background preloader

Le corps des femmes

Facebook Twitter

Elle : petite grammaire d’un contrôle social. Un contrôle social lucratif Pour qu’il y ait contrôle social, il faut des normes et des valeurs, ainsi que des sanctions punissant les déviances.

Elle : petite grammaire d’un contrôle social

L’objectif est clair : préserver la cohésion d’un groupe. Le groupe en question pourra être une société tout entière, auquel cas il sera question de l’État et de ses institutions – police, justice… –, mais ce pourra également être une communauté informelle, comme celle dessinée par les publications à destination des femmes. Se posant en parangons du bon goût (ce qui est bien, ce qui ne l’est pas, ce qui est à plébisciter et ce dont chacune doit s’inquiéter…), les magazines féminins dictent leurs propres normes sociales, en s’appuyant sur les plus réactionnaires de celles qui sous-tendent notre société. Suis-je assez féminine ? Car ici se fait jour un dévoiement du concept de contrôle social : l’enjeu réel n’est absolument pas de préserver la cohésion d’un groupe. La grammaire d’Elle « On » nous manipule Normer les corps « Spécial Mode » How Can You Tell if You're Being Sexually Empowered or Objectified? Ask Yourself This Simple Question.

Panel 1 Narrator: You’ve probably heard the argument before.

How Can You Tell if You're Being Sexually Empowered or Objectified? Ask Yourself This Simple Question

Person 1: (pointing at a feminine person in a stereotypically “sexy” pose) That photo is terrible! She’s being sexuality objectified! Person 2: No it’s not! She can do what she wants with her body! Narrator: It can be difficult to tell the difference between sexual empowerment and sexual objectification when the only distinguishable difference is that one is supposedly “good” and the other “bad.” Panel 2 Narrator: So what is the difference? That is, who is controlling a person’s presence in the sexual situation? (Image of a see-saw, with one end holding one person labeled “looked at,” another person labeled “looking.” Narrator: However, if that person has no or little power, they are being sexually objectified (basically, made like an object instead of a person). (Next to “Sexual Empowerment” is another see-saw labeled “Sexual Objectification.” Panel 3.

Grossophobie

Violences. Gynéco. La contraception ne se conjugue pas qu'au féminin ! Liberté, égalité, contraception… « Le jour où tu avaleras quotidiennement des hormones pour te prémunir d’une future paternité, alors là oui, on pourra parler d’égalité homme-femme… » Voilà comment une simple phrase peut vous mettre une gifle sinon un coup de pied aux fesses et réveiller vos neurones quelque peu endormis sous la couette douillette d’une tradition familiale bien française.

La contraception ne se conjugue pas qu'au féminin !

La pilule pour les filles, le préservatif pour les gars ! C’était simple, réglé comme du papier à musique… comme une sorte de schéma contraceptif imposé depuis l’avènement de la pilule dans les année 1960. Et puis à force de prendre conscience des vraies contraintes, des effets secondaires et surtout des risques liés à la prise d’un contraceptif notamment pour les contraceptifs oraux œstro-progestatifs de 3ième ou 4ième génération[►1], il apparaît légitime de se demander pourquoi nous laissons encore les femmes assumer pleinement la responsabilité de la contraception. Laurent : « La vasectomie? Panel 2.

Prostitution

"Tu seras une salope, ma fille". Le blabla avant le sujet qui fait "When jesus say yes" : Instaurons une nouvelle règle : Café Langue de Pute, ça sera le mercredi désormais.

"Tu seras une salope, ma fille"

Et si on me vire deux minutes de tous les réseaux sociaux, je peux même oser affirmer que ça pourrait être CHAQUE mercredi. "Tu seras une salope, ma fille" Je m'appelle Charles. Je suis le troisième enfant de la famille, après mes deux soeurs. J'ai survécu. J'ai passé une enfance heureuse, j'ai fait beaucoup de sport collectif. Je suis une adulte sans histoires, j'ai des tatouages et une belle gueule. Je suis encore dans la vingtaine, je sors d'une longue histoire et je n'ai pas envie d'une relation serieuse pour le moment. Au fond. C'est presque la vérité, tout ça. Mais. Je m'appelle Fanny. Je suis le troisième enfant de la famille, après mes deux soeurs. Et merde. Encore une fille. J'ai grandi en faisant des sports collectifs avec des garçons, en construisant des cabanes et avec des trous aux genoux. Je suis une trainée. Non, d'ailleurs.