background preloader

5 Modèles d'intégrations des technologies

Facebook Twitter

Stratégies d'intégration des TICE dans les pratiques d'enseignement. Dans une stratégie d'intégration des technologies dans les pratiques pédagogiques et les établissements, on essaie la plupart du temps de mener de front l'équipement, la formation des enseignants et les contenus d'intégration en classe.

Stratégies d'intégration des TICE dans les pratiques d'enseignement

Mais cette synchronisation simpliste n'est parfois qu'une vue de l'esprit car en réalité plusieurs domaines s'interpénètrent et pour qu'un enseignant adopte l'utilisation des technologies en classe, il doit lui-même en saisir les enjeux au-delà d'une simple maîtrise de certains outils. TPaCK, modèle d'intégration réussie des Tice à l'enseignement D'habitude dans la formation des enseignants, on prend en considération trois domaines qui sont traités de manière indépendante : contenus, pédagogie et technologie.

Au Québec, un modèle nommé TPaCK, acronyme anglais qui veut dire Technology, Pedagogy and Content Knowledge vise à articuler technologie, contenus disciplinaires, contexte et pédagogie. Voyez la présentation dynamique de ce modèle : TASK 1: TPACK. Samr ipad. Comment va votre intégration des TIC? 2 modèles à découvrir. La compétence professionnelle 8 demande aux enseignants québécois « d’intégrer les TIC aux fins de préparation et de pilotage d’activités d’enseignement-apprentissage, de gestion de l’enseignement et de développement professionnel ».

Comment va votre intégration des TIC? 2 modèles à découvrir

Au fait, où vous situez-vous? Modeles integration du numerique. Un modèle pour mieux saisir l'intégration des technologies en classe. Les connaissances de l’enseignant à propos du numérique. Auteurs : Philippe Dessus, LSE & Espé, Univ.

Les connaissances de l’enseignant à propos du numérique

Grenoble Alpes Date de création : Mars 2015 Date de modification : 20 March 2015 Licence : Document placé sous licence Creative Commons : BY-NC-SA Résumé : Ce document traite la question des types de connaissances un enseignant peut ou doit avoir pour utiliser des outils technologiques (plus génériquement nommés “le numérique”) pour enseigner. Introduction Ce que sait un enseignant à propos des technologies, de la pédagogie, du domaine qu’il enseigne a très certainement une influence sur la manière dont il peut “intégrer” ces technologies dans sa classe.

Ce que l’on sait Les types de connaissances (parfois aussi appelée : base de connaissances) utilisées par les enseignants ont été catégorisés par Shulman et ses collègues [8][9], qui en cite quatre principales : Figure 1 - Les types de connaissances de l’enseignant : Connaissance du Contenu, connaissance Pédagogique et Connaissance Pédagogique du Contenu à l’intersection. Figure 2. Références. Tpack : un modèle pour mieux saisir l'intégration des TIC en classe. Introduction En constatant les faibles résultats des élèves en lecture et en écriture, l’équipe de l’école primaire St-Michel de Rougemont a élaboré un projet éducatif afin de soutenir l’apprentissage du français.

Pour aider l’équipe-école dans la réalisation de ses objectifs éducatifs, une recherche-action a été mise en place dès l’année scolaire 2009-2010. Durant l’année, les enseignants ont été formés et ont expérimenté une intervention pédagogique centrée sur l’exploitation de la littérature de jeunesse. Les résultats préliminaires ont porté à croire que les besoins des élèves se situaient davantage dans le volet « écriture » que dans le volet « lecture » (Charron et al., 2011).

SAMR vs ASPID : le match. Mon métier de formateur au numérique dans le premier degré (AKA #Ftice1d) m’amène régulièrement à réfléchir sur les différentes façons d’orienter les pratiques pédagogiques des enseignants afin d’optimiser l’utilisation d’outils numériques dans leurs enseignements et surtout que leurs élèves se les approprient afin d’optimiser les modalités d’apprentissage.

SAMR vs ASPID : le match

Dans cette optique, j’avais été très séduit par la proposition de Ruben Puentedura et de son modèle SAMR, qui m’avait d’ailleurs amené à en proposer une présentation visuelle que j’utilise encore régulièrement dans mes animations pédagogiques : Puis j’ai découvert il y a quelques semaines un autre modèle qui tend vers des objectifs similaires, à savoir l’intégration des technologies numériques dans l’éducation, proposé par Thierry Karsenti et qui porte le doux nom d’ASPID. En voici une représentation : Les objectifs. Le modèle SAMR : une référence pour l’intégration réellement pédagogique des TIC en classe. Le modèle SAMR, élaboré par Ruben Puentedura, est une référence théorique très importante pour les éducateurs qui souhaitent réfléchir à l’intégration efficace et réellement pédagogique des technologies en classe.

Le modèle SAMR : une référence pour l’intégration réellement pédagogique des TIC en classe

En voici un résumé. Le modèle SAMR offre une méthode permettant de mieux saisir comment la technologie peut avoir un réel impact sur l’enseignement et l’apprentissage. Ainsi, il aide l’enseignant à comprendre qu’intégrer les TIC ne signifie pas d’utiliser la technologie à tout prix, mais d’engager l’élève dans son apprentissage. La technologie devient donc un outil pour atteindre ce but. Les lettres signifient Substitution, Augmentation, Modification et Redéfinition. Allons voir de plus près chacune des composantes du modèle SAMR, mis en place par Ruben Puentedura. Substitution Définition : La technologie est utilisée pour effectuer la même tâche qu’avant.

Aspid.pdf. Kesako : SAMR. Le modèle SAMR et la MIT. Comment va votre intégration des TIC? 2 modèles à découvrir. Module 1 : Enseigner avec les technologies. Comment va votre intégration des TIC? 2 modèles à découvrir.