background preloader

Islamophobie

Facebook Twitter

Le conseil de Thierry Ardisson : méfiez-vous de l’islamo-gauchiste qui sommeille en vous - Ma vie au poste. Bar PMU de Sevran : la contre-enquête du Bondy Blog. Le reportage avait déclenché une polémique nationale et suscite encore aujourd’hui des commentaires politiques à tout va.

Bar PMU de Sevran : la contre-enquête du Bondy Blog

Le 7 décembre 2016, France 2 diffusait un reportage tendant à montrer qu’un bar PMU de Sevran en Seine-saint-Denis refusait l’accès aux femmes. Siam, verbalisée sur une plage de Cannes pour port d'un simple voile - 26 août 2016. Le Figaro à Saint-Denis : Désinformation-sur-Seine. « Molenbeek-sur-Seine » Samedi 21 mai 2016, Le Figaro Magazine publiait l’enquête de Nadjet Cherigui sur la ville de Saint-Denis renommée pour l’occasion « Molenbeek-sur-Seine ».

Le Figaro à Saint-Denis : Désinformation-sur-Seine

À la demande de plusieurs dionysiens et internautes effarés par l’angle choisi et les « insinuations abjectes », nous avons donc remis nos trenchs d’enquêtrices pour aller démêler le vrai du faux. Après deux semaines de rencontres, de présence sur place et d’entretiens, notamment avec les personnes citées, nos doutes quant à l’utilisation de procédés journalistiques équivoques et de simplifications outrancières ont été confirmés. Manipulation, déformation, falsification de plusieurs citations, informations non vérifiées devenues assertions, occultation délibérée de propos pouvant nuancer l’enquête : le résultat est pour le moins accablant. "Après coup" : la lettre de Mourad Benchellali, ex-détenu de Guantanamo.

Une semaine après les attentats de Paris, l’ex-détenu de Guantanamo, le Vénissian Mourad Benchellali, a écrit une lettre ouverte que nous publions sous forme de tribune.

"Après coup" : la lettre de Mourad Benchellali, ex-détenu de Guantanamo

Mourad Benchellali photographié en août 2014 à Vénissieux. ©LB/Rue89Lyon Making ofMourad Benchellali a décidé de prendre la plume dans un double contexte. C’est une semaine jour pour jour après les attentats du 13 novembre. Depuis Barbès, ils ont marché “dignement” sur la Bastille. Are All Terrorists Muslims? It’s Not Even Close. Motorcycles and minibuses, fake IDs and frantic calls.

Are All Terrorists Muslims? It’s Not Even Close

X Siyakha Traoré #ZyedEtBouna. C’est à Clichy-Montfermeil que nous avons rencontré Siyakha Traoré, le grand frère de Bouna.

x Siyakha Traoré #ZyedEtBouna

Bouna Traoré et son ami Zyed Benna sont morts le 27 octobre 2005, électrocutés alors qu’ils tentaient d’échapper à un contrôle de police. S’en sont suivies trois semaines d’émeutes. Lundi 18 mai, 10 ans plus tard, le jugement a été rendu. «Flâner», la série qui dévoile la vie des noirs en France. Le port du voile n’est pas « une menace contre l’institution universitaire » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Matteo Maillard Le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) l’affirme : le port du voile à l’université n’est pas « une menace contre l’institution universitaire ».

Le port du voile n’est pas « une menace contre l’institution universitaire »

A 37 voix pour, 3 abstentions et un refus de prendre part au vote, ce comité consultatif auprès du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a adopté, lundi 18 mai, cette motion soumise par la conférence des présidents d’université. Rappelant la jurisprudence du Conseil d’Etat et de la Cour européenne des droits de l’homme, le texte voté précise que « l’interdiction du port du voile ou tout autre signe religieux visible par des étudiants à l’université n’a pas de base légale (à l’exception de cas concernant la sécurité ou l’hygiène) ». Si menace il y a, le comité estime que celle-ci résiderait « dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche ». Toulouse : une femme voilée et enceinte agressée à cause de sa religion - 26/03/2015 - LaDepeche.fr.

Une femme de religion musulmane a été agressée par un individu mardi matin à Toulouse.

