background preloader

Aoriste

Facebook Twitter

Formation de l’aoriste.pptx. L’aoriste passif.pptx. Morphologie grecque - Indicatif aoriste (BCS, A-M. Boxus) Grec ancien/Temps/Aoriste — Wikilivres. Un livre de Wikilivres.

Grec ancien/Temps/Aoriste — Wikilivres

L'aoriste (du grec ἀόριστος / aóristos, « non limité ») est un temps que l'on ne retrouve pas en français. Il désigne un évènement situé dans le passé. On le traduit en français par le passé composé ou le passé simple (s'il est employé dans un récit). C'est un temps qui, comme l'imparfait, est précédé d'un augment. Il existe deux formes d'aoriste : L'aoriste premierL'aoriste second La seule façon de savoir si un verbe est conjugué à l'aoriste premier ou second est de le chercher dans le dictionnaire. Exemple μέλλω : aoriste "ἐμέλλησα" être sur le point de. Résumé de grammaire grecque. AORISTE : Etymologie de AORISTE. AORISTE, subst. masc.

AORISTE : Etymologie de AORISTE

ÉTYMOL. ET HIST. − 1548 (Sebillet, Art Poétique, I, 9 ds Hug. : Sachant ce prétérit parfait, tu ne pourras faillir en le Aoriste, qui est un prétérit indéfiny). Empr. au lat. aoristos (Macrobe, Gramm., 621, 5 ds TLL s.v., 205, 18, aoriston ... praetereo, quod latinitas nescit), empr. au gr. ο ̔ α ̓ ο ́ ρ ι σ τ ο ς s.e. χ ρ ο ́ ν ο ς, Denys de Thrace, 638, 24 ds Bailly. Mise à jour de la notice étymologique par le programme de recherche TLF-Étym : Histoire :I. « temps de la conjugaison grecque qui situe l'action à un moment indéterminé du passé » (grammaire).

Attesté depuis 1564 (Rabelais, Œuvres Complètes, Cinquième Livre, page 730, § 1 : En mon donat, dit frere Jehan, je ne trouve que trois temps, preterit, present, et futur, icy le quatriesme doit estre pour le vin du valet. – Il est, dit Epistemon, Aorist yssu de preterit tres‑imparfaict des Grecs et des Latins en temps guerre et bizart receu). Grammaire grecque du NT (Maurice Carrez) Classification aoristes (Maurice Carrez) Benveniste : Origines de la formation des noms en I.E. (racine verbale) Langues indo-européennes ; il marquera dans nos études un nouveau point de départ ainsi que l'avait fait, il y a quelque cinquante ans, le fameux Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes de Ferdinand de Saussure.

Benveniste : Origines de la formation des noms en I.E. (racine verbale)

N'apporte-t-il pas en effet, sur un point essentiel qui est le fondement même de la morphologie, à savoir la forme des racines, une théorie neuve et féconde? Théorie dont l'élaboration fut rendue possible par le déchiffrement et la lecture du hittite ; c'est en effet l'étude de ce dernier qui a permis de perfectionner la découverte de F. de Saussure relative à la nature du a indoeuropéen.

Or, grâce à ces travaux préalables (où M. J. Kurylo- wicz prit grande part), les trois variétés du a indo-européen sont ici nettement établies, d'où le tableau suivant qui est à la base de toute reconstruction indo-européenne : On reprochera peut-être au livre de M. L'aspect verbal en grec ancien. J.

L'aspect verbal en grec ancien

Vendryes est plutôt tenté dans ce cas de parler de valeur «ponctuelle^1). Mais — et ce dès les plus ancjens textes — il ne s'agit plus ici d'un système cohérent s'inscrivant dans le cadre de la morphologie verbale ; l'aspect en question s'actualise dans la langue grâce à des notations diverses que l'on peut grouper en deux catégories. a) D'une part il y a des formations qui ne sont plus productives à l'époque historique : elles apparaissent donc comme des survivances isolées qui n'ont plus droit à figurer dans une étude structurale fondée sur la morphologie ; leur étude ressortit en somme à celle des faits de vocabulaire (2). Citons-en quelques-unes. Il existe des présents thématiques à redoublement qui envisagent le procès sous l'aspect déterminé par opposition aux présents sans redoublement : μένω « je reste » / μίμνω « je reste jusqu'au bout, j'attends de pied ferme », ainsi Euripide, Médée, 355 : νυν δ', ει μένειν δει, μίμν' εφ' ήμέραν μίαν leurs chevaux rapides » (3), Ρ 501-502:

L'aoriste grec (le grammaturge)