background preloader

Les ratés du gouv

Facebook Twitter

Hamad rayé de la liste des ministres. Après avoir opté pour une suspension temporaire, le premier ministre Philippe Couillard a écarté définitivement Sam Hamad du Conseil des ministres. « Je vais au cours des prochains jours assermenter les personnes qui ont été nommées comme suppléantes pour qu’elles occupent définitivement leurs fonctions, c’est-à-dire président du Conseil du trésor et ministre régional de la capitale », a indiqué Philippe Couillard dans une mêlée de presse qui a suivi une période de questions particulièrement acrimonieuse à l’Assemblée nationale.

Hamad rayé de la liste des ministres

Par décret, le ministre des Finances, Carlos Leitão, avait repris temporairement le Trésor, à compter de samedi dernier, tandis que le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, assume la responsabilité de la région de la capitale nationale, la chasse gardée de Sam Hamad depuis 2008, mis à part lors de l’éphémère passage du gouvernement Marois. Le premier ministre et les ministres se présenteront devant le lieutenant-gouverneur, J. Couillard dans la tourmente. Le premier ministre Philippe Couillard est plongé dans la tourmente.

Couillard dans la tourmente

Il paraissait ébranlé mardi après-midi après que les partis d’opposition eurent remis en question sans relâche son jugement politique dans l’« affaire Hamad ». Le chef du gouvernement a encaissé coup après coup durant une période des questions houleuse. « Est-ce que le premier ministre attend que l’UPAC débarque au grand complet au Conseil des ministres pour faire le ménage ? Les déboires de Hamad démontrent de graves lacunes. QUÉBEC — Terré en Floride, Sam Hamad est comme un animal blessé.

Les déboires de Hamad démontrent de graves lacunes

Il se prépare, explique-t-on, à répondre aux questions du Commissaire à l’éthique quant à son rôle dans le cheminement de la subvention à Premier Tech, une entreprise de Rivière-du-Loup qui a bénéficié d’une aide financière de 19 millions du gouvernement Charest à l’époque où le député de Louis-Hébert était ministre du Développement économique. Les déboires de Sam Hamad depuis la semaine dernière ont mis en lumière un problème plus fondamental : la succession des réactions, en l’espace de quelques heures, traduit un niveau navrant d’improvisation au sommet du gouvernement. Semaine après semaine, il est clair que Philippe Couillard et son équipe ne parviennent pas à prendre le contrôle du programme politique. Le Directeur des élections se penchera sur le cas Hamad. Après le Commissaire à l’éthique et à la déontologie des membres de l’Assemblée nationale, c’est au tour du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) de se pencher sur l’affaire Sam Hamad, ce ministre qui aurait pu bénéficier d’un financement politique illégal de la part de son ami Marc-Yvan Côté, qu’il a aidé pour l’obtention de subventions au profit de la société Premier Tech. « Nous allons examiner la situation », a indiqué au Devoir la porte-parole du DGEQ, Julie Saint-Arnaud.

Le Directeur des élections se penchera sur le cas Hamad

L’organisme doit déterminer s’il existe des éléments suffisants qui justifieraient une enquête sur de possibles infractions à la Loi électorale au regard des dons versés au Parti libéral du Québec et à Sam Hamad par les dirigeants de Premier Tech et par Marc-Yvan Côté et sa famille. Ces contributions se sont élevées à un total de 37 000 $ entre 2008 et 2012, année où Sam Hamad a cessé de fréquenter Marc-Yvan Côté, selon les dires du ministre.

L’absent. Au bureau du premier ministre Couillard, on sait très bien que « les absents ont toujours tort » et que la fuite de Sam Hamad en Floride ne peut que renforcer l’impression qu’il n’a pas la conscience tranquille.

L’absent

Si l’on a accepté, pour ne pas dire recommandé que le président du Conseil du trésor, qui s’est dit « brûlé », prenne un « congé de maladie » pendant quelques jours, c’est qu’on sait très bien qu’il n’a ni le coffre ni le verbe pour faire face aux attaques de l’opposition, qui en ferait de la charpie. Sans parler des médias, qui ne le lâcheraient pas non plus. Que ce soit dans le controversé projet du Suroît ou lors de la chute de paralumes sur l’autoroute Ville-Marie, M. Hamad a démontré sa grande vulnérabilité quand il est sous pression. «Vous n'avez qu'à vous séparer» Fini, basta.