Toulouse : une femme voilée et enceinte agressée à cause de sa religion - 26/03/2015 - LaDepeche.fr

Enceinte, elle a été hospitalisée. et a déposé plainte. Son mari dénonce cet acte islamophobe. Le bureau d'Aspasie: Comprendre Daesh et l'islamisme. J'avais prévu de ne pas parler d'histoire contemporaine sur ce blog, mais j'ai assisté il y a deux jours (vendredi 20 mars 2015) à une conférence sur la manipulation politique des fondements de l'islam aujourd'hui, et il m'a paru intéressant de relayer ce que j'y ai appris : ces quelques informations sont d'une grande utilité pour comprendre le contexte géopolitique d'aujourd'hui au Moyen Orient, et la place de l'islam en France aujourd'hui.

Le bureau d'Aspasie: Comprendre Daesh et l'islamisme

Autre nouveauté, en plus de l'histoire contemporaine : cet article a été écrit en collaboration avec mon amie Milena, qui a aussi assisté à la conférence (et qui a aussi le bon goût d'être médiéviste). La conférence à laquelle nous avons assisté est la première d'un cycle sur la laïcité et les fondamentalismes religieux en France. Ce cycle est organisé par des étudiants en histoire, qui ont décidé d'inviter des professeurs d'histoire. Sa problématique se résumait à quatre questions : qu'est-ce que l'islamisme ? Qu'est-ce que l'islamisme ? Stop! Mon corps ne vous appartient pas.

C'est le mois de mars, un mois pendant lequel, en tant que femme, noire, musulmane, je dois célébrer certaines journées : d'abord le 8, qui est la journée internationale du droit des femmes, puis le 15, c'est le triste anniversaire du vote de la loi du 15 mars 2004 excluant de l'école publique les filles qui portent le foulard et enfin le 21 qui est la journée internationale contre le racisme.

Stop! Mon corps ne vous appartient pas

Nous sommes le 14 mars 2015, une semaine après le 8 mars, journée internationale du droit des femmes et la veille du onzième anniversaire du vote de la loi du 15 mars 2004. Je décide d'aller, avec une amie, au festival du film de femmes de Créteil voir Je ne suis pas féministe, mais..., un film de Florence et Sylvie Tissot sur le parcours de la féministe Christine Delphy. Sans titre. Ces intellectuels qui tissent un islam progressiste. « J’ai une maison fissurée, que j’ai cru être une belle demeure, mais elle commence à prendre l’eau, le vent de partout et menace de s’écrouler.

Ces intellectuels qui tissent un islam progressiste

Les pierres de taille de départ me plaisent, donc je la déconstruis au sens où je prends pierre par pierre et je la rebâtis pour en faire un beau palais. » C’est par le recours à une métaphore que Ghaleb Bencheickh, physicien et islamologue érudit, empoigne son sujet. La figure de style n’est pas neutre. Elle vise, en bravant les tensions du présent, à tisser de manière positive l’avenir de l’islam. Les yeux noirs - Féministes mais anti-voile : un argumentaire à...

Rokhaya Diallo : “La France est une mère-patrie qui ne reconnaît pas une partie de ses enfants” Seule une vraie politique de lutte contre les inégalités est à même d'éviter la reproduction de tels drames estime la journaliste et essayiste Rokhaya Diallo. Après avoir fondé Les Indivisibles, association de lutte contre les préjugés ethno-raciaux, Rokhaya Diallo est devenue journaliste (RTL, Canal+…) et réalisatrice (Les marches de la liberté, Les réseaux de la haine). Elle a créé et présenté le magazine Egaux mais pas trop. Membre de l'ENAR (European Network Against Racism), mouvement antiraciste européen, elle a également publié Racisme mode d'emploi (2011), Comment parler du racisme aux enfants (2013). Charlie Hebdo: «Les enfants de Seine Saint-Denis ne sont pas des idiots» «Pourquoi le 93? Aucun de ces terroristes ne venait de Seine Saint-Denis. Aucun. Pourquoi le 93? On regarde toujours du même côté quand quelque chose ne va pas. On dresse l’inconscient des lecteurs à créer une association d’idées entre un attentat terroriste et des gamins de Seine Saint-Denis qui ne représentent pas la majorité et qui sont conditionnés par le milieu qui les a vus naître.»

Lorsque j’ai appris l’attaque de Charlie Hebdo, je rentrais de l’école.