Europe, à 1,8 en Amérique du Nord, 2 en Amérique latine, 2,1 en Asie.

Cinéma. “Black 47”, le premier film sur la famine irlandaise, fait un carton. Charlie Chaplin's "The Immigrant" Les immigrés irlandais, mal-aimés de l'Angleterre. Des troubles entre Irlandais immigrés et Anglais éclatent parfois, comme à Stockport, au sud de Manchester, en 1852.

Les immigrés irlandais, mal-aimés de l'Angleterre

La Gazette du Languedoc raconte : « 1er juillet. — Dernières nouvelles — Stockport, 11 heures et demie du soir. — Les troupes sont toujours sous les armes. Il y a encore eu plusieurs collisions dans les rues, entre Anglais et Irlandais. Des bandes organisées d’Anglais sont allées, pendant la nuit, détruire les portes et les meubles des maisons habitées par de pauvres catholiques Irlandais. Elles ont pu échapper aux poursuites de la police. » Trois décennies plus tard, la situation n'a guère évolué.

. « – Vous êtes Français, ajoutait-il, et vous vous laissez prendre aux belles phrases sur la solidarité des peuples, les devoirs de l'humanité. La grande migration transatlantique, fin XIXe-début XXe siècle. Ce document fait partie d'un ensemble d'une centaine de cartes et de graphiques, préparés en janvier 2013, portant sur les processus de mondialisation et les grands écarts sociaux mondiaux.

La grande migration transatlantique, fin XIXe-début XXe siècle

Des migrants en nombre immense : le cas de l’Irlande. Arrivée de migrants à Ellis Island L’actualité des grandes migrations en cours nous impose d’aller chercher dans le passé des précédents de semblable dimension, portant de semblables douleurs et suscitant de semblables interrogations, en termes moraux, bien sûr, au premier chef, mais aussi économiques, politiques ou religieux.

Des migrants en nombre immense : le cas de l’Irlande

Il fallait donc choisir, et ce matin, c’est sur le cas de l’Irlande et des Irlandais que nous allons braquer notre attention. La diaspora irlandaise serait, nous dit-on, constituée aujourd’hui de 70 millions d’âmes, plus grande même que les colonies chinoises hors de Chine. Dans l’histoire de l’Irlande, au long des âges, on découvre des flux quasi incessants de départs qu’ont provoqués des causes diverses. Mais c’est au mitan du XIXe siècle que ces exils se sont brutalement intensifiés, sous l’effet de la grande famine provoquée par la crise du mildiou ravageant la pomme de terre dont dépendait la survie alimentaire des habitants.

Programmation sonore : La population mondiale. Transition démographique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Transition démographique

La théorie de la transition démographique part d'un constat simple, à savoir que les variations spatiales de la mortalité et de la natalité sont dues à des différences d'évolution démographique selon les pays et les régions concernées. Le schéma de la transition démographique est un modèle spatio-temporel permettant de décrire le passage d'une population ayant des taux de natalité et de mortalité élevés à une population ayant des taux de natalité et de mortalité faibles. L'hypothèse de base de la théorie de la transition démographique est que toutes les populations du monde vont évoluer de la même façon, avec des décalages de calendrier dans cette évolution. Ce modèle a été bâti par les démographes, d'après leurs observations et leurs analyses sur l'évolution des populations des pays européens et nord-américains. La finalité était d'expliquer le passage d'un régime de forte natalité et mortalité à un régime de faible natalité et mortalité.

Peste noire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Peste noire

La peste noire est une pandémie de peste bubonique[1],[2], causée par la bactérie Yersinia pestis[3], qui a touché la population européenne entre 1347 et 1352. Elle n'est ni la première ni la dernière épidémie de ce type, mais elle est la seule à porter ce nom. En revanche, elle est la première épidémie de l'histoire à avoir été bien décrite par les chroniqueurs contemporains. On estime que la peste noire a tué entre 30 et 50 % de la population européenne en cinq ans, faisant environ vingt-cinq millions de victimes[4]. Cette épidémie eut des conséquences durables sur la civilisation européenne, d'autant qu'après cette première vague, la maladie refit ensuite régulièrement son apparition dans les différents pays touchés : entre 1353 et 1355 en France, et entre 1360 et 1369 en Angleterre, notamment.

Les épidémies précédentes[modifier | modifier le code] Le Moyen Âge fut traversé par de nombreuses épidémies.