«Vous n'avez qu'à vous séparer»

Depuis presque deux ans, elle recevait 900 $ par mois pour payer ses dépenses, pour contribuer à la voiture, l'épicerie, le logement. Son chum travaille en construction, son salaire ne suffit pas. Et là, alors que Jennifer est enceinte jusqu'aux yeux, ils apprennent qu'ils devront se passer de ce montant d'argent, parce que, et c'est ici que ça devient troublant, ils sont maintenant «conjoints de fait».

«Tout ça doit sortir au grand jour» Nous travaillons à l’atteinte de l’égalité pour toutes les femmes, et vous, Madame la ministre? Suite aux propos de la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, à l’effet qu’elle ne se considère pas féministe, le Groupe des 13, un collectif composé de 21 groupes et regroupements féministes qui œuvrent à l’échelle provinciale et régionale à la défense des droits des femmes, désire réagir.

Nous travaillons à l’atteinte de l’égalité pour toutes les femmes, et vous, Madame la ministre?

Cet aveu s’accompagne, selon nous, d’une vision stéréotypée et péjorative du féminisme. En effet, la ministre dépeint le féminisme comme une lutte passée et préfère se dire « égalitaire » plutôt que féministe. Est-il utile de rappeler à Mme Thériault que le féminisme dans sa plus simple définition est « l’attitude de [celles] ceux qui souhaitent que les droits des femmes soient les mêmes que ceux des hommes ». Le mouvement féministe, un moteur de transformation sociale. Le penser mou. Une ministre de la Condition féminine qui ne s’estime pas féministe ?

Le penser mou

Depuis la création du ministère en 1979, y a-t-il une responsable du dossier (mis à part René Lévesque, qui en a hérité curieusement en 1984-1985) qui s’est dissociée du féminisme ? C’est un peu comme un directeur du National Geographic qui ne croirait pas en la géographie, un membre de Greenpeace qui ne se dirait pas écologiste, un chef de mission olympique qui dédaignerait le sport, un oeuf qui ne croirait pas dans la poule… C’est que, sans féminisme, le Secrétariat à la condition féminine n’existerait tout simplement pas, et les chances sont fortes qu’il n’y aurait pas de ministre appelée Lise (Thériault) non plus.

Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne cette semaine, la ministre Thériault, ne reculant devant aucune contradiction, s’est proclamée « beaucoup plus égalitaire que féministe ». Quebec ouvre la porte a des derives. L’héritage toxique d’Arthur Porter. Pour honorer un contrat signé par l’ancien directeur du CUSM, Arthur Porter, l’établissement de santé éponge encore un déficit de près d’un million de dollars par année pour un immeuble mal géré au centre-ville de Montréal et dont il est incapable de se départir.

L’héritage toxique d’Arthur Porter

Des centaines de postes qui laissent les enseignants dubitatifs. Alors que le torchon brûle toujours entre Québec et le Front commun, le ministre de l’Éducation François Blais a annoncé dimanche la création de centaines de nouveaux postes d’enseignants « pour soutenir la réussite scolaire ».

Des centaines de postes qui laissent les enseignants dubitatifs

Cette décision, qui survient trois jours après que des sommes supplémentaires ont été consenties au secteur de l’éducation la semaine dernière, a été accueillie plutôt froidement par le milieu, qui reproche au gouvernement libéral de passer outre les négociations actuellement en cours. Cette enveloppe budgétaire annuelle supplémentaire, annoncée alors que les négociations entourant les conventions collectives des employés du réseau viennent tout juste de s’intensifier, devrait permettre « l’ajout de plus de 800 nouvelles ressources dans le réseau scolaire », a déclaré le ministre libéral. Parmi celles-ci, l’embauche de quelque 600 nouveaux enseignants à temps est prévue, et ce, dès janvier prochain. L'austérité sélective. L’austérité du gouvernement libéral touche-t-elle toute la population du Québec? Non. Certains groupes sont épargnés : les entreprises, qui bénéficient de baisses d’impôts et de généreuses subventions; les médecins, qui voient leur rémunération augmenter rapidement et… les députés, qui ne s’imposent pas l’austérité qu’ils imposent aux autres.

En effet, le 12 novembre dernier, le gouvernement libéral a déposé un projet de loi qui aura comme conséquence d’augmenter de 50% le salaire de tous les députés de l’Assemblée nationale. Dans la présentation de son projet de loi, Jean-Marc Fournier sortait une série de chiffres pour en arriver à la conclusion qu’avec sa réforme, les contribuables économiseraient 400 000$. Si les journalistes avaient fait leur travail d’analyse, ils auraient rapidement conclu que le gouvernement disait n’importe quoi. Si les journalistes avaient fait leur travail d’analyse, ils auraient rapidement conclu que le gouvernement disait n’importe quoi. 400 millions de plus que prévu aux médecins. On peut prévoir que Québec devra payer au moins 400 millions de plus qu'il ne le prévoyait, au cours des sept années où l'entente sera en vigueur, car les coûts ont augmenté plus vite qu'anticipé de 2010 à 2015.

La «sous-évaluation de l'augmentation de pratique» a fait que les enveloppes prévues l'an dernier ne seront pas suffisantes. Ce constat embarrassant se trouverait, a-t-on appris, dans le rapport du vérificateur général qui sera rendu public la semaine prochaine, a confié à La Presse une source au sein du gouvernement. Qui sont les 95% d’économistes qui appuient supposément la réforme Godbout? « Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics. 19 octobre 2015 Le 19 octobre 2015, Monsieur Carlos Leitão Ministre des Finances 12, rue Saint-Louis, 1er étage Québec (Québec) G1R 5L3 Objet : Qui sont les 95% d’économistes qui appuient supposément la réforme Godbout ? Monsieur le Ministre, Le jeudi 3 septembre 2015, au tout début de la commission parlementaire qui a pour mandat d’étudier le rapport Godbout, vous avez déclaré que le gouvernement Couillard avait l’intention d’aller de l’avant avec les recommandations du rapport Godbout et que vous comptiez diminuer les impôts et augmenter les taxes à la consommation.

Rapport de la Commission de révision permanente des programmes : Revenu Québec apporte des corrections importantes à certains constats qui ne donnent pas un portrait juste de sa performance. Publié le | Catégorie : Revenu Québec Rapport de la Commission de révision permanente des programmes Québec, le 31 août 2015. – Revenu Québec prend note des recommandations du second rapport de la Commission de révision permanente des programmes (CRPP), mais souligne l'importance d'apporter des corrections à certains constats avec lesquels il est en désaccord. Depuis sa transformation en agence, Revenu Québec a fait de l'amélioration de sa performance une de ses priorités, notamment en matière d'efficience et de récupération fiscale.

Il se fait un devoir d'adopter les meilleures pratiques de gouvernance afin d'assurer une gestion rigoureuse des fonds publics, ainsi que pour les membres de son personnel, qui ont à cœur d'offrir des services de qualité aux contribuables. Or, plusieurs constats du rapport ne reposent pas sur une analyse juste et rigoureuse de la performance de Revenu Québec ni sur une bonne compréhension de son modèle d'affaires et de son mandat.

Juste. Le gouvernement doit cesser de s'acharner sur les femmes  Est-ce que le CHUM aussi pourrait brûler? Les détails de l'entente entre le ministre Barrette et les médecins de famille. Revoir le modèle, sans l’annoncer. Le Québec sous tutelle. L'austérité libérale spolie chaque jour le Québec un peu plus  Québec provoque le départ de milliers d’employés. Comment Québec a forcé l'abolition des CRE et des CLD. Perspectives CSN : 3 milliards de dollars d'économies potentielles. Les mesures d’austérité imposées par le gouvernement Couillard touchent directement les services publics et la majeure partie de la population québécoise. Plutôt que d’augmenter les tarifs pour plusieurs services et ainsi d’en réduire l’accès, le gouvernement pourrait mettre de l’avant des solutions permettant d’économiser des milliards de dollars en fonds publics.

Hausse des tarifs d’électricité : payez maintenant, payez plus tard ! - Union des consommateurs. Montréal – 9 mars 2015 – La hausse de tarifs de 2,9 % que vient d’autoriser la Régie de l’énergie à partir du 1er avril prochain permettra à Hydro-Québec d’augmenter ses revenus de 301 millions $ en 2015. Cette hausse implique toutefois une facture additionnelle de 222 millions $ que devront défrayer avec intérêts les consommateurs au cours des années 2016 à 2020. Khadir dénonce l’esprit «colonisé» de Couillard. Réseau de la santé: des «super cadres» mieux payés. Routes, ponts et écoles en piteux état.

L'assurance-chômage : les hauts et les bas d'un programme social. La ministre Vallée refuse d’étudier l’impact des mesures d’austérité sur les femmes. Hydro-Québec rapporte 2,5 milliards mais tient aux hausses de tarifs. Des quotas «gonflés» pour un financement plus élevé